Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    L'intimidation n'a pas payé    Présidentielle : une élection sans candidats    Vers le forfait de Belaïd et de Sahli    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    Chelsea aurait fixé un seuil pour lâcher Hazard au Real Madrid    Sept nouveaux hôtels touristiques bientôt en service    Plus de 80 000 élèves attendus aux examens de fin d'année    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Le souci des sans-bourses…    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    Réédition des actes du colloque sur Massinissa    Vaste programme de classification et de restauration de sites et monuments archéologiques    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Pour détournement d'une mineure: Quatre personnes sous les verrous    L'école des gourous    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    Facebook supprime trois milliards de comptes    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Al-Khelaïfi ne compte pas quitter    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le GNL russe bat des records en Europe : Un moment éphémère ou nouvelle tendance ?
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2019

En février, la Russie a livré un volume record de gaz naturel liquéfié en Europe, détrônant ainsi le Qatar en devenant le plus grand exportateur de GNL sur le marché européen. Comment expliquer cette tendance et est-elle vouée à durer? Voici ce qu'en pense un expert en gaz du Centre Énergie de Skolkovo interrogé par Sputnik.

L'entreprise russe Novatek a livré en février dernier 1.41 million de tonnes de gaz naturel liquéfié en Europe, selon les données de Refinitiv Eikon citées par Reuters. La Russie a ainsi dépassé le Qatar en tant que plus grand exportateur de GNL sur le marché européen.
Ce gaz provient de Yamal LNG, un projet lancé en décembre 2017 par Novatek et dont l'un des principaux actionnaires est le français Total avec une participation de 20%.
Selon Sergueï Kapitonov, expert en gaz au Centre Énergie de Skolkovo et interrogé par Sputnik en marge du Forum national du pétrole et du gaz qui s'est tenu à Moscou les 16 et 17 avril, cette tendance s'explique par la dynamique des prix sur les marchés du gaz européen et asiatique.
"Tout dépendra de la conjoncture des prix […] Ces derniers temps, le prix en Europe était plus élevé, c'est pourquoi il était plus profitable d'y envoyer le gaz", a-t-il expliqué.
En effet, les prix du GNL n'ont cessé de baisser depuis fin 2018 sur les deux marchés mais cette chute a été plus importante en Asie à cause d'un hiver assez doux et de la relance des réacteurs nucléaires au Japon. Par conséquent, le marché européen est devenu plus attractif.
"Si cette situation perdure, le gaz russe restera [en Europe, ndlr] pendant longtemps", estime M. Kapitonov.
Selon lui, le facteur pouvant détourner le GNL russe vers le marché asiatique sera l'entrée en vigueur début 2020 de tous les contrats à long terme entre Novatek et ses partenaires dans le cadre du projet Yamal LNG. En décembre 2017, le P-DG de Novatek, Leonid Mikhelson, avait indiqué que les participants au projet étaient plus intéressés par livrer le GNL à la région Asie-Pacifique, où les prix étaient à l'époque plus élevés.
En ce qui concerne la compétition sur le marché européen avec, notamment, le GNL américain, M. Kapitonov a indiqué que le GNL russe s'était avéré assez compétitif.
"Novatek a l'intention d'utiliser les technologies russes dans ses nouveaux projets. L'utilisation des technologies russes pour le quatrième train de Yamal LNG permet de réduire le coût de production de 550 dollars par tonne. C'est un excellent résultat même en comparaison avec le GNL en provenance des États-Unis, où la construction des usines est avantageuse à cause de la transformation des terminaux de réception", a-t-il précisé.
L'expert s'est également prononcé sur la coopération entre Novatek et Total, qu'il a qualifiée de "stratégique".
"On peut dire [qu'il s'agit d'une coopération, ndlr] stratégique. Total détient 20% de Yamal LNG et un portefeuille important pour l'achat du GNL produit par Yamal LNG. Il a annoncé l'achat d'une part de 10% dans Arctic LNG 2, un nouveau projet de Novatek, avec la possibilité d'augmenter sa part jusqu'à 15%. Il s'agit d'une sorte de pont vers l'Occident", indique-t-il.
Le premier projet Yamal LNG au-delà du cercle polaire avait été inauguré en décembre 2017. Un an plus tard, il avait atteint sa pleine capacité avec 12 mois d'avance.
Suite à son lancement, la Russie est devenue le quatrième fournisseur de GNL en Europe après le Qatar, l'Algérie et le Nigeria, selon les statistiques du Groupe international des importateurs de GNL pour l'année 2018. Elle en a ainsi fourni 4,43 millions de tonnes contre 2,7 pour les États-Unis.
Yamal LNG appartient au consortium international mené par le groupe russe Novatek (50,1%). Le groupe français Total y est présent à hauteur de 20%, la compagnie pétrolière chinoise CNPC à hauteur de 20% et le fonds souverain chinois Silk Road Fund à hauteur de 9,9%.
Début mars 2019, Total a annoncé la signature d'accords définitifs avec Novatek sur sa prise de participation directe à hauteur de 10%. Le projet Arctic LNG 2 est estimé à plus de 20 milliards de dollars (17,65 milliards d'euros environ). Comme Total détient 19,4% du capital de Novatek et que ce dernier souhaite conserver 60% du projet, l'intérêt économique global du groupe français s'élèvera donc à environ 21,6%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.