Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adrar : "Tekerkeba", un rite spécial Ramadhan encore préservé
Publié dans Le Maghreb le 21 - 05 - 2019

Les habitants du Touat (Adrar) renouent, à l'avènement de chaque mois de Ramadhan, avec "Tekerkeba", un rite jalousement préservé.

Faisant partie de l'ambiance ramadhanesque et légué d'une génération à l'autre, Tekerkeba, puisé du nom d'un grand tambour recouvert d'une peau d'animal, est devenue l'appellation attribuée à la mission de la personne, un bénévole, chargée de réveiller les habitants pour le rite ramadhanesque du "S'hour" (repas d'avant reprise du jeûne). Cet instrument est utilisé, de par ses fortes sonorités produites par les coups de baguette, pouvant être entendues de très loin, pour réveiller les habitants et les extirper de leur profond sommeil pour se préparer, à travers le "S'hour", à une nouvelle journée de jeûne, explique le Mesharati, Ramdane Moussaoui (73 ans), connu localement sous le nom de "Ba Ramdane", issu du ksar de Bouandji, commune d'Anzedjemir (Sud d'Adrar). Ayant gagné la confiance de la population locale pour assurer la relève de ce métier très ancien, Ba Ramdane se lève, avant l'aube, armé de son tambour pour aller, à travers les rues et ruelles de la ville, faire résonner son tambour et signifier l'heure du repas du S'hour. "On m'a confié cette mission citoyenne depuis des années, recevant ainsi le flambeau de mes aïeux du ksar, à l'instar de Koukou, Hamou Ould M'barek, Hadj Salem et Loued M'barek, qui se sont relayés ce flambeau séculaire, pour préserver ce legs ancestral de "Mesharati" (Celui qui appelle au S'hour) et pérenniser ce rite ramadhanesque", a-t-il confié.
Ba Ramdane se rappelle encore l'entame de cette mission, avec un petit "t'bel" (tambourin), avant d'être favorablement accueilli par la population qui l'a encouragé, notamment sa mère, à continuer cette "noble" tâche.
Faisant partie du décor et de l'ambiance ramadhanesque, ce "réveilleur" s'emploie tout au long des nuits du mois de Ramadhan, avec ponctualité, à sillonner la ville, donnant des percussions de tambours rythmées à des louanges et invocations à Allah, et d'autres faisant l'éloge du jeûne. Quelques nuits avant la clôture du mois de Ramadhan, Ba Ramdane, reprend d'autres expressions annonçant la fin proche du mois sacré, et reçoit à l'aube de la journée de l'Aïd El-Fitr des dons et cadeaux de la part des habitants scellant le respect que lui voue la population, dont des dattes, semoules et autres produits, en signe de récompense aux efforts et missions accomplis au service de la communauté et de sa religion.
Le fait est de constater que la personnalité assumant cette mission de Mesharati est souvent polyvalente et se charge, outre la mission de réveiller les jeuneurs, des devoirs d'appel à la prière (Muezzin), et d'autres qualités, tels que les métiers d'ouvrier ou forgeron d'instruments et outils agricoles, en plus de l'animation de regroupements conviviaux, fêtes notamment.

Pour la valorisation de la mission de Tekerkeba et Mesharati
En dépit des riches et divers équipements et technologies disponibles pouvant être exploités dans le réveil pour le S'hour, la population locale reste fortement attachée au rite séculaire de "Tekerkeba", considéré un "ingrédient" spécial du mois de Ramadhan. Conscients de la dimension ancestrale et populaire du Mesharati, le secteur de la Culture et des associations socioculturelles s'emploient à mettre en exergue cette mission et sa pérennisation. Le président de l'association culturelle pour les arts dramatiques "Oussoud El-Khachaba" (Lions des planches) d'Adrar, Nour Abdesettar, présente Tekerkeba ou Dendoune comme un créneau culturel et populaire, apanage des ksour du Touat, à préserve et valoriser pour les perpétuer aux futures générations. Dans ce cadre, des associations culturelles se sont attelées, chacune à sa manière, à mettre en valeur ces facettes du patrimoine dans la production et la réalisation d'œuvres théâtrales, à l'instar de celles reproduites en plein air, en "théâtre de Halqa" (cercle), loin des salles pour animer la scène culturelle, à la satisfaction du public. "Symboliser le personnage du Mesharati dans certaines œuvres théâtrales fait partie des actions de promotion et de valorisation de ce patrimoine séculaire", estime M. Abdesettar, en citant l'exemple de la représentation théâtrale ou Ami Saïd incarne le rôle de Mesharati armé de son tambour à percussions assourdissantes, personnalité proéminente de la culture populaire locale. La région du Touat regorge de formes d'expressions culturelles populaires, selon le même responsable associatif qui rend hommage aux associations culturelles pour leurs efforts dans l'archivage et le répertoire des composantes de ce patrimoine, en l'exploitant dans des œuvres artistiques à même d'enrichir les contenus de travaux littéraires et culturels, notamment théâtraux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.