Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines
Publié dans Le Maghreb le 20 - 06 - 2019

Les autorités iraniennes ont prévenu mercredi que le délai de 60 jours donné aux puissances européennes signataires de l'accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire de la république islamique ne serait pas prolongé.

Passé ce délai, qui expire au 8 juillet, l'Iran commencera à enrichir de l'uranium à des degrés supérieurs aux limites fixées par le Plan d'action global commun (PAGC) négocié par l'Iran et les puissances du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité - Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne - et l'Allemagne).
Le 8 mai dernier, un an jour pour jour après le décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de 2015, Téhéran a suspendu une première série de ses engagements et a donné 60 jours aux autres signataires pour mettre en œuvre leurs promesses de protéger l'Iran contre les sanctions de Washington.
"Le délai de deux mois fixé par l'Iran aux signataires restants du PAGC ne pourra pas être prolongé, et la seconde phase sera mise en œuvre exactement comme prévu", a déclaré le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Behrouz Kamalvandi, cité par l'agence de presse Tasnim.
La France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, les trois signataires européens de l'accord, préparent une nouvelle initiative diplomatique pour tenter de préserver le texte durement négocié avec Téhéran, a-t-on appris de source diplomatique.
Mais les chances de succès de la "troïka" européenne, à l'origine du lancement des négociations avec l'Iran dès 2003, semblent limitées.
Des discussions sont néanmoins prévues avec Brian Hook, responsable du dossier iranien au département américain d'Etat, le 27 juin à Paris.
Les ministres des Affaires étrangères des trois pays européens pourraient aussi se rendre à Téhéran, même si ce déplacement n'est pour l'heure qu'une option.
L'Iran a annoncé lundi qu'il dépasserait dans les dix jours le plafond de 300 kg d'uranium faiblement enrichi qu'il est autorisé à stocker en vertu de l'accord de 2015.
A Washington, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison blanche a dénoncé un "chantage nucléaire" et les Etats-Unis ont annoncé le déploiement de 1.000 soldats supplémentaires dans le Golfe, où les tensions ont déjà été exacerbées par les attaques subies par des pétroliers, mi-mai puis le 13 juin dernier.

L'Iran dit ne pas vouloir la guerre
"L'Iran ne veut faire la guerre à aucun pays", a assuré le président Hassan Rohani, au lendemain de l'annonce de l'envoi de renforts militaires américains au Moyen-Orient. "Nous avons en face de nous un groupe de dirigeants avec une très faible expérience", a-t-il poursuivi. "Malgré tous les efforts des Américains dans la région et leur volonté de couper tous nos liens avec le monde pour isoler l'Iran, ils ont échoué." La crainte d'une confrontation armée entre l'Iran et les Etats-Unis s'est accrue depuis les attaques, la semaine dernière, de deux pétroliers dans le golfe d'Oman, près du détroit d'Ormuz.
Les Etats-Unis accusent les autorités iraniennes d'en être responsables, ce qu'elles nient. Le secrétaire américain à la Défense par intérim Patrick Shahanan a annoncé lundi le déploiement d'un millier de soldats américains au Moyen-Orient pour une mission défensive visant à répondre, selon lui, à une menace de l'Iran.
Dans une interview accordée au Time Magazine, Donald Trump semble aussi minimiser l'hypothèse d'une réponse militaire aux attaques de pétroliers, dont il juge l'impact "mineur".
Interrogé sur sa réaction si l'Iran cherchait à obtenir la bombe atomique ou à bloquer le détroit d'Ormuz, il répond: "J'interviendrais certainement (militairement) pour l'arme nucléaire, pour le reste la question reste posée."
Dans cette période de tension, l'Iran a annoncé lundi qu'il dépasserait la semaine prochaine le plafond d'uranium faiblement enrichi qu'il est autorisé à stocker aux termes de l'accord de 2015 sur son programme nucléaire. Téhéran a cependant souligné que les pays européens pouvaient encore sauver l'accord.
"Nous faisons tout notre possible pour que l'Iran respecte (l'accord sur le nucléaire)", a répondu mardi la chancelière allemande Angela Merkel. "Si ce n'est pas le cas, cela aura bien sûr des conséquences."
La Russie a demandé de son côté aux Etats-Unis de renoncer à ses "projets provocateurs" et à ne pas déployer d'autres soldats au Moyen-Orient.
Le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a rappelé que son pays n'avait cessé de mettre en garde Washington et ses alliés régionaux contre la tentation d'"alimenter de façon irréfléchie et imprudente les tensions dans une région explosive".
"Nous assistons aujourd'hui aux tentatives américaines d'augmenter les pressions politiques, psychologiques, économiques et même militaires sur l'Iran, d'une manière vraiment provocatrice", a affirmé Sergueï Riabkov.
"Ce comportement ne peut être considéré que comme un moyen délibéré de provoquer une guerre", a-t-il ajouté.
Si les Etats-Unis ne veulent pas la guerre, a-t-il insisté, "ils doivent le prouver en n'envoyant pas de renforts militaires" au Moyen-Orient.
La Chine a également fait part de ses "vives inquiétudes" face à ce regain de tension et a appelé toutes les parties à la modération afin de ne pas "ouvrir la boîte de Pandore". Pékin a dénoncé les "politiques unilatérales" et a notamment appelé Washington à "revenir sur ses méthodes de pression".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.