Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Drone américain abattu: Trump dit avoir annulé des frappes contre l'Iran à la dernière minute

Donald Trump a affirmé vendredi avoir annulé à la dernière minute des frappes contre l'Iran pour éviter un bilan humain dramatique, tout en maintenant ses menaces de représailles contre Téhéran qui a abattu un drone américain.
Surprenant de la part d'un président des Etats-Unis, l'ancien homme d'affaires a, dans une série de tweets matinaux, fait le récit détaillé de la soirée de jeudi, donnant un aperçu inédit - et très personnel - de sa prise de décision sur ce dossier aux lourds enjeux militaires et stratégiques. "Nous étions armés et prêts à riposter la nuit dernière contre trois sites différents quand j'ai demandé combien (de personnes) allaient mourir", a-t-il écrit. "150 personnes, monsieur, a été la réponse d'un général. 10 minutes avant la frappe, je l'ai stoppée, c'était disproportionné par rapport à une attaque contre un drone". L'Iran a abattu jeudi un drone Global Hawk qui, a-t-il assuré, avait violé son espace aérien, une version des faits contestée avec force par les Etats-Unis. Ce dernier développement a provoqué un nouvel accès de fièvre entre les deux pays ennemis. L'administration Trump mène une politique de "pression maximale" pour pousser l'Iran à réduire encore davantage ses ambitions nucléaires et limiter son influence régionale. "Je ne suis pas pressé, notre armée est (...) prête et de loin la meilleure au monde", a ajouté le président américain, toujours sur Twitