Présidentielle: marches de soutien dans plusieurs régions, des contestations dans des villes du Centre du pays    APN: adoption du projet de loi relatif au placement des travailleurs et au contrôle de l'emploi    Nécessité de renforcer le contrôle de l'efficacité énergétique des équipements électroménagers    1.000 comprimés psychotropes saisis et 8 individus arrêtés à El-Harrach    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Fin de la campagne électorale des candidats    SIDI BEL ABBES : Titularisation de 705 contractuels à Télagh    PRESIDENTIELLE : L'équipe de l'ENTV violement agressée à Lyon    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Reprise aujourd'hui du procès des anciens responsables    Gaïd Salah: l'Algérie tracera sa voie avec des pas "constants"    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Coupe d'Algérie de Football : tirage au sort mardi, la succession du CRB ouverte    OGC Nice: Atal absent au moins 4 mois    Examen du projet de la loi de finances sous haute tension    Addis-Abeba rapatrie 840 de ses ressortissants d'Arabie Saoudite    Des anciens de «Boko Haram» achèvent un programme de déradicalisation    "Le pays est comme un avion sans pilote"    Mihoubi renouvelle ses promesses électorales    Doncic égale un record de Jordan et Dallas étrille New Orleans    Mellal : "Il nous faut un avant de pointe"    DE MARSEILLE Belmadi déjeune avec les stars du foot africain    Le PAD appelle à intensifier la mobilisation    Plusieurs communes paralysées à Bordj Bou-Arréridj    Les enseignants du primaire divisés sur la poursuite de la contestation    Mesbah Mohand-Ameziane s'en est allé    ...sortir...    La fonction miroitante de la poésie    Trois films algériens primés au Festival d'Al Qods    Tosca ouvre la saison de la Scala de Milan, dernière «Première» pour Pereira    Gregory Dargent : "Mon travail se veut poétique et non folklorique"    L'élection présidentielle scellera la rupture avec l'ancien système, affirme la presse oranaise    JSK: Rien de grave pour Addadi    MCA - Allati «On est tous responsables !»    On vous le dit    Naciria : Deux personnes tuées par le monoxyde de carbone    Abdelrahmi Bessaha. Economiste, expert international : «La corruption est une force formidable de blocage du progrès économique et social»    Sahara occidental : La Fondation Kennedy félicite Aminatou Haidar pour son prix Nobel alternatif    Deux morts et six blessés dans un carambolage    Bouira: Les prix des viandes, fruits et légumes flambent    A l'exception de quelques wilayas du centre: La grève générale très peu suivie    Tlemcen: Le nouveau port régional de pêche bientôt opérationnel    Automibile : Les enjeux économiques de la nouvelle polémique sur les SUV    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2019

Les travaux de la rencontre de concertation sur les mécanismes de la mise en place d'une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation des élections, ont débuté lundi au palais des Nations à Club-des-Pins (Alger). Des responsables de partis politiques, des représentants de la société civile, des personnalités nationales, des juristes, notamment les constitutionnalistes ont été conviés à cette rencontre dont les travaux se déroulent à huis clos.
Plusieurs partis politiques et personnalités nationales ont déjà décliné l'invitation de la présidence de la République à cette rencontre de concertation destinée à débattre de la situation politique du pays et des moyens de garantir la transparence de l'élection présidentielle, prévue le 4 juillet prochain.
La Secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a décliné l'invitation du chef de l'Etat, affirmant dans une vidéo publiée sur la page Facebook officielle du parti, que "ces concertations, sont une manœuvre visant à imposer la continuité du même système, en imposant l'élection présidentielle le 4 juillet prochain".
De son côté, le président du parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a annoncé qu'il ne participera pas à cette rencontre, appelant à "la mise à l'écart des symboles du régime". Le président de Talaie el Hourriyet, Ali Benflis, a estimé que "ces concertations sont inopportunes et hors du sujet de l'heure et ne manqueront pas d'être perçues par notre peuple comme une provocation visant à éluder la réponse à ses justes revendication".
Le président du Mouvement de la société de la paix (MSP), Abderzak Makri, a décliné également l'invitation de la présidence, expliquant sur sa page Facebook que pour le MSP cette rencontre "constitue une atteinte à la volonté populaire et est à même d'aggraver la situation" appelant "toutes les forces politiques et civiles à son boycott".
Le président du Front Justice et Développement (FJD), Abdellah Djaballah, a réaffirmé le refus de son parti de dialoguer avec "une personnalité rejetée par le peuple algérien et dont le départ est réclamé par des millions de citoyens". Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati a annoncé, de son côté, qu'il ne participera pas à cette rencontre, considérant que "l'invitation à la concertation (...) est une réflexion sans objet tant qu'une solution n'est pas trouvée pour répondre aux revendications du Hirak populaire". "Le règlement de cette situation ne peut se faire avec des figures rejetées par le peuple", a-t-il-souligné. Le Parti national pour la solidarité et le développement (PNSD) a estimé, pour sa part, que cette rencontre "n'avait pas de légitimité populaire". Le PNSD a affirmé, dans son communiqué, "respecter et adhérer entièrement aux revendications du peuple". Le Mouvement populaire algérien (MPA) a réaffirmé dimanche sa décision de ne pas participer à la rencontre de concertation, considérant que "le climat général prévalant n'est pas opportun pour l'organisation de cette Présidentielle".
Le Parti de la Liberté et la Justice (PLJ), dirigé par Mohamed Said, a jugé "inutiles" ces consultations menées par "des parties du pouvoir rejetées par le peuple".
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, avait reçu les anciens présidents de l'Assemblée populaire nationale (APN), MM. Abdelaziz Ziari, et Larbi Ould Khelifa, ainsi que le juriste Miloud Brahimi, en tant que personnalités nationales dans le cadre des rencontres de concertation que prône le chef de l'Etat dans le traitement de la situation politique du pays.
M. Bensalah s'est entretenu également avec le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd et le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini. Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, s'était engagé à mettre en place, en concertation avec la classe politique et civile citoyenne, "une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'élections nationales honnêtes et transparentes". "C'est en concertation avec la classe politique et civile citoyenne que je me propose, en priorité et en urgence, de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'élections nationales honnêtes et transparentes", a-t-il affirmé dans un discours à la Nation après la prise de ses fonctions de chef d'Etat en vertu des dispositions de l'article 102 de la Constitution.
Soutenant que "le gouvernement et les services administratifs concernés seront chargés de la soutenir et de l'accompagner dans l'accomplissement de ses missions en toute liberté", il a exhorté "tout un chacun à surmonter les divergences et nous investir dans une action collective historique à la hauteur des défis de l'étape, reposant sur les valeurs de solidarité, de cohésion et d'abnégation dans le but d'atteindre l'objectif suprême, c'est-à-dire poser les fondements de l'Algérie du futur". A ce propos, M. Bensalah avait assuré qu'il "veillerait à ce que le cadre juridique y afférent soit élaboré et mis en forme dans le meilleur délai", exhortant la classe politique et citoyenne à "faire preuve d'innovation, de participation et de confiance pour construire ensemble ce nouvel édifice juridique qui ouvrira la voie à la mise en place d'un tout nouveau système politique répondant aux aspirations" du peuple algérien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.