Election présidentielle: Sahli et Belaïd se retirent    Pour solde de tout compte !    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    France : chasse à l'homme après une attaque au colis piégé    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    DE LA LITTERATURE ET DE LA BAIONNETTE    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Des musulmans étrangers conviés à un iftar collectif    Médecine : Un avion hôpital pour former des ophtalmologues tout autour du monde    Le Hirak libère les énergies    Moscou prône le dialogue    Le président Trump effectue une visite au Japon    Les indépendantistes prennent la tête du Congrès    Qui accompagnera l'OM et le DRBT?    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Que faire?    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Sonatrach peut-elle s'en passer?    L'Intérieur dessaisi de l'organisation    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    La Protection civile mobilise39.000 agents    Les premiers responsableslimogés    Des journalistes dénoncent    La contestation annonce une grève générale de deux jours    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    Programme de classification et de restauration    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    L'école des gourous    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banque d'Algérie : Hausse à 12% du taux des réserves obligatoires des banques
Publié dans Le Maghreb le 18 - 03 - 2019

La Banque d'Algérie (BA) vient de relever le taux des réserves obligatoires des banques, le portant de 8% à 12%. C'est ce qu'indique justement une nouvelle instruction publiée sur son site Web.
L'instruction 01-2019 du 14 février 2019, modifiant et complétant l'instruction de 2004, relative au régime des réserves obligatoires, fixe à 12% le taux des réserves obligatoires par rapport à l'assiette des réserves globales des banques, à compter du 15 février 2019.
En janvier 2018, la BA avait déjà augmenté de 4% à 8% le taux des réserves obligatoires.
Il est important de rappeler qu'après les baisses enregistrées en 2015 et 2016, la liquidité bancaire s'est relativement stabilisée après le lancement des opérations d'"open market" d'injections de liquidités à partir de mars 2017. Par la suite, il a pu croître fortement, dès novembre 2017, après la mise en œuvre du financement non conventionnel.
Ainsi, la liquidité bancaire avait atteint 1.380,6 mds DA à fin 2017. Ce qui veut dire qu'il y a eu une croissance de 68,2% par rapport à son niveau de fin 2016 qui était de 821 mds DA.
Et explique-t-on, c'est en prévision de l'accumulation des liquidités bancaires, et pour prévenir toute poussée inflationniste, que la Banque d'Algérie a relevé en 2018 le taux des réserves obligatoires de 4% à 8%.
En effet, au début du mois de mars de l'année dernière, la banque d'Algérie a annoncé l'augmentation du taux des réserves obligatoires des banques en le portant de 4 à 8 %. Une instruction datée du 10 janvier 2018 modifiant et complétant l'instruction n° 02-2004 relative au régime des réserves obligatoires stipule que " le taux des réserves obligatoires est fixé à 8 % de l'assiette des réserves (…)". Le texte a précisé que les nouvelles dispositions prennent effet à compter du 15 janvier 2018. Cette hausse du taux des réserves obligatoires intervient quelques mois après que l'autorité monétaire ait décidé de baisser ce taux de réserves à 4 %. Rappelons que la Banque d'Algérie avait décidé d'abaisser le taux des réserves de 12% à 8% en mai 2016, puis de 8 à 4 % en août 2017. L'objectif était d'injecter des liquidités dans le circuit bancaire face à une contraction de ses ressources depuis l'avènement de la crise financière. Pour autant, la Banque d'Algérie n'explique pas cette nouvelle hausse du taux de réserves obligatoires. Il faut cependant noter que ce mécanisme est l'un des outils auquel l'autorité monétaire recourt le plus souvent pour juguler l'inflation.
Cette conduite de la politique monétaire a réussi à stabiliser l'encours de la liquidité bancaire autour de 1.500 mds DA entre janvier et juin 2018.
C'est ainsi que conformément à la nouvelle instruction de la BA, les banques doivent, à partir du 15 février dernier, conserver 12% des dépôts de leurs clients (au lieu de 8% jusque-là) sans les utiliser. Ce qui va faire reculer les réserves libres des banques et donc contenir la liquidité bancaire.
Contacté par l'APS pour savoir si cette nouvelle augmentation des réserves obligatoires traduisait l'existence de surliquidités bancaires suite à l'application du financement non conventionnel, une source de la BA a expliqué que "le relèvement de ces réserves n'est qu'un instrument de la politique monétaire utilisé de manière continue par la Banque centrale", précisant que "Cela ne veut pas dire qu'il y a des surliquidités, mais qu'il y a juste de la liquidité bancaire".
"Pour parler de surliquidité, il faut enregistrer un excès de liquidité monétaire sur plusieurs années", explique la même source. En mai 2016, et sur fond de contraction drastique de la liquidité bancaire, suite à la crise pétrolière et financière mondiale, la Banque centrale avait réduit le taux des réserves obligatoires des banques, le portant de 12% initialement à 8%.
En août 2017, ce taux a été une nouvelle fois réduit de 8% à 4%.
Cette mesure avait permis aux banques d'injecter plus de liquidités sur le marché.
En effet, 360 milliards de DA de liquidité bancaire ont été injectés en 2016 et 347 milliards de DA l'ont été en 2017.
Les réserves obligatoires sont les avoirs financiers que les banques et les institutions financières sont tenues de conserver sur leurs comptes courants auprès de la Banque d'Algérie.

Qu'est-ce que les réserves obligatoires ?
Il faut savoir que chaque banque commerciale dispose d'un compte au sein de la Banque d'Algérie. C'est sur ce compte qu'elle dépose tous ses avoirs financiers. Ces banques sont tenues de conserver un certain montant de réserves sur leur compte courant auprès de leur banque centrale nationale. Ce montant est calculé sur la base des dépôts des ménages et des entreprises. C'est ce qu'on appelle les réserves obligatoires.
À partir du 15 février, les banques devront ainsi conserver 12% des dépôts de leurs clients particuliers et professionnels, sans les utiliser. Ces réserves sont rémunérées par la Banque d'Algérie au taux fixe de 0,5% par mois.
Les banques commerciales verront ainsi leurs " réserves libres " augmenter. C'est donc plus d'argent disponible dans les banques. Ces dernières pourront le mettre à la disposition de leurs clients particuliers et professionnels.
Les réserves obligatoires sont l'un des instruments monétaires utilisés par les banques centrales à travers le monde.
Il faut savoir aussi que les taux de réserves dépendent d'une Banque centrale à une autre. À titre de comparaison, la Banque centrale européenne (BCE) exige des banques européennes un taux de réserves obligatoires de l'ordre de 1% et ce, depuis janvier 2012. La zone euro possède un taux d'inflation très bas et la BEC cherche à encourager le crédit et la consommation des ménages. À l'inverse, en Chine, le taux des réserves obligatoires s'établissait en février 2016 à 17%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.