A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'approche du mois de ramadhan : Virée à Alger pour tâter le pouls de certains citoyens
Publié dans Le Maghreb le 16 - 04 - 2019

Le mois de Ramadhan est à nos portes. Chacun se prépare selon ses possibilités "pécuniaires" cela s'entend. Car, d'aucuns savent que les Algériens sont de vrais dépensiers durant ce mois de piété et d'abstinence.
Au moment du f'tour la table doit être bien garnie en dépit du fait que tout un chacun ne pourrait "vider" cette table de ses "plats".
D'autre part, certains dépensent plus qu'il n'en faut et vont jusqu'à s'endetter pour passer un Ramadhan en famille dans de très bonnes conditions.
Certains sont d'ailleurs partagés entre bien assurer le mois de Ramadhan et donc bien s'approvisionner et sacrifier les vacances d'été pour ne les passer que tout près de la maison. Ami Ahmed, le dit si bien "Etant actuellement en retraite, j'ai beaucoup plus de temps et figurez-vous que je viens de découvrir que la plage qui est dans les environs de mon quartier du côté de Bainem est extraordinaire et surtout bien familiale.
Alors, cela fait deux ans, que je dépense beaucoup lors du mois de Ramadhan pour passer ce mois de piété avec joie et dans la bonne humeur avec ma grande famille, ma femme, mes enfants et mes petits-enfants, alors que d'habitude, reconnaît Ami Ahmed, je sacrifiais le mois de Ramadhan où j'économise pour passer des vacances hors de la wilaya d'Alger. En Algérie, c'est du côté de Béjaïa que je m'oriente en été sinon, à l'étranger c'est en Tunisie que je m'oriente". Pour sa part, Malika B., cadre dans une entreprise étatique, déclare que " Pour le mois de Ramadhan, je dépense beaucoup par rapport aux autres mois, et je n'économise nullement pour les vacances d'été Dieu merci, ma société organise des séjours durant l'été un peu partout à travers le territoire national et moi je choisis toujours Aïn Temouchent pour le camp de loisirs avec ma société grâce à l'aide du comité social de l'entreprise. Ce qui veut dire que je n'ai pas de soucis en matière financière pour assurer l'alimentation au mois de Ramadhan et passer de bonnes vacances à la plage et bien chez nous en Algérie où il faut reconnaître que notre tourisme est vraiment au point mort ".
Et c'est l'opportunité qu'à choisie sa voisine Houria pour enfoncer le clou " Tenez, il y a des endroits extraordinaires à travers notre pays où le tourisme pourrait vraiment remplacer les hydrocarbures.
Mais, j'ai l'impression que nos responsables refusent de le développer, mais le comble c'est que je suis incapable de dire pourquoi ils ne veulent pas le développer ? ", questionne-t-elle avec insistance.
Et d'ajouter que " Je ne comprends pas pourquoi on construit des hôtels dans les grandes villes alors qu'il y a d'autres villes où le tourisme peut rapporter gros ? ".
A Bab el-Oued, Said G.H., cadre dans une société internationale, déclare que " j'espère qu'avec ce " hirak " et ce qui se passe dans notre politique nationale, les spéculateurs ne vont pas saisir l'occasion pour ajuster les prix à l'approche du mois de Ramadhan.
De plus, l'actuel gouvernement n'est que transitoire et donc incapable de réguler ce marché " parallèle " des spéculateurs qui nuit aux poches des citoyens. ".
Son ami Farid A., fait remarquer qu'"il y a cette décision du ministère du Commerce de plafonner les prix de certains fruits et légumes de large consommation pour éviter leur flambée durant le mois de Ramadhan et préserver le pouvoir d'achat des citoyens".
Mais, Saïd G.H., le stoppe net en commentant " Ecoutes, tu dois certainement confondre entre " plafonner " et " fixer ". Le ministère du commerce " plafonne, c'est-à-dire donne un chiffre référence pour faire la différence, mais il ne peut fixer un prix fixe comme c'est le cas pour les prix règlementés des produits d'épicerie, notamment l'huile, le sucre, le lait et la semoule.
Donc ne te fais pas d'illusion, les prix ne seront pas baissés à cause de ce " plafonnement " a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.