EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    SIDI BEL ABBES : 03 mineurs arrêtés pour vol    «L'arrestation de Louisa Hanoune est une atteinte aux libertés démocratiques»    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    L'appui de Benflis    Paidoyer pour une conférence de concertation    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Les universitaires dans la rue pour commémorer leur journée    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Les étudiants se réapproprient le 19 Mai    ACTUCULT    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    Boxe : Début du hirak sportif ?    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Deux candidats pour succéder à Haddad    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Les joueurs en grève    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gestion de la période de transition: Des juristes partagés entre une démarche constitutionnelle ou politique
Publié dans Le Maghreb le 03 - 04 - 2019

Des juristes ayant participé à une table ronde ayant pour thème "Quelles solutions pour l'impasse institutionnelle?", organisée lundi par l'espace "Les débats de l'UMMTO" (Université Mouloud Mammeri de
Tizi-Ouzou), ont exprimé des positions partagées quant à l'organisation et la gestion de la période de transition.
Les professeurs en droit constitutionnel, Walid Laggoune (université d'Alger) et Abdelkader Kacher (université de Tizi-Ouzou) qui ont participé à cette rencontre aux côtés des avocats et juristes Hakim Saheb et Ali Brahimi, ont proposé chacun des solutions s'inscrivant dans le cadre du respect de la Constitution pour le premier et en dehors de la loi suprême pour le second. M. Laggoune a souligné l'importance de "rester dans la logique constitutionnelle" et d'organiser la transition "selon la volonté populaire", observant que "dans le cadre de proposition d'une solution à cette crise, on doit soit mettre la Constitution complètement de côté, soit analyser la logique constitutionnelle pour essayer de trouver des repères".
A ce titre il a observé que le recours aux articles 6 et 7 de la Constitution s'inscrivent dans cette logique constitutionnelle.
L'universitaire a observé que "la situation actuelle ne permet pas d'avoir des réponses immédiates et sortir complètement de cette logique constitutionnelle qui pose la question de qui a la légitimité de proposer une option pour gérer la transition et de définir les mécanismes pour le changement". Déplorant le fait qu'il y ait un "déficit de débat", Walid Laggoune a insisté sur l'importance de respecter les différents points de vues.
A ce propos et concernant les propositions du général de corps d'armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), Ahmed Gaïd Salah, il a relevé que "c'est la première fois en Algérie que l'état-major s'est présenté devant le peuple et a exprimé une position et je suis obligé d'être attentif à ce qu'il dit". Selon ce professeur en droit constitutionnel, "l'ANP, (...) est un acteur institutionnel".
De son côté l'universitaire de Tizi Ouzou, M. Kacher qui prône une solution en dehors de la Constitution a argumenté sa position par le fait que "les constitutions, depuis 1962, n'ont aucune légitimité populaire car votées par des assemblées illégitimes, le peuple n'a jamais été associé à ces contrats avec ses dirigeants. Ces constitutions n'ont aucune légitimité populaire car votées par des assemblées non légitimes".
Partageant l'avis de Abdelkader Kacher, Me Ali Brahimi a observé que "toutes les Constitutions ne sont pas légitimes et que nous sommes devant une impasse procédurière". Il a estimé que le mouvement populaire "doit accélérer son auto-organisation et interpeller l'armée pour préserver l'intégrité territoriale et la souveraineté nationale".
Observant que la transition sera longue, Me Brahimi a suggéré d'aller vers une assemblée nationale constituante et "une conférence nationale où le régime sera représenté par son armée".
Présent à cette rencontre, l'ancien moudjahid, chef militaire de l'Armée de libération national de la Wilaya IV historique, le commandant Lakhdar Bouregâa, a appelé à préserver l'institution militaire "qui a été la seule à avoir entendu les revendications populaires. Elle est appelée à jouer son rôle dans la conjoncture actuelle", a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.