TIARET : Belkacem Zaidouri, le chahid éclaireur    Mustapha Hadni (PLD) : « Traduire politiquement les revendications citoyennes … »    «Un dialogue serein ne peut cohabiter avec des arrestations pour délit d'opinion»    Grandiose !    D'Arles-Avignon au Milan AC, le parcours exceptionnel de Ismaël Bennacer    Scènes de liesse populaire à Béjaïa    Boisson naturelle pour lutter contre le stress    Saviez-vous que… ?    Un mort et trente blessés à Blida    Mihoubi plébiscité à la tête du RND    ACTUCULT    Explosion de joie sur fond de révolution    Bensalah peut-il rester jusqu'à la présidentielle ?    Il a purgé sa peine : Hadj Ghermoul libéré    Vu au Cairo Stadium    Accueil triomphal pour les Verts    Un sacre… un conte de fées    En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Lourdes condamnations de deux élus pour meurtre    Plus du tiers des ménages ruraux en insécurité alimentaire    Al-Baghdadi Al-Mahmoudi libéré    Un taux de réussite de 50,41% au bac    Un pétrolier algérien dirigé vers les eaux territoriales iraniennes    Algérie, les dangereuses liaisons émiraties    Formation de 400 jeunes dans les arts dramatiques    Témoignage sur un paradis perdu    Coup d'envoi des festivités    Mostaganem : Trois frères impliqués dans un trafic de drogue    Tiaret : Des résultats satisfaisants au baccalauréat    Oran : Deux morts en marge de la fête après la victoire des verts    Chantiers à l'arrêt, crédits bloqués, patrons en prison: L'économie nationale en panne    Merci, El Khadra !    Une locomotive calcinée et près de 7 hectares de chaumes ravagés par les flammes    Montage automobile, les vrais coupables !    Le festival de la chanson oranaise revient    Bourses : Les actions européennes reculent dans un climat tendu    Solaire : Saint-Etienne (France) passe au vert    Invité à la Radio : Karim Younes contre ceux qui rejettent toutes les initiatives et ceux qui veulent d'un dialogue sans les mesures d'apaisement    Maroc : Son implication dans le trafic de drogues, un danger direct pour la paix et la sécurité    Iran : Téhéran rappelle aux Etats-Unis leur situation géographique    Chine : Huawei lève le voile sur son propre système d'exploitation    Ambiance : Alger en "feu" fête la deuxième étoile continentale des "Verts"    Et le peuple algérien créa le «Hirak» !    Côte d'Ivoire : Polémique sur l'usage des réseaux sociaux par les stars du coupé décalé    L'Asus Rog Phone 2 aura droit à un Snapdragon 855 Plus    Apple va probablement abandonner ses claviers papillon    Prés de 30 millions de dollars en 5 mois    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suite aux tensions des derniers jours : L'Iran lance un avertissement ferme aux USA
Publié dans Le Maghreb le 24 - 06 - 2019

Suite à la destruction d'un drone américain près du détroit d'Ormuz, l'Iran a mis en garde Washington contre toute nouvelle agression en promettant d'y répondre sans hésiter. L'Iran a mis en garde les États-Unis en promettant de réagir à toute nouvelle agression. "Nous n'autoriserons aucune violation des frontières iraniennes. L'Iran fera face avec fermeté à toute agression ou menace de l'Amérique", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, à l'agence de presse Tasnim. Le chef de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution a prévenu le samedi 22 juin que l'Iran réagirait de manière identique en cas de nouvelle violation de son espace aérien. "C'est notre réponse à une violation de l'espace iranien et si cette violation se reproduit, notre réponse sera la même", a averti le général Amir Ali Hajizadeh, cité par l'agence iranienne Irna. "Nous avons une collection de drones américains qui sert de preuve pour confirmer que les États-Unis ont violé l'espace aérien iranien et qui montre qu'ils ne veulent pas respecter le droit international", a-t-il indiqué avant d'ajouter: "Si cette agression se reproduit, nous y ajouterons d'autres produits [militaires, ndlr] américains".
Trump: "Je n'ai jamais annulé la frappe contre l'Iran"
Le Président américain a affirmé, sur son compte Twitter, qu'il n'avait "jamais annulé" l'ordre de frapper l'Iran, ne faisant que suspendre sa décision "pour le moment". Donald Trump a indiqué que ses propos concernant l'annulation de la frappe contre l'Iran ont été mal interprétés. "Je n'ai jamais annulé la frappe contre l'Iran, comme le reportent de manière erronée les gens. Je n'ai fait que l'empêcher d'aller plus loin pour le moment", a-t-il indiqué sur Twitter.

Trump réitère qu'une action militaire est toujours possible
Le Président états-unien a annoncé le 22 juin qu'il prévoyait d'imposer de nouvelles sanctions contre Téhéran afin d'empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire. Toutefois, il a ajouté que des actions militaires étaient toujours possibles. En évoquant des sanctions contre Téhéran, Donald Trump déclare qu'une action militaire visant l'Iran est toujours possible, s'exprimant devant des journalistes à la Maison Blanche. En outre, Donald Trump a également évoqué la situation concernant un avion américain P-8 avec des passagers à bord, que l'Iran a affirmé pouvoir abattre alors qu'il accompagnait le drone états-unien mais ne pas l'avoir fait. "Il y avait un avion avec 38 personnes à bord, vous l'avez vu? Je pense que c'est une grande histoire. Ils [les Iraniens, ndlr] l'ont vu et ne l'ont pas abattu. Je crois qu'ils ont été très sages de ne pas le faire. Et nous apprécions cela. Je crois que cela a été une décision très sage", a-t-il souligné. Le commandant de la Force aérospatiale des Gardiens de la révolution islamique avait déclaré le 21 juin qu'en plus du drone états-unien, l'espace aérien iranien a été également violé par un avion américain P-8 avec 35 passagers à bord, mais les Gardiens de la révolution islamique ne l'ont pas abattu. Ces derniers jours, les tensions entre Téhéran et Washington sont montées d'un cran. Le 20 juin, soit quelques jours après l'incident impliquant des pétroliers dans le détroit d'Ormuz, les Gardiens de la révolution islamique ont annoncé avoir abattu un drone espion américain qui "était entré dans l'espace aérien iranien" dans la province d'Hormozgan, laquelle borde le détroit en question. Un responsable états-unien a confirmé l'attaque contre un appareil américain, affirmant que celui-ci se trouvait dans l'espace international. Le lendemain, l'Iran a déclaré qu'il aurait également pu abattre un avion de reconnaissance américain. Quant à Donald Trump, il a affirmé qu'il était revenu sur sa décision de frapper des cibles iraniennes à 10 minutes seulement de l'attaque. Il l'a par la suite expliqué par l'intention d'éviter un lourd bilan humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.