Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    Covid19: opérations de rapatriement d'Algériens bloqués à l'étranger dès samedi    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    MESURES CONTRE LE COVID-19 A TIARET : La police salue la compréhension des citoyens    BECHAR : Démantèlement d'un réseau transnational de trafic de drogues    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Commercialisation des masques: des facilitations pour les chefs d'ateliers de confection    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé
Publié dans Le Maghreb le 21 - 05 - 2019

Les habitants du Touat (Adrar) renouent, à l'avènement de chaque mois de Ramadhan, avec "Tekerkeba", un rite jalousement préservé.

Faisant partie de l'ambiance ramadhanesque et légué d'une génération à l'autre, Tekerkeba, puisé du nom d'un grand tambour recouvert d'une peau d'animal, est devenue l'appellation attribuée à la mission de la personne, un bénévole, chargée de réveiller les habitants pour le rite ramadhanesque du "S'hour" (repas d'avant reprise du jeûne). Cet instrument est utilisé, de par ses fortes sonorités produites par les coups de baguette, pouvant être entendues de très loin, pour réveiller les habitants et les extirper de leur profond sommeil pour se préparer, à travers le "S'hour", à une nouvelle journée de jeûne, explique le Mesharati, Ramdane Moussaoui (73 ans), connu localement sous le nom de "Ba Ramdane", issu du ksar de Bouandji, commune d'Anzedjemir (Sud d'Adrar). Ayant gagné la confiance de la population locale pour assurer la relève de ce métier très ancien, Ba Ramdane se lève, avant l'aube, armé de son tambour pour aller, à travers les rues et ruelles de la ville, faire résonner son tambour et signifier l'heure du repas du S'hour. "On m'a confié cette mission citoyenne depuis des années, recevant ainsi le flambeau de mes aïeux du ksar, à l'instar de Koukou, Hamou Ould M'barek, Hadj Salem et Loued M'barek, qui se sont relayés ce flambeau séculaire, pour préserver ce legs ancestral de "Mesharati" (Celui qui appelle au S'hour) et pérenniser ce rite ramadhanesque", a-t-il confié.
Ba Ramdane se rappelle encore l'entame de cette mission, avec un petit "t'bel" (tambourin), avant d'être favorablement accueilli par la population qui l'a encouragé, notamment sa mère, à continuer cette "noble" tâche.
Faisant partie du décor et de l'ambiance ramadhanesque, ce "réveilleur" s'emploie tout au long des nuits du mois de Ramadhan, avec ponctualité, à sillonner la ville, donnant des percussions de tambours rythmées à des louanges et invocations à Allah, et d'autres faisant l'éloge du jeûne. Quelques nuits avant la clôture du mois de Ramadhan, Ba Ramdane, reprend d'autres expressions annonçant la fin proche du mois sacré, et reçoit à l'aube de la journée de l'Aïd El-Fitr des dons et cadeaux de la part des habitants scellant le respect que lui voue la population, dont des dattes, semoules et autres produits, en signe de récompense aux efforts et missions accomplis au service de la communauté et de sa religion.
Le fait est de constater que la personnalité assumant cette mission de Mesharati est souvent polyvalente et se charge, outre la mission de réveiller les jeuneurs, des devoirs d'appel à la prière (Muezzin), et d'autres qualités, tels que les métiers d'ouvrier ou forgeron d'instruments et outils agricoles, en plus de l'animation de regroupements conviviaux, fêtes notamment.

Pour la valorisation de la mission de Tekerkeba et Mesharati
En dépit des riches et divers équipements et technologies disponibles pouvant être exploités dans le réveil pour le S'hour, la population locale reste fortement attachée au rite séculaire de "Tekerkeba", considéré un "ingrédient" spécial du mois de Ramadhan. Conscients de la dimension ancestrale et populaire du Mesharati, le secteur de la Culture et des associations socioculturelles s'emploient à mettre en exergue cette mission et sa pérennisation. Le président de l'association culturelle pour les arts dramatiques "Oussoud El-Khachaba" (Lions des planches) d'Adrar, Nour Abdesettar, présente Tekerkeba ou Dendoune comme un créneau culturel et populaire, apanage des ksour du Touat, à préserve et valoriser pour les perpétuer aux futures générations. Dans ce cadre, des associations culturelles se sont attelées, chacune à sa manière, à mettre en valeur ces facettes du patrimoine dans la production et la réalisation d'œuvres théâtrales, à l'instar de celles reproduites en plein air, en "théâtre de Halqa" (cercle), loin des salles pour animer la scène culturelle, à la satisfaction du public. "Symboliser le personnage du Mesharati dans certaines œuvres théâtrales fait partie des actions de promotion et de valorisation de ce patrimoine séculaire", estime M. Abdesettar, en citant l'exemple de la représentation théâtrale ou Ami Saïd incarne le rôle de Mesharati armé de son tambour à percussions assourdissantes, personnalité proéminente de la culture populaire locale. La région du Touat regorge de formes d'expressions culturelles populaires, selon le même responsable associatif qui rend hommage aux associations culturelles pour leurs efforts dans l'archivage et le répertoire des composantes de ce patrimoine, en l'exploitant dans des œuvres artistiques à même d'enrichir les contenus de travaux littéraires et culturels, notamment théâtraux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.