Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge    La société civile dévoile son projet    Levée d'immunité pour Boudjema Talai    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    Andy Delort : «C'est une fierté d'être là»    Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Ali Ghediri écroué    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    NAHD: Le CSA cible deux coaches    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre
Publié dans Le Maghreb le 20 - 05 - 2019


Synthèse Saïd B.
Le contrôle des frontières est d'importance capitale pour l'économie du pays. Et l'efficacité et la rigueur nécessitent des moyens énormes et surtout un suivi régulier pour assurer un très bon contrôle aux frontières.
Aujourd'hui la situation politique dans notre pays est très difficile et le contrôle des frontières devient une urgence à assurer pour notre économie nationale très touchée d'ailleurs par le Hirak.
Au moment où le ministère du Commerce travaille sur l'élaboration d'une nouvelle feuille de route pour le renforcement du contrôle aux frontières, le Directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère, M. Abderrahmane Benhazil annonce les chiffres du contrôle aux frontières pour le premier trimestre de l'année en cours.
Le responsable intervenait lors d'une rencontre nationale des chefs d'Inspections aux frontières, tenue à Alger sous la présidence du ministre du Commerce.
Ces opérations de contrôle aux frontières effectuées par le ministère du Commerce, ont permis de bloquer plus de 10.000 tonnes d'importations durant le premier trimestre 2019 sur près de 5 millions de tonnes d'importations contrôlées.
Le contrôle de la conformité des produits importés, qui s'effectue avant leur dédouanement, s'exerce au niveau de 35 points de contrôle via les postes frontaliers terrestres, maritimes, aériens et les zones et entrepôts sous douane à travers le pays.
Les produits concernés par le contrôle de la conformité aux frontières sont les produits agro-alimentaires (matières premières ou produits finis) quels que soient leur destination ou leurs importateurs, les produits industriels destinés à la revente en l'état (matières premières ou produits finis) ainsi que certains produits repris dans la nouvelle version du tarif douanier à 10 chiffres, entrée en application depuis le 18 septembre 2016.
Ainsi, les inspections aux frontières du ministère ont bloqué 10.366,46 tonnes (t) d'importations pour non-conformité durant le premier trimestre 2019, pour une valeur de 2,43 milliards de DA (mds DA) contre 12.710,11 t durant le même trimestre en 2018, pour une valeur de 4,13 mds de DA. Ce qui montre une baisse de 22,6% en quantités et de 70% en valeur, selon Abderrahmane Benhazil, Directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère.
Au cours des trois premiers mois de 2019, le contrôle aux frontières a porté sur 20.290 cargaisons contre 16.699 cargaisons en 2018 (+17,7%).
Ce contrôle a permis de transmettre à la justice 99 dossiers en trois mois (contre 122 dossiers durant les trois premiers mois de 2018).
Ces importations représentent 191 cargaisons, contre 236 cargaisons durant le premier trimestre de 2018, a précisé le même responsable. Ces marchandises ont été décelées sur une quantité globale de 4,86 millions de tonnes et une valeur de 519,52 mds de DA d'importations contrôlées au premier trimestre 2019, contre 9,26 millions de tonnes pour une valeur de 466,498 mds de DA durant la même période en 2018.
Le Directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes au ministère, M. Abderrahmane Benhazil, a conclu en indiquant qu'en 2018, sur 26,16 millions de t pour 1.976,5 mds de DA d'importations contrôlées aux frontières (30,25 millions t pour 6.694,7 mds de DA en 2017), le ministère a transmis au parquet 483 dossiers d'importateurs (595 dossiers en 2017) pour non-conformité à la qualité ;

