Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    Le combat douteux du syndicat    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Plus de 200 migrants illégaux secourus    L'épreuve de l'été    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    Tlemcen: 25 individus devant la justice, après une tentative d'agression    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suite aux tensions des derniers jours : L'Iran lance un avertissement ferme aux USA
Publié dans Le Maghreb le 24 - 06 - 2019

Suite à la destruction d'un drone américain près du détroit d'Ormuz, l'Iran a mis en garde Washington contre toute nouvelle agression en promettant d'y répondre sans hésiter. L'Iran a mis en garde les États-Unis en promettant de réagir à toute nouvelle agression. "Nous n'autoriserons aucune violation des frontières iraniennes. L'Iran fera face avec fermeté à toute agression ou menace de l'Amérique", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, à l'agence de presse Tasnim. Le chef de la force aérospatiale des Gardiens de la révolution a prévenu le samedi 22 juin que l'Iran réagirait de manière identique en cas de nouvelle violation de son espace aérien. "C'est notre réponse à une violation de l'espace iranien et si cette violation se reproduit, notre réponse sera la même", a averti le général Amir Ali Hajizadeh, cité par l'agence iranienne Irna. "Nous avons une collection de drones américains qui sert de preuve pour confirmer que les États-Unis ont violé l'espace aérien iranien et qui montre qu'ils ne veulent pas respecter le droit international", a-t-il indiqué avant d'ajouter: "Si cette agression se reproduit, nous y ajouterons d'autres produits [militaires, ndlr] américains".
Trump: "Je n'ai jamais annulé la frappe contre l'Iran"
Le Président américain a affirmé, sur son compte Twitter, qu'il n'avait "jamais annulé" l'ordre de frapper l'Iran, ne faisant que suspendre sa décision "pour le moment". Donald Trump a indiqué que ses propos concernant l'annulation de la frappe contre l'Iran ont été mal interprétés. "Je n'ai jamais annulé la frappe contre l'Iran, comme le reportent de manière erronée les gens. Je n'ai fait que l'empêcher d'aller plus loin pour le moment", a-t-il indiqué sur Twitter.

Trump réitère qu'une action militaire est toujours possible
Le Président états-unien a annoncé le 22 juin qu'il prévoyait d'imposer de nouvelles sanctions contre Téhéran afin d'empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire. Toutefois, il a ajouté que des actions militaires étaient toujours possibles. En évoquant des sanctions contre Téhéran, Donald Trump déclare qu'une action militaire visant l'Iran est toujours possible, s'exprimant devant des journalistes à la Maison Blanche. En outre, Donald Trump a également évoqué la situation concernant un avion américain P-8 avec des passagers à bord, que l'Iran a affirmé pouvoir abattre alors qu'il accompagnait le drone états-unien mais ne pas l'avoir fait. "Il y avait un avion avec 38 personnes à bord, vous l'avez vu? Je pense que c'est une grande histoire. Ils [les Iraniens, ndlr] l'ont vu et ne l'ont pas abattu. Je crois qu'ils ont été très sages de ne pas le faire. Et nous apprécions cela. Je crois que cela a été une décision très sage", a-t-il souligné. Le commandant de la Force aérospatiale des Gardiens de la révolution islamique avait déclaré le 21 juin qu'en plus du drone états-unien, l'espace aérien iranien a été également violé par un avion américain P-8 avec 35 passagers à bord, mais les Gardiens de la révolution islamique ne l'ont pas abattu. Ces derniers jours, les tensions entre Téhéran et Washington sont montées d'un cran. Le 20 juin, soit quelques jours après l'incident impliquant des pétroliers dans le détroit d'Ormuz, les Gardiens de la révolution islamique ont annoncé avoir abattu un drone espion américain qui "était entré dans l'espace aérien iranien" dans la province d'Hormozgan, laquelle borde le détroit en question. Un responsable états-unien a confirmé l'attaque contre un appareil américain, affirmant que celui-ci se trouvait dans l'espace international. Le lendemain, l'Iran a déclaré qu'il aurait également pu abattre un avion de reconnaissance américain. Quant à Donald Trump, il a affirmé qu'il était revenu sur sa décision de frapper des cibles iraniennes à 10 minutes seulement de l'attaque. Il l'a par la suite expliqué par l'intention d'éviter un lourd bilan humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.