Rachid Nekkaz sort de l'isolement    Un activiste du Hirak arrêté    Les pharmaciens saisissent Tebboune    L'ANBT et le "faux communiqué"    "Il faut revoir l'architecture du financement de l'économie"    Si ça va au ralenti, c'est à cause de lui !    Le suspense perdure    Ben Selmane accusé de tentative d'assassinat    Un siècle, ça suffit !    Quatre avions d'aides décollent d'Alger vers Beyrouth    Un siècle de foot et de lutte    Plus qu'un journal, une école de formation    Ciccolini et son staff s'expriment sur leurs ambitions    Mandi reprendra demain    Ouverture tous azimuts !    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés près de Sidi Ghiles    Baisse des hospitalisations à partir du 25 juillet    Le saviez-vous... ?    Installation d'une commission d'évaluation des dégâts    Le meurtrier de Djabanet-Lihoud placé sous mandat de dépôt    ...CULTURE EN BREF ...    Guéri de la Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout    L'histoire de la gauche en Algérie, du PCA au Mouvement social    Vers une exploitation optimale des sites archéologiques et des musées    MCA : Aymen Rahmani met fin au suspense    Lésion méniscale pour Boudaoui    Association La Radieuse : Hommage à Saïd Amara    Chlef : Un meilleur éclairage pour le centre-ville    En prévision de sa réouverture : Protocole sanitaire pour les visiteurs du jardin d'essai    Acheminement d'une cargaison d'aides humanitaires au profit du peuple sahraoui    Parution. Amel Et Ses Sœurs de Leila Souidi : Hommage à vingt femmes algériennes d'exception    Constantine: Deux morts et quatre blessés dans une collision    Equipe nationale: Aouar convoqué lors du prochain stage ?    80 logements LPA de Bir El Djir: Les souscripteurs s'impatientent, le promoteur s'explique    LES BAGNES INEDITS    La royauté et l'immunité    L'algérianite ou le rêve éveillé de Mustapha    La réunion périodique présidée par Tebboune    Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans    Amar Bellani dénonce et répond au Makhzen    Après le choc, la colère !    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Incident en mer d'Oman : La version US remise en question par des dirigeants européens
Publié dans Le Maghreb le 17 - 06 - 2019

Alors que Washington et Londres pointent du doigt l'Iran en l'accusant d'être derrière les attaques de pétroliers commises en mer d'Oman, certains responsables européens, dont le chef de la diplomatie allemande, mettent en doute leur version des faits. Certains gouvernements européens ont refusé de soutenir les allégations américaines selon lesquelles l'Iran serait responsable des attaques perpétrées contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman le 13 juin. La vidéo américaine qui montre des soldats iraniens retirant une mine magnétique de la coque d'un bateau ne permet pas de tirer des conclusions quant à la responsabilité de l'attaque qui a visé deux pétroliers jeudi dans le golfe d'Oman, a jugé le ministre allemand des Affaires étrangères. Son point de vue a été fermement soutenu par Nathalie Tocci, conseillère principale de Federica Mogherini, qui a également souligné qu'avant de blâmer quelqu'un, "nous avons besoin de preuves crédibles". Elle a de plus appelé à éviter toute "provocation" dans la région. La France, de son côté, hésite à choisir son camp: elle a condamné l'attaque mais s'est abstenue de commenter les renseignements américains ou d'évaluer la vidéo de CENTCOM. À Paris, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a néanmoins appelé "l'ensemble des acteurs concernés (...) à la retenue et à la désescalade." Alors que le gouvernement britannique alimente quant à lui la version américaine, le P-DG de la société japonaise qui exploite le pétrolier Kokuka Courageous a réfuté leur vision des choses, déclarant que l'équipage avait vu un tir peu avant l'explosion. Deux pétroliers, le Front Altair et le Kokuka Courageous, respectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été vraisemblablement attaqués jeudi 13 juin en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, ont fait savoir leurs compagnies maritimes. 44 membres d'équipage ont été repêchés par des secouristes iraniens puis débarqués dans un port de la République islamique, selon l'agence de presse officielle Irna. Les États-Unis ont attribué la responsabilité de l'incident à l'Iran, qui a rejeté ces accusations en les qualifiant de non fondées. La Navy a publié jeudi 13 juin une vidéo très floue, où selon les responsables américains on peut voir un équipage iranien retirer après coup une mine "limpet" qui était posée sur la coque mais n'a pas explosé. L'Iran assure que son équipage était là pour porter secours au pétrolier.

Créer un "consensus international"
Suite à l'incident en mer d'Oman impliquant deux pétroliers, les États-Unis se prononcent maintenant sur la formation d'un consensus à l'échelle internationale afin d'en établir les circonstances, selon le secrétaire américain à la Défense par intérim, Patrick Shanahan. Les États-Unis se sont fixés l'objectif de créer un consensus international portant sur l'incident en mer d'Oman lié à une "attaque" contre les deux pétroliers, a avancé Patrick Shanahan, le secrétaire américain à la Défense par intérim le 14 juin lors d'une rencontre avec des journalistes. "La priorité pour moi et l'ambassadeur Bolton [le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, ndlr] et le secrétaire [d'État américain Mike] Pompeo est de créer un consensus international en ce qui concerne ce problème international. Au cours des dernières 24 heures, nous essayons activement d'obtenir des informations, nous échangeons activement des informations de renseignement... Nous le faisons dans la cadre de la création de ce consensus international", a-t-il lancé. Avant de poursuivre: "Plus nous pouvons déclassifier d'informations, plus nous pouvons partager d'informations, nous le ferons. Et cela est notre intention." Deux pétroliers, le Front Altair et le Kokuka Courageous, respectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été vraisemblablement attaqués jeudi 13 juin en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz, ont fait savoir leurs compagnies maritimes. 44 membres d'équipage ont été repêchés par des secouristes iraniens, puis débarqués dans un port de la République islamique, selon l'agence de presse officielle Irna. Les États-Unis ont attribué la responsabilité de l'incident à l'Iran, qui a rejeté ces accusations en les qualifiant de non fondées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.