Coronavirus : 483 nouveaux cas, 368 guérisons et 7 décès durant les dernières 24h    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le Sénat est budgétivore et inutile    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    BENBOUZID ECARTE LE RECOURS AU RECONFINEMENT TOTAL : Le cap des 1000 morts dépassé    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Tamanrasset: un terroriste capturé à In M'guel (MDN)    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Kafkaien    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tout pour l'Algérie
Publié dans Le Maghreb le 17 - 04 - 2019

Vu le vif intérêt que l'état-major de l'ANP porte à une solution consensuelle de sortie de la crise actuelle que traverse le pays et qui est perçue à gros risques, aussi qu'à l'exercice démocratique par le peuple pour la restauration d'un Etat de droit dans toutes ses activités, il est bien indiqué en cette phase cruciale que l'on revienne directement à la loi fondamentale du pays qui dit en substance dans son article 7 : " Le peuple est la source de tout pouvoir… ". Le contenu principal de cet article associé à celui de l'article 8 qui dit : " Le pouvoir constituant appartient au peuple… ", consiste de fait à garantir au peuple son droit de choisir librement ses gouvernants. C'est d'ailleurs sur ces deux dispositions des articles 7 et 8 de la Constitution que s'est exprimé le souci majeur du vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah pour faire valoir pratiquement la solution de sortie de crise afin d'éviter tout vide constitutionnel aux conséquences graves. Depuis le début des manifestations populaires pacifiques, le vice-ministre de la Défense nationale n'a de cesse d'exhorter des participants politiques et sociaux à la mise en œuvre des articles 7, 8 et 102 de la Constitution. Face à ce marasme politique, ces trois articles de la Constitution et la démocratie sont indissociablement liés, c'est-à-dire que le contenu et le sens de " la souveraineté nationale appartient exclusivement au peuple ". Lui-même, dans la participation des plus larges milieux sociaux et politiques à la gestion permanente et décisive de l'Etat et de toutes les autres affaires et questions nationales.
Le " hirak " en vogue depuis le 22 février dernier s'est manifesté de la façon la plus nette, la plus parfaite dans cette direction et pour s'approprier le droit souverain du peuple à être maître de son propre destin politique, économique et social. Mais faudra-t-il que ce droit s'exerce sous le chapiteau de la loi fondamentale du pays, d'une organisation saine de la période de transition en question. Il s'agit de défraîchir le terrain sur lequel devra se mettre en place les fondements d'une union consensuelle ouvrant les portes à la sortie de crise. S'il s'agit de l'intérêt de la patrie, de la stabilité du pays et l'émergence d'une nouvelle ère république, d'aucuns doivent taire leurs grandes divergences et graves contradictions. Une manière de dire que l'Algérie doit être placée au-dessus de tout intérêt partisan ou autres considérations qui ne vont pas dans la direction de trouver une solution idoine mettant un terme à cette profonde et ambiante crise politique. Le niveau de maturité déjà atteint par la société algérienne semble suffisant pour accéder à une nouvelle étape républicaine, un authentique Etat de droit. Dans ces conditions, l'organisation politique et démocratique de la période de transition peut être considérée comme la meilleure façon d'un " stage populaire " pour l'application et la concrétisation des articles 7, 8 et 102 de la Constitution et à travers lesquels la démocratie a toutes les chances de s'approfondir, de se perfectionner encore. Les traits essentiels de la transition doivent de fait trouver reflet dans la symbiose entre l'Armée et le peuple. Cela prouvera que le citoyen et ses rapports avec la solution de crise sont primordiaux pour l'avenir de la nation. Il ne faut pas oublier de dire que la crise actuelle s'est placée d'elle-même dans le quotidien de la société. Un problème des plus délicats à résoudre en urgence. La question politique, économique, sociale, les droits, devoirs et responsabilités de l'individu envers la société se trouvent au plus chaud du combat du mouvement citoyen.
Pour mettre fin au " martyre " politique de l'Algérie, la feuille de route tracée par l'état-major de l'ANP est la seule voie possible. Cela suppose un sursaut citoyen et patriotique qui aboutirait à l'élection d'un nouveau président de la République légitime, lequel élaborerait une nouvelle Constitution consacrant la deuxième République et des élections crédibles. Cela suppose surtout un courageux consensus. L'opposition a tout à gagner dans cette opportunité qui permettra à l'Algérie de renouer avec sa stabilité politique et de se doter de nouvelles institutions démocratiques, à travers lesquelles elle pourra se mesurer à la mondialisation et contribuer à la reconstruction politique, sociale et économique d'un pays en retard. Mais au regard des positions, des déclarations de l'opposition, il ne semble pas que ce soit son vrai objectif. Ses paroliers politiques donnent l'impression qu'ils profitent du mouvement citoyen avec un seul but : cueillir la contestation populaire comme un fruit mûr sans le mériter, au service non pas de la stabilité du pays, de l'intérêt du peuple mais pour des ambitions politiques personnelles. Ce qu'ils avaient échoué à obtenir en exigeant un coup d'Etat militaire ou par l'appel à la désobéissance civile, ils essaient de le gagner par le chantage. Pure illusion ! .


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.