Pour renflouer les caisses sociales déficitaires :    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    DEPOT DE DOSSIERS DE CANDIDATURE : 6 postulants ont demandé un rendez-vous    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Le football local victime de bricolage    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    Londres demande officiellement le report du Brexit    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    «Papicha» ou le drame de la censure?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim
Publié dans Le Maghreb le 25 - 04 - 2019

La première rencontre du chef de l'État russe avec le dirigeant nord-coréen pourrait avoir lieu jeudi 25 avril sur l'île Rousski, à proximité de Vladivostok. D'après une source du quotidien Izvestia informée des préparatifs des pourparlers entre Vladimir Poutine et Kim Jong-un, le Président russe fera escale au centre administratif du district fédéral de l'Extrême-Orient sur son chemin pour le sommet de l'initiative "La Ceinture et la Route". "Les chefs d'État évoqueront le désarmement nucléaire et la coopération bilatérale", avait déclaré plus tôt aux journalistes le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov. Cette rencontre au sommet donnera une impulsion au développement économique entre les deux pays, estiment les experts interrogés.

Un "bagage volumineux"
D'après la source, les pourparlers entre les dirigeants de la Russie et de la Corée du Nord sont prévus ce 25 avril à Vladivostok, plus précisément sur l'île Rousski, où Vladimir Poutine se rendra avant de rejoindre le sommet "La Ceinture et la Route" qui se déroulera du 26 au 27 avril en Chine. La semaine dernière, le site du Président russe a publié un communiqué informant qu'un entretien entre Vladimir Poutine et Kim Jong-un aurait lieu dans la seconde moitié du mois d'avril. "L'ordre du jour de cette conversation est assez large", avait déclaré le porte-parole du président russe Dmitri Peskov.
"Bien sûr, premièrement, il s'agira du développement des relations bilatérales. Deuxièmement, des problèmes de dénucléarisation et des problèmes liés à la coopération régionale. Le bagage pour la discussion est très volumineux. Le principal est la prise en compte des intérêts réciproques et la confiance mutuelle. La communication sera basée sur ces principes", a-t-il déclaré.
"La partie russe fera tout pour contribuer, dans la mesure de ses capacités, au processus de dénucléarisation de la péninsule coréenne", a souligné le représentant du Kremlin.
La Corée du Nord est également disposée à développer le dialogue avec Moscou. Ce 19 avril, Kim Jong-Un a envoyé à Vladimir Poutine un télégramme en réponse aux félicitations du Président russe pour sa réélection au poste de président du Conseil d'État. Le développement et le renforcement des relations d'amitié russo-nord-coréennes, initiées par les dirigeants précédents et ayant des racines historiques de longue date, correspondent totalement aux intérêts communs des populations des deux pays, souligne le texte.
"Je suis prêt à développer positivement et de manière constructive les relations d'amitié russo-nord-coréennes traditionnelles en conformité avec les exigences de la nouvelle époque, et à coopérer étroitement avec vous afin de protéger la paix et la sécurité sur la péninsule coréenne et dans le monde", a souligné le dirigeant nord-coréen dans son message.

Après plusieurs tentatives
Les premiers pourparlers entre Vladimir Poutine et Kim Jong-un auraient pu se dérouler plus tôt. L'an dernier déjà, le chef de l'État russe avait proposé à son homologue nord-coréen de se rendre en visite en Russie quand cela lui conviendrait. Le dirigeant nord-coréen était supposé venir à Vladivostok en septembre, au moment du Forum économique oriental. Mais cette visite n'a finalement pas eu lieu. En 2015, Kim Jong-un avait accepté l'invitation d'assister au défilé de la Victoire le 9 mai à l'occasion de la célébration du 70e anniversaire de la Grande Guerre patriotique, mais ce voyage avait également été annulé à l'initiative de Pyongyang. Dans le même temps, Kim Jong-un s'est déjà rendu dans d'autres pays pour des pourparlers officiels: en Chine, ainsi qu'à Singapour et au Vietnam pour rencontrer Donald Trump. Le père du dirigeant actuel, Kim Jong-il, a visité la Russie à trois reprises. En 2001, il s'était rendu en train jusqu'à Moscou et Saint-Pétersbourg. Les pourparlers avec Vladimir Poutine avaient eu lieu dans la capitale russe. En 2002, le dirigeant nord-coréen de l'époque avait visité plusieurs villes du district fédéral de l'Extrême-Orient et s'était entretenu avec le président russe à Vladivostok. En 2011, Kim Jong-il avait pris le train jusqu'en Bouriatie, où il avait rencontré le Président Dmitri Medvedev à Oulan-Oude, centre administratif de la région.
Parmi les dirigeants russes, seul Vladimir Poutine s'est rendu en visite en Corée du Nord, en 2000 à Pyongyang.

De nombreuses questions à soulever
Vladimir Jabarov, premier vice-président de la commission des affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), a qualifié de "bon signe" la rencontre à venir entre Vladimir Poutine et Kim Jong-un.
"Nous souhaitons que l'arme nucléaire ne soit pas présente sur la péninsule coréenne, et en même temps la Russie s'oppose à ce que la Corée du Nord soit définitivement poussée au pied du mur et forcée à suivre le sillage des États-Unis. Nous soutenons également le dialogue des Nord-Coréens avec leurs voisins du Sud et les contacts de la Corée du Nord avec les États-Unis. C'est une démarche très positive, car il est clair que sans la participation de la Russie et de la Chine les Américains ne peuvent pas régler ce problème", a déclaré le sénateur.
En huit ans, depuis le dernier sommet russo-nord-coréen, de nombreuses questions se sont accumulées dans les relations bilatérales, explique Evgueni Kim du Centre d'études coréennes de l'Institut de l'Extrême-Orient affilié à l'Académie des sciences de Russie. Selon lui, ce sont ces problèmes qui seront évoqués en priorité par les deux dirigeants.
Vladimir Poutine et Kim Jong-un aborderont également la question du désarmement nucléaire sur la péninsule coréenne, affirme l'expert: "La Russie réaffirmera certainement son soutien aux méthodes politiques et diplomatiques pour régler ce problème".
Ce sommet devrait également donner une impulsion à la coopération économique, a noté Gueorgui Toloraïa, responsable du centre de stratégie russe en Asie à l'Institut d'économie affilié à l'Académie des sciences de Russie. Et de conclure: "Pyongyang est extrêmement intéressé par une telle coopération dans le contexte des sanctions qui perdurent".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.