Les candidats réitèrent leur appel à la consolidation du front interne pour préserver l'Algérie    Affaires montage automobile-financement de la campagne Bouteflika : Saïd Bouteflika renvoyé de l'audience    Vote des Algériens à l'étranger à la présidentielle : l'ANIE en appelle au respect de l'opinion de l'autre    L'USM Alger tient en échec le Petro Atletico    DEBAT TELEVISE POUR LA PRESIDENTIELLE 2019 : Un premier face à face équidistant entre candidats    Man United : Solskjaer fracasse Manchester City !    EL TARF : Saisie de 20 millions de cts en faux billets à Aïn Assel    ACCIDENTS DE LA ROUTE : 9 morts et 39 blessés en 48 heures    Energies renouvelables: bientôt une stratégie globale pour donner une vision claire aux investisseurs    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    «Je connais parfaitement vos problèmes»    Appel à une nouvelle journée de grève et des manifestations mardi    Au moins 7 000 personnes auraient été arrêtées    Ali Bongo prépare son fils pour lui succéder    Une quinzaine de morts dans un nouveau massacre    Le Premier ministre désigné de plus en plus isolé    Nouvelle mobilisation exceptionnelle    Les producteurs sous forte pression    Vers un Algérie-Belgique en mars prochain    Favorable au Chabab, le Doyen sur le gril    13 ateliers d'accompagnement organisés    La Cnac de Aïn Témouchent signe cinq conventions de partenariat    Boulettes de crevettes au gingembre    Des fauteuils et des tricycles distribués à Médéa    Création de plus de 22 000 postes d'emploi    ACTUCULT    Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA    Mohamed Attaf : "L'histoire des rois berbères doit être enseignée"    Chouiten, Laceb et Belkheir, lauréats de la 5e édition    Les balances et cette odeur insupportable …    Histoire d'une ville, côté oued, côté jardin    CSC: Redjradj annonce sa démission et met les propriétaires dans l'embarras    Athènes expulse l'ambassadeur libyen    La diaspora algérienne à l'unisson de son peuple    Le MJS l'a déclaré jeudi à Oran : «Le processus de partenariat clubs-entreprises est enclenché»    EN (U21) féminine : Alger abritera le tournoi de l'UNAF    Skikda : Le cadavre d'un pêcheur repêché    Galatasaray : Feghouli indisponible pour quelques jours    Port d'Oran: Près de 2 kilos de cocaïne découverts sur un bananier    Selon des sources sécuritaires: Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Amnesty International dénonce «l'intensification des arrestations» en Algérie    La nouvelle loi des hydrocarbures à l'épreuve du terrain    Sebdou: Une bonbonne de gaz chargée d'explosifs découverte dans une station Naftal    Gaid Salah: L'Algérie forteresse impénétrable    Une «petite victoire» au goût d'inachevé: «Concessions» du ministère, insatisfaction chez les instituteurs    Mostaganem: Près de 100 mandats de dépôt en un mois    Chaïb Maâchi n'est plus    Arrestation d'activistes présumés du PNP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gestion de la période de transition: Des juristes partagés entre une démarche constitutionnelle ou politique
Publié dans Le Maghreb le 03 - 04 - 2019

Des juristes ayant participé à une table ronde ayant pour thème "Quelles solutions pour l'impasse institutionnelle?", organisée lundi par l'espace "Les débats de l'UMMTO" (Université Mouloud Mammeri de
Tizi-Ouzou), ont exprimé des positions partagées quant à l'organisation et la gestion de la période de transition.
Les professeurs en droit constitutionnel, Walid Laggoune (université d'Alger) et Abdelkader Kacher (université de Tizi-Ouzou) qui ont participé à cette rencontre aux côtés des avocats et juristes Hakim Saheb et Ali Brahimi, ont proposé chacun des solutions s'inscrivant dans le cadre du respect de la Constitution pour le premier et en dehors de la loi suprême pour le second. M. Laggoune a souligné l'importance de "rester dans la logique constitutionnelle" et d'organiser la transition "selon la volonté populaire", observant que "dans le cadre de proposition d'une solution à cette crise, on doit soit mettre la Constitution complètement de côté, soit analyser la logique constitutionnelle pour essayer de trouver des repères".
A ce titre il a observé que le recours aux articles 6 et 7 de la Constitution s'inscrivent dans cette logique constitutionnelle.
L'universitaire a observé que "la situation actuelle ne permet pas d'avoir des réponses immédiates et sortir complètement de cette logique constitutionnelle qui pose la question de qui a la légitimité de proposer une option pour gérer la transition et de définir les mécanismes pour le changement". Déplorant le fait qu'il y ait un "déficit de débat", Walid Laggoune a insisté sur l'importance de respecter les différents points de vues.
A ce propos et concernant les propositions du général de corps d'armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), Ahmed Gaïd Salah, il a relevé que "c'est la première fois en Algérie que l'état-major s'est présenté devant le peuple et a exprimé une position et je suis obligé d'être attentif à ce qu'il dit". Selon ce professeur en droit constitutionnel, "l'ANP, (...) est un acteur institutionnel".
De son côté l'universitaire de Tizi Ouzou, M. Kacher qui prône une solution en dehors de la Constitution a argumenté sa position par le fait que "les constitutions, depuis 1962, n'ont aucune légitimité populaire car votées par des assemblées illégitimes, le peuple n'a jamais été associé à ces contrats avec ses dirigeants. Ces constitutions n'ont aucune légitimité populaire car votées par des assemblées non légitimes".
Partageant l'avis de Abdelkader Kacher, Me Ali Brahimi a observé que "toutes les Constitutions ne sont pas légitimes et que nous sommes devant une impasse procédurière". Il a estimé que le mouvement populaire "doit accélérer son auto-organisation et interpeller l'armée pour préserver l'intégrité territoriale et la souveraineté nationale".
Observant que la transition sera longue, Me Brahimi a suggéré d'aller vers une assemblée nationale constituante et "une conférence nationale où le régime sera représenté par son armée".
Présent à cette rencontre, l'ancien moudjahid, chef militaire de l'Armée de libération national de la Wilaya IV historique, le commandant Lakhdar Bouregâa, a appelé à préserver l'institution militaire "qui a été la seule à avoir entendu les revendications populaires. Elle est appelée à jouer son rôle dans la conjoncture actuelle", a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.