Renforcer le contrôle aux frontières
Le ministère du Commerce travaille sur l'élaboration d'une nouvelle feuille de route pour le renforcement du contrôle aux frontières, a indiqué le premier responsable du secteur.
Cette feuille de route, qui offre des réponses à la question de "comment adapter, de façon continue, les inspections aux frontières aux mutations observées dans le monde, en matière de technologie et de multiplicité des produits et des dispositifs", touche à tous les aspects de ce contrôle, a précisé le ministre qui présidait une rencontre nationale des chefs d'Inspections aux frontières du ministère.
Il s'agit d'abord, selon lui, de revoir l'organisation du contrôle aux frontières de manière à relier les inspections aux autres services de contrôle (Douanes, ministères).
Le deuxième aspect, poursuit M. Djellab, porte sur la numérisation du contrôle aux frontières pour permettre la mise en place d'un système d'alerte en temps réel à même de détecter rapidement les produits susceptibles de nuire à la santé du consommateur et à l'économie nationale.
Une telle numérisation permettra également une interconnexion entre les inspections elles-mêmes.
Il y aura, par la même, une standardisation et une codification des procédures avant d'arriver à la numérisation.
Le troisième point du nouveau dispositif est relatif au renforcement des moyens humains et techniques des inspections, chacune selon son importance, a-t-il ajouté.
"L'inspection d'Alger, par exemple, traite 60% des flux des importations, elle doit par conséquent avoir plus de moyens qu'une inspection moins importante", a-t-il dit.
L'autre point inscrit dans ce cadre consiste à la formation et au recyclage des inspecteurs pour les mettre à niveau avec les nouvelles exigences en la matière.
La cinquième réforme inscrite est l'élargissement de la nature de contrôle assuré par les inspecteurs aux frontières. Basé actuellement sur le contrôle documentaire à hauteur de 70%, ce contrôle devrait passer par des laboratoires de contrôle de la qualité et participer même au contrôle économique assuré par les services des Douanes. "Les inspecteurs ne doivent pas se limiter au contrôle de la qualité à travers le contrôle documentaire. Ce contrôle sera plus fiable puisqu'il passera par des laboratoires de contrôle de la qualité certifiés par l'organisme algérien d'accréditation ALGERAC", a avancé le ministre. En plus du LNE (Laboratoire national d'Essai), "Nous aurons un réseau de laboratoires publics et privés accrédités", a-t-il ajouté. Pour bien mener cette tâche, le ministère compte recourir à la procédure appelée "la reconnaissance mutuelle" des laboratoires, selon laquelle l'Algérie reconnaît le contrôle assuré par un laboratoire du pays du fournisseur en contrepartie d'une reconnaissance de ses laboratoires chez le même pays. Ce contrôle d'avant-expédition permettra ainsi d'alléger le contrôle aux frontières en Algérie, selon lui.
L'Algérie importe annuellement pour 46 milliards de dollars dont 50% proviennent de l'Union européenne.
Le pays compte 35 points de contrôle frontalier au sein des ports, aéroports, frontières terrestres et zones sous-douane.
Lors de la rencontre, les Directeurs régionaux du Commerce d'Alger, Annaba, Sétif, Batna, Oran, Saida, Bechar et Ouargla ont présenté des points de situation sur le contrôle aux frontières au niveau de leurs régions.
Interrogé par ailleurs par l'APS pour savoir si le mécanisme juridique pour relancer l'importation des véhicule de moins de trois ans a été défini, M. Djellab a précisé que ce dossier était encore au stade d'ouverture.
"Le Premier ministre nous a chargés de cette mission, nous sommes dans l'étape d'ouverture du dossier. Il y a beaucoup d'intervenants sur ce dossier et, une fois que nous l'aurons préparé, nous passerons à l'étape suivante", a-t-il enchainé.

Déstockage de légumes : Djellab passe à l'acte
Après les nombreuses sommations, le ministre du Commerce, a décidé de passer à l'acte en lançant des poursuites judiciaires contre les commerçants qui refusent de déstocker les légumes à des fins de spéculation.
Intervenant sur les ondes de la Radio chaîne 3, le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes a annoncé l'engagement de poursuites judiciaires à l'encontre de quatre grossistes. "L'opération de déstockage nous a permis d'épingler quatre grossistes spécialisés dans la pomme de terre, l'oignon, la banane et la pomme", a précisé le représentant du ministère du Commerce. Cette opération d'intervention a permis, par ailleurs, de recenser un nombre important de transactions effectuées sans factures d'un coût de 552 millions de DA, a indiqué ce même responsable. Une initiative saluée par l'Association des consommateurs qui affirme, toutefois, que cette mesure ne constitue qu'une solution temporaire. Elle appelle à une stratégie globale pour lutter efficacement contre la spéculation et les transactions frauduleuses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.