Le Tribunal militaire de Blida rejette la demande de libération provisoire de Louisa Hanoune    Le Barça n'avait jamais laissé le Real aussi loin derrière    CRISE POLITIQUE EN ALGERIE : Gaïd Salah insiste sur la tenue de la présidentielle    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Le procès d'Ali Haddad reporté    En bref…    Juventus : Allegri donne la raison de son départ    Report du procès de l'homme d'affaires Ali Haddad au 3 juin prochain    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    Constantine et Skikda : Les universitaires célèbrent le 19 Mai dans la rue    Les étudiants marchent dans des rues quadrillées    EXAMENS DE FIN D'ANNEE A MASCARA : Plus de 45.000 candidats face aux épreuves    Les pharmaciens d'officine protestent    Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Appel à un dialogue "franc" avec l'institution militaire    ACTUCULT    Les antiquités en péril recherchent désespérément un nouveau musée    Tajine malsouka au poulet    Cheveux d'ange au miel    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Les joueurs en grève    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Gaïd Salah peaufine sa réponse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes
Publié dans Le Maghreb le 23 - 04 - 2019

Les travaux de la rencontre de concertation sur les mécanismes de la mise en place d'une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l'organisation des élections, ont débuté lundi au palais des Nations à Club-des-Pins (Alger). Des responsables de partis politiques, des représentants de la société civile, des personnalités nationales, des juristes, notamment les constitutionnalistes ont été conviés à cette rencontre dont les travaux se déroulent à huis clos.
Plusieurs partis politiques et personnalités nationales ont déjà décliné l'invitation de la présidence de la République à cette rencontre de concertation destinée à débattre de la situation politique du pays et des moyens de garantir la transparence de l'élection présidentielle, prévue le 4 juillet prochain.
La Secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a décliné l'invitation du chef de l'Etat, affirmant dans une vidéo publiée sur la page Facebook officielle du parti, que "ces concertations, sont une manœuvre visant à imposer la continuité du même système, en imposant l'élection présidentielle le 4 juillet prochain".
De son côté, le président du parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a annoncé qu'il ne participera pas à cette rencontre, appelant à "la mise à l'écart des symboles du régime". Le président de Talaie el Hourriyet, Ali Benflis, a estimé que "ces concertations sont inopportunes et hors du sujet de l'heure et ne manqueront pas d'être perçues par notre peuple comme une provocation visant à éluder la réponse à ses justes revendication".
Le président du Mouvement de la société de la paix (MSP), Abderzak Makri, a décliné également l'invitation de la présidence, expliquant sur sa page Facebook que pour le MSP cette rencontre "constitue une atteinte à la volonté populaire et est à même d'aggraver la situation" appelant "toutes les forces politiques et civiles à son boycott".
Le président du Front Justice et Développement (FJD), Abdellah Djaballah, a réaffirmé le refus de son parti de dialoguer avec "une personnalité rejetée par le peuple algérien et dont le départ est réclamé par des millions de citoyens". Le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati a annoncé, de son côté, qu'il ne participera pas à cette rencontre, considérant que "l'invitation à la concertation (...) est une réflexion sans objet tant qu'une solution n'est pas trouvée pour répondre aux revendications du Hirak populaire". "Le règlement de cette situation ne peut se faire avec des figures rejetées par le peuple", a-t-il-souligné. Le Parti national pour la solidarité et le développement (PNSD) a estimé, pour sa part, que cette rencontre "n'avait pas de légitimité populaire". Le PNSD a affirmé, dans son communiqué, "respecter et adhérer entièrement aux revendications du peuple". Le Mouvement populaire algérien (MPA) a réaffirmé dimanche sa décision de ne pas participer à la rencontre de concertation, considérant que "le climat général prévalant n'est pas opportun pour l'organisation de cette Présidentielle".
Le Parti de la Liberté et la Justice (PLJ), dirigé par Mohamed Said, a jugé "inutiles" ces consultations menées par "des parties du pouvoir rejetées par le peuple".
Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, avait reçu les anciens présidents de l'Assemblée populaire nationale (APN), MM. Abdelaziz Ziari, et Larbi Ould Khelifa, ainsi que le juriste Miloud Brahimi, en tant que personnalités nationales dans le cadre des rencontres de concertation que prône le chef de l'Etat dans le traitement de la situation politique du pays.
M. Bensalah s'est entretenu également avec le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd et le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini. Le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, s'était engagé à mettre en place, en concertation avec la classe politique et civile citoyenne, "une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'élections nationales honnêtes et transparentes". "C'est en concertation avec la classe politique et civile citoyenne que je me propose, en priorité et en urgence, de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d'organisation d'élections nationales honnêtes et transparentes", a-t-il affirmé dans un discours à la Nation après la prise de ses fonctions de chef d'Etat en vertu des dispositions de l'article 102 de la Constitution.
Soutenant que "le gouvernement et les services administratifs concernés seront chargés de la soutenir et de l'accompagner dans l'accomplissement de ses missions en toute liberté", il a exhorté "tout un chacun à surmonter les divergences et nous investir dans une action collective historique à la hauteur des défis de l'étape, reposant sur les valeurs de solidarité, de cohésion et d'abnégation dans le but d'atteindre l'objectif suprême, c'est-à-dire poser les fondements de l'Algérie du futur". A ce propos, M. Bensalah avait assuré qu'il "veillerait à ce que le cadre juridique y afférent soit élaboré et mis en forme dans le meilleur délai", exhortant la classe politique et citoyenne à "faire preuve d'innovation, de participation et de confiance pour construire ensemble ce nouvel édifice juridique qui ouvrira la voie à la mise en place d'un tout nouveau système politique répondant aux aspirations" du peuple algérien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.