La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris
Publié dans Le Maghreb le 18 - 03 - 2019

Le 18e acte de la mobilisation des "gilets jaunes" en France, qui boucle son quatrième mois de contestation, a été émaillé samedi de violences dès la matinée contrairement aux mobilisations précédentes où les heurts se déclaraient généralement en début de soirée. Des manifestants, qui ont investi très tôt la place Etoile-Charles de Gaulle près de l'arc de Triomphe, se sont attaqués à la police avec des jets de pierres, jetant du mobilier urbain, incendiant des édifices publics et saccageant le fameux restaurant le Fouquet's des Champs-Elysées.
Plusieurs véhicules de police ont été pris pour cibles par des casseurs qui les ont forcés de se replier, offrant parfois des scènes d'insurrection en pleine capitale qui a vu se déferler des manifestants d'autres villes françaises.
Selon le premier décompte du ministère de l'Intérieur à 14h00, environ sept mille manifestants ont investi les rues de la capitale où des casseurs s'en sont violemment pris à des voitures banalisées de la police, avec des coups de pieds et lançant en leur direction des panneaux de circulation.
Des barricades ont été érigées par les manifestants et les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogènes et de canon à eau, auxquels les manifestants ont riposté en lançant des pavés arrachés de la chaussée.
Au niveau des Champs-Elysées, plusieurs boutiques ont été pillées comme celles d'Hugo Boss, Lacoste et Nespresso.
Le restaurant le Fouquet's, inscrit à l'inventaire des monuments historiques, a été vandalisé et saccagé. Un immeuble, à proximité d'un établissement banquier, a pris feu et on déplore jusqu'à présent 11 blessés légers.
La préfecture de Paris a annoncé en début d'après-midi l'interpellation de 94 personnes depuis le début de la journée, indiquant que parmi les manifestants il y plus de 1.500 ultra-violents qui sont venus pour casser.
Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a dénoncé l'action de "professionnels de la casse et du désordre" et demandé au préfet de police d'y répondre "avec la plus grande fermeté".
"Aucun doute permis : ils appellent à la violence et sont là pour semer le chaos à Paris. Des professionnels de la casse et du désordre équipés et masqués ont infiltré les cortèges", a écrit le ministre sur son compte Twitter.
Ce regain de violence intervient au lendemain de la fin du "grand débat national" engagé par le président Emmanuel Macron, une journée que les "gilets jaunes" ont voulu lui faire un "ultimatum". Chez les manifestants, le sentiment de colère est toujours vivace et on n'hésite pas de qualifier le "grand débat national", de "mascarade". Un débat, lancé le 15 janvier dernier, qui a pris fin vendredi, à travers des réunions - Emmanuel Macron a participé à onze rencontres -, des cahiers de doléances et une plateforme en ligne. Certains médias l'ont même qualifié de "psychanalyse collective vouée à l'échec", expliquant que les fractures de la société française sont "trop profondes".
Par ailleurs, le mouvement des "gilets jaunes" a organisé, comme chaque samedi, plusieurs manifestations dans plusieurs villes de France, à Besançon, Lille, Rouen, Bordeaux, Lyon, Marseille, Toulouse, Montpellier, au moment où le soutien des Français s'érode.
Alors que les Français qui soutenaient le mouvement étaient majoritaires, ils sont actuellement 49 % selon un dernier sondage. Par ailleurs, même si le nombre des manifestants est en baisse, la mobilisation reste vive et les "gilets jaunes" ne se désarment pas.

Regain de violences
Les incidents les plus impressionnants se sont concentrés dans la capitale, point de rendez-vous stratégique de la plupart des manifestants, et non dans les grandes villes de province comme c'était parfois le cas ces dernières semaines.
En début d'après-midi, le ministère de l'Intérieur a recensé 14.500 participants, soit deux fois plus que le 9 mars à la même heure, dont 10.000 à Paris.
Parmi ces manifestants, figuraient "quelques milliers de casseurs (qui) sont venus à Paris pour en découdre avec les forces de l'ordre, avec les symboles de l'Etat, avec la propriété privée, avec la démocratie", a déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe, qui s'est rendu auprès des forces de l'ordre, non loin des lieux de heurts.
"C'est inacceptable", a-t-il dit.
"Tous ceux qui excusent ou qui encouragent" les violences "s'en rendent complices", a encore déclaré le chef du gouvernement, sans dire à qui s'adressait cette remarque.

À Paris, 151 personnes interpellées
Les forces de l'ordre ont fait usage, par endroit, de gaz lacrymogène et de canons à eau pour maintenir les manifestants à distance.
A Paris, 151 personnes été interpellées, selon un décompte donné à 17h40 (16h40 GMT) par la préfecture de police.
De nombreux "Gilets jaunes" se sont joints aux quelques dizaines de milliers de manifestants de la "Marche du siècle" en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique, qui s'est déroulée parallèlement dans une atmosphère bon enfant. Les chefs de file de facto de la contestation, qui entre dans son cinquième mois, avaient appelé ces derniers jours à "une mobilisation monstre" à Paris. Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, Eric Drouet, figure de la frange la plus radicale, a exhorté les "Gilets jaunes" à mener à l'avenir des actions d'un nouveau genre, sans dire exactement sous quelle forme, les manifestations traditionnelles ayant selon lui fait la preuve de leur échec.
Ces dernières semaines, la tendance était à la décrue. Le 9 mars, 28.600 personnes sont descendues dans la rue dans toute la France dont 3.000 à Paris, selon les autorités, soit le total le plus faible depuis le 17 novembre.
Ce 18e samedi consécutif de mobilisation coïncide avec la fin des deux mois de "grand débat national", un exercice inédit imaginé par l'exécutif comme une réponse au malaise exprimé lors de cette crise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.