Projet de Plan national de relance socio-économique: le Président Tebboune préside une réunion    Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines
Publié dans Le Maghreb le 20 - 06 - 2019

Les autorités iraniennes ont prévenu mercredi que le délai de 60 jours donné aux puissances européennes signataires de l'accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire de la république islamique ne serait pas prolongé.

Passé ce délai, qui expire au 8 juillet, l'Iran commencera à enrichir de l'uranium à des degrés supérieurs aux limites fixées par le Plan d'action global commun (PAGC) négocié par l'Iran et les puissances du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité - Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne - et l'Allemagne).
Le 8 mai dernier, un an jour pour jour après le décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord de 2015, Téhéran a suspendu une première série de ses engagements et a donné 60 jours aux autres signataires pour mettre en œuvre leurs promesses de protéger l'Iran contre les sanctions de Washington.
"Le délai de deux mois fixé par l'Iran aux signataires restants du PAGC ne pourra pas être prolongé, et la seconde phase sera mise en œuvre exactement comme prévu", a déclaré le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Behrouz Kamalvandi, cité par l'agence de presse Tasnim.
La France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, les trois signataires européens de l'accord, préparent une nouvelle initiative diplomatique pour tenter de préserver le texte durement négocié avec Téhéran, a-t-on appris de source diplomatique.
Mais les chances de succès de la "troïka" européenne, à l'origine du lancement des négociations avec l'Iran dès 2003, semblent limitées.
Des discussions sont néanmoins prévues avec Brian Hook, responsable du dossier iranien au département américain d'Etat, le 27 juin à Paris.
Les ministres des Affaires étrangères des trois pays européens pourraient aussi se rendre à Téhéran, même si ce déplacement n'est pour l'heure qu'une option.
L'Iran a annoncé lundi qu'il dépasserait dans les dix jours le plafond de 300 kg d'uranium faiblement enrichi qu'il est autorisé à stocker en vertu de l'accord de 2015.
A Washington, un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison blanche a dénoncé un "chantage nucléaire" et les Etats-Unis ont annoncé le déploiement de 1.000 soldats supplémentaires dans le Golfe, où les tensions ont déjà été exacerbées par les attaques subies par des pétroliers, mi-mai puis le 13 juin dernier.

L'Iran dit ne pas vouloir la guerre
"L'Iran ne veut faire la guerre à aucun pays", a assuré le président Hassan Rohani, au lendemain de l'annonce de l'envoi de renforts militaires américains au Moyen-Orient. "Nous avons en face de nous un groupe de dirigeants avec une très faible expérience", a-t-il poursuivi. "Malgré tous les efforts des Américains dans la région et leur volonté de couper tous nos liens avec le monde pour isoler l'Iran, ils ont échoué." La crainte d'une confrontation armée entre l'Iran et les Etats-Unis s'est accrue depuis les attaques, la semaine dernière, de deux pétroliers dans le golfe d'Oman, près du détroit d'Ormuz.
Les Etats-Unis accusent les autorités iraniennes d'en être responsables, ce qu'elles nient. Le secrétaire américain à la Défense par intérim Patrick Shahanan a annoncé lundi le déploiement d'un millier de soldats américains au Moyen-Orient pour une mission défensive visant à répondre, selon lui, à une menace de l'Iran.
Dans une interview accordée au Time Magazine, Donald Trump semble aussi minimiser l'hypothèse d'une réponse militaire aux attaques de pétroliers, dont il juge l'impact "mineur".
Interrogé sur sa réaction si l'Iran cherchait à obtenir la bombe atomique ou à bloquer le détroit d'Ormuz, il répond: "J'interviendrais certainement (militairement) pour l'arme nucléaire, pour le reste la question reste posée."
Dans cette période de tension, l'Iran a annoncé lundi qu'il dépasserait la semaine prochaine le plafond d'uranium faiblement enrichi qu'il est autorisé à stocker aux termes de l'accord de 2015 sur son programme nucléaire. Téhéran a cependant souligné que les pays européens pouvaient encore sauver l'accord.
"Nous faisons tout notre possible pour que l'Iran respecte (l'accord sur le nucléaire)", a répondu mardi la chancelière allemande Angela Merkel. "Si ce n'est pas le cas, cela aura bien sûr des conséquences."
La Russie a demandé de son côté aux Etats-Unis de renoncer à ses "projets provocateurs" et à ne pas déployer d'autres soldats au Moyen-Orient.
Le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a rappelé que son pays n'avait cessé de mettre en garde Washington et ses alliés régionaux contre la tentation d'"alimenter de façon irréfléchie et imprudente les tensions dans une région explosive".
"Nous assistons aujourd'hui aux tentatives américaines d'augmenter les pressions politiques, psychologiques, économiques et même militaires sur l'Iran, d'une manière vraiment provocatrice", a affirmé Sergueï Riabkov.
"Ce comportement ne peut être considéré que comme un moyen délibéré de provoquer une guerre", a-t-il ajouté.
Si les Etats-Unis ne veulent pas la guerre, a-t-il insisté, "ils doivent le prouver en n'envoyant pas de renforts militaires" au Moyen-Orient.
La Chine a également fait part de ses "vives inquiétudes" face à ce regain de tension et a appelé toutes les parties à la modération afin de ne pas "ouvrir la boîte de Pandore". Pékin a dénoncé les "politiques unilatérales" et a notamment appelé Washington à "revenir sur ses méthodes de pression".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.