REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump
Publié dans Le Maghreb le 18 - 06 - 2019

Après avoir fait la paix commerciale avec le Canada, Donald Trump a annoncé qu'il imposerait de nouveaux tarifs douaniers sur les produits en provenance du Mexique. Le Président américain veut forcer son homologue mexicain, Andrés Manuel López Obrador, à durcir sa politique migratoire. Un prétexte pour protéger l'industrie automobile américaine?
Il est plus facile de faire la guerre que la paix, disait Georges Clemenceau. Cette formule décrit bien l'attitude de Donald Trump face à ses partenaires commerciaux et voisins, le Mexique et le Canada, dans le cadre de l'Accord de libre-échange nord-américain. Alors qu'un nouvel accord final allait enfin être conclu, l'imprévisible dirigeant revient à la charge, cette fois-ci contre le Mexique.
Le 30 mai dernier, Trump a annoncé qu'il imposerait des taxes sur tous les produits importés du Mexique. Cette mesure viserait d'abord à forcer son homologue mexicain, Andrés Manuel López Obrador (AMLO), à durcir sa politique envers les migrants clandestins. Trump espère établir un nouveau rapport de force entre le Président AMLO et lui.
"Les gens disent depuis des années que nous devrions parler au Mexique. Le problème est que le Mexique est un "abuseur" des États-Unis, en prenant, mais en ne donnant jamais. C'est ainsi depuis des décennies. Soit ils [les Mexicains, ndlr] arrêtent l'invasion de notre pays par les trafiquants de drogue […] soit nos nombreuses entreprises […] seront ramenées aux États-Unis par le biais de la fiscalité (tarifs). L'Amérique en a assez!", a tweeté le Président américain, refusant les appels au dialogue de son homologue de gauche.
Donald Trump veut non seulement construire un mur à la frontière, mais aussi avoir son mot à dire sur la politique migratoire du Mexique, pourtant déjà durcie depuis ces derniers mois. Dans son propre pays, López Obrador est déjà critiqué pour s'être montré plus ferme envers les migrants originaires d'Amérique centrale (Honduras, Salvador, Nicaragua).
Au cours des cinq premiers mois du gouvernement AMLO, le nombre de migrants expulsés aurait triplé, passant de 5.717 personnes en décembre 2018 à 14.970 en avril 2019, selon les données de l'Institut national de la migration. Trump estime tout de même que son homologue n'en fait pas assez:
"Mexico doit reprendre le contrôle de son pays des mains des barons de la drogue et des cartels. Les droits de douane vont arrêter les drogues aussi bien que les clandestins!", a-t-il aussi écrit sur Twitter.
Selon Hubert Rioux, chercheur à l'École nationale d'administration publique du Québec (ENAP), le prétexte des migrations cache en fait un programme de nationalisme économique. Spécialiste du commerce international, il livre son analyse à Sputnik: "La justification des migrants est un écran de fumée. L'administration Trump sait très bien que le Mexique ne peut pas vraiment contrôler les flux migratoires d'Amérique latine. Ce que Trump veut, c'est forcer les motoristes américains à rapatrier leur production aux USA. Il n'a pas réussi à le faire par l'entremise du nouvel accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il le fait donc par ces tarifs", a affirmé M. Rioux à Sputnik.
Ainsi, les tarifs viseraient surtout à protéger l'industrie automobile américaine. Chaque année, des milliers de voitures fabriquées au Mexique sont importées aux États-Unis. En 2018, le Mexique aurait vendu pour 93 milliards de dollars US de véhicules et de pièces aux États-Unis et au Canada. Pourtant, les constructeurs automobiles japonais -bien implantés au Mexique- ne seront pas les seuls touchés par ces mesures.
Des constructeurs américains comme General Motors et Ford seront aussi affectés, cars ils possèdent des usines au sud de la frontière. "Ces tarifs auront d'importantes répercussions négatives sur les chaînes de valeur nord-américaines dans l'industrie automobile. Cela défavorisera surtout les filiales américaines produisant au Mexique et réexportant vers les États-Unis", précise le chercheur. Hubert Rioux est convaincu que la crise migratoire est secondaire dans cette affaire: "À mon avis, Trump est insatisfait de l'ACEUM [le nouvel accord de libre-échange nord-américain, ndlr] en ce qui concerne le Mexique. […] Avec ces tarifs, il fait d'une pierre trois coups: mettre la pression sur le gouvernement mexicain sur la question migratoire (objectif secondaire), mettre la pression sur les producteurs américains pour qu'ils rapatrient leurs usines aux États-Unis (objectif principal), mettre en péril la ratification de l'ACEUM par le Mexique", a ajouté M. Rioux.
Ce développement inattendu survient peu après la paix commerciale conclue entre le Canada et les États-Unis. Tout récemment, Trump a annoncé qu'il allait lever les taxes sur l'importation d'acier et d'aluminium en provenance du Canada. Le Canada a aussitôt annoncé qu'il allait suspendre ses mesures de représailles.

Les migrants illégaux, un prétexte pour Trump?
Rappelons que 30% du PIB du Mexique dépendent de ses exportations aux États-Unis. En 2018, le Mexique a exporté chez son voisin des produits représentant une valeur de 346 milliards de dollars US. Depuis longtemps, les États-Unis sont le principal partenaire commercial du Mexique, loin devant le Canada et les pays d'Amérique latine. À partir du 10 juin prochain, Washington imposera des tarifs douaniers de 5% sur les produits mexicains, une taxe qui pourrait atteindre 25%. Les mesures prises par Trump pourraient grandement affecter l'économie mexicaine, dont la croissance est déjà ralentie.
Malgré ces grands enjeux économiques, le sociologue Saúl Sánchez estime que Trump est insatisfait de la politique migratoire du Président AMLO. Selon ce professeur de l'Université de Guanajuato au Mexique, Trump aimerait que López Obrador bloque davantage de migrants à la frontière avec le Guatemala.
"Trump pense que la politique migratoire de López Obrador devrait se focaliser sur la sécurisation de la frontière. Il n'aime pas l'idée du Président AMLO d'un plan de développement pour l'Amérique centrale. Pour Trump, cela ne suffit pas. AMLO croit que l'origine des migrations est une mauvaise situation socioéconomique.
Trump voudrait simplement freiner l'immigration illégale par la force, sans s'attaquer à la cause du phénomène", a-t-il affirmé à Sputnik.
Dans l'adversité, Andrés Manuel López Obrador continue de jouer la carte du dialogue, souhaitant manifestement calmer les ardeurs du Président Trump.
"Le gouvernement mexicain est un ami du gouvernement des États-Unis.
Le Président du Mexique veut rester un ami du Président Trump. Nous, mexicains, sommes des amis du peuple américain. […] Espérons que rien ni personne ne sépare notre belle et sacrée amitié", a tweeté López Obrador le 2 juin dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.