Mohamed Messaoudene. Porteur de projet d'agriculture bio : «Mon objectif est de promouvoir les produits agricoles locaux»    Université 8 mai 1945 de Guelma : Lancement du challenge «Instart Marathon» sur l'innovation    Laiterie de Tiaret : Onze personnes sous contrôle judiciaire    Commerces de la friperie à Constantine : Un rush qui traduit une triste réalité    2e session criminelle à Jijel : 55 affaires enrôlées    Souk Ahras : Deux escrocs en détention préventive    Parution : Des révoltes populaires aux déportations    Cinéma : Un nouveau film sur Matoub Lounès    Liga : La Real Sociedad prend la tête du classement    ANP : large participation dans la 1ère région militaire aux opérations de reboisement    6 grands bienfaits de consommer des fruits et des légumes tous les jours    Barça : Vers une démission de Bartomeu dès ce lundi ?    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    Traité virtuel    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    Institut Pasteur: Covid-19 : le relâchement peut coûter très cher    La vente de produits pyrotechniques revient    Hassi Messaoud: Quatre morts dans un accident de la route    MC El Eulma: CSA - SSPA, un conflit dévastateur !    Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    Djaballeh appelle au boycott des produits français    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Trois anciens walis dans la tourmente    Les délires d'un haineux    Convalescence    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    La passion retrouvée    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise
Publié dans Le Maghreb le 24 - 04 - 2019

Recevant lundi à Tunis le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Libye, Ghassen Salama, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemais Jhinaoui, a évoqué les moyens susceptibles de mettre fin aux tensions et aux manoeuvres militaires actuelles dans plusieurs zones de la Libye. Dans une note transmise à Xinhua, le chef de la diplomatie tunisienne a appelé toutes les parties au conflit en Libye à instaurer un cessez-le-feu, à faire preuve de la plus grande retenue et du retour et à "reprendre le seul chemin, politique, pour parvenir à une solution globale à la crise libyenne sous les auspices des Nations unies". Dans ce sens, M. Jhinaoui a discuté avec le responsable onusien les résultats de ses différents contacts effectué, notamment, avec le maréchal Khalifa Haftar, "dans le cadre des efforts de la Tunisie pour discuter des moyens de parvenir à un cessez-le-feu devant être capable d'éviter l'effusion du sang libyens". Le ministre tunisien des Affaires étrangères a, par ailleurs, souligné les efforts déployés par M. Ghassan Salama pour mettre fin au conflit en Libye avant d'exhorter les différentes parties à dialoguer et à négocier pour trouver une solution consensuelle à la crise dans leur pays. Pour sa part, Ghassan Salama a formulé, lors d'un point de presse, le désir de la mission de soutien des Nations unies en Libye de poursuivre les travaux et les efforts pour ainsi espérer reprendre le processus politique conformément au plan des Nations Unies, malgré les difficultés rencontrées sur le terrain.
"Aucune solution ne peut être imposée en Libye sans la volonté des Libyens eux-mêmes", a appuyé l'émissaire spécial du secrétaire général de l'ONU.
M. Salama a reformulé ses sincères remerciements et sa gratitude "pour le soutien continu de la Tunisie à la mission de l'ONU et pour sa position aux côtés du peuple libyen et sa remarquable contribution dans les efforts à surmonter la crise actuelle".

Le trafic aérien de jour reprend à l'aéroport de Tripoli
Le trafic aérien sur le seul aéroport fonctionnel de Tripoli, limité aux vols nocturnes depuis le 8 avril "pour raisons de sécurité" après des bombardements, est désormais autorisé durant la journée, ont annoncé lundi les autorités aéroportuaires.
"Nous avons reçu l'ordre d'ouvrir l'espace aérien de l'aéroport international de Mitiga 24 heures sur 24", a annoncé l'aéroport sur sa page Facebook officielle.
Cet aéroport, situé à l'est de la capitale libyenne, avait été la cible le 8 avril d'un raid aérien revendiqué par les troupes du général à la retraite Khalifa Haftar. Ce dernier a lancé le 4 avril une agression en vue de s'emparer de Tripoli, siège du Gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, le seul reconnu par la communauté internationale.
A la suite de ces bombardements, l'aéroport avait restreint son trafic aux vols nocturnes, entre 15H00 et 06H00 GMT. Il avait également été fermé durant quelques heures dans la nuit de samedi à dimanche après de nouveaux raids.
Deux cents cinquante-quatre (254) personnes ont été tuées et 1.228 autres blessées depuis le début de l'agression des troupes de Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale libyenne Tripoli, selon un nouveau bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Plus tôt dimanche, l'OMS a déclaré que plus de 20.000 personnes ont été forcées à fuir leurs foyers depuis le début du conflit armé.
Et les appels à la cessation immédiate des agressions ne cessent de se multiplier pour ouvrir la voie à une solution politique à la crise qui frappe la Libye depuis 2011.
L'aéroport de Mitiga est une ancienne plateforme militaire utilisée pour le trafic civil en remplacement de l'aéroport international de Tripoli, gravement endommagé en 2014 par des combats. Seules les compagnies aériennes libyennes opèrent dans le pays, assurant des vols intérieurs et des liaisons régulières avec quelques pays, dont la Tunisie et la Turquie.

Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts
Deux cents cinquante-quatre (254) personnes ont été tuées et 1.228 autres blessées depuis le debut de l'agression des troupes du général à la retraite Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale libyenne Tripoli, indiqué un nouveau bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) . "Un total de 254 personnes ont été tuées et 1.228 autres blessées dans les combats à Tripoli" entre les forces du gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par l'ONU, qui poursuivent leur progression face aux troupes de Haftar dans le sud de Tripoli, a déclaré dimanche l'OMS.Un précédent bilan de l'OMS faisait état de 227 morts. "Au cours de la semaine écoulée, des équipes médicales d'urgence spécialisées de l'OMS en Libye ont mené 89 interventions majeures et 63 opérations chirurgicales dans les hôpitaux les plus proches du front. Nos équipes fournissent des renforts à ces hôpitaux", a tweeté dimanche l'OMS. Plus tôt dimanche, l'OMS a déclaré que plus de 20.000 personnes ont été forcées à fuir leurs foyers depuis le début du conflit armé. Depuis le 4 avril, les troupes conduites par Haftar ont lancé une agression pour s'emparer de la capitale libyenne. Et les appels à la cessation immédiate des agressions ne cessent de se multiplier pour ouvrir la voie à une solution politique à la crise qui frappe la Libye depuis 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.