Salade de betterave persillée    USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Création d'un comité de surveillance    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Un Iftar en l'honneur des médias    Ali Ghediri n'est pas candidat    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël
Publié dans Le Maghreb le 24 - 04 - 2019

La Ligue arabe (LA) s'est engagée à verser 100 millions de dollars par mois à l'Autorité palestinienne afin de compenser les mesures de rétorsion financières appliquées récemment par l'occupant israélien, au moment où la Banque mondiale (BM) s'inquiète d'une crise financière aggravée en Cisjordanie si l'abus persiste sur les droits de douane prélevés par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne. Dans un communiqué dimanche soir, au terme de la réunion au siège de la Ligue arabe, de la session extraordinaire du Conseil de la Ligue arabe au niveau ministériel consacrée à l'examen des derniers développements de la question palestinienne, la Ligue arabe a confirmé que les pays arabes "vont soutenir le budget de l'Etat palestinien... en lui procurant un filet de sécurité financière (...) afin de résister à la pression politique et financière à laquelle il fait face". L'occupant israélien avait annoncé en février qu'il gèlerait chaque mois environ 10 millions de dollars (près de 9 millions d'euros) sur les 190 millions qu'il prélève en TVA et en droits de douane sur les produits importés par les Palestiniens, et qu'il est censé reverser régulièrement à l'Autorité palestinienne en vertu des accords de paix. La somme soustraite correspond, selon Israël, au montant des allocations versées par l'Autorité aux familles de Palestiniens emprisonnés ou tués par les forces d'occupation en vertu des accords de paix. La Palestine a dénoncé un vol et décidé de faire une croix sur la totalité des taxes qu'elle devrait récupérer. Au cours de la réunion "extraordinaire" de la Ligue arabe dimanche, le président de l'Etat de Palestine Mahmoud Abbas a réitéré son rejet d'un futur plan de paix de l'administration américaine. "Ce plan ne parviendra pas à atteindre une paix durable et complète au Moyen-Orient", précise le communiqué de l'organisation panarabe. Les Palestiniens affirment que l'administration américaine penche en faveur d'Israël, ce qui "discrédite" les Etats-Unis dans leur rôle de médiateur. En 2018, les Etats-Unis ont suspendu plus de 500 millions de dollars (440 millions d'euros) d'aides qui allaient à l'agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), à différents programmes d'assistance ou, pour une moindre part, directement au budget de l'Autorité palestinienne.
En outre, le président américain Donald Trump a considéré El Qods occupée comme "capitale" de L'entité israélienne et s'est prononcé le 21 mars en faveur de la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le Golan syrien occupé, une décision en rupture avec la position des Etats-Unis depuis des décennies.

La BM s'inquiète d'une crise financière aggravée
La Banque mondiale (BM) a mis en garde mercredi contre le risque d'une crise financière aggravée en Cisjordanie occupée, si l'abus persiste sur les droits de douane prélevés par Israël pour le compte de l'Autorité palestinienne. Il est "urgent" que Palestiniens et Israéliens s'accordent afin de "prévenir une plus grande détérioration de l'activité économique et du niveau de vie" des Palestiniens, privés "d'une source importante de revenus budgétaires", dit la Banque mondiale dans un rapport. L'organisme s'inquiète du risque d'un déficit de l'Autorité palestinienne dépassant le milliard de dollars en 2019, contre 400 millions en 2018, et écrit que l'économie palestinienne est confrontée à un "sévère choc financier". Il souligne les effets sur l'économie palestinienne des restrictions imposées par Israël sur les importations de produits, l'Etat hébreu interdisant l'entrée de 56 produits en Cisjordanie occupée et de 118 produits dans la bande de Ghaza, parmi lesquels des matières premières, des fertilisants agricoles, des équipements télécoms, de l'acier, et des tuyaux notamment. Israël contrôle tous les accès de la Cisjordanie, territoire qu'il occupe depuis plus de 50 ans. Il soumet aussi la bande de Ghaza à un rigoureux blocus. Un allégement des mesures pourrait entraîner une hausse de 6% de la croissance en Cisjordanie occupée et de 11% à Ghaza, dit la Banque mondiale dont le rapport sera présenté le 30 avril à Bruxelles au comité de liaison ad hoc (AHLC) coordonnant le soutien des donateurs internationaux aux Palestiniens. Le rapport fait état "d'une diminution constante du revenu par habitant" et d'une "augmentation du chômage et de la pauvreté" en Cisjordanie occupée et à Ghaza, où 52% de la population active était sans emploi en 2018. L'Autorité palestinienne est confrontée à une baisse drastique de l'aide étrangère, qui est passée de 10% de son PIB il y a 5 ans à 3,5% l'an dernier. En 2018, les Etats Unis ont annoncé réduire l'aide aux Palestiniens de centaines de millions de dollars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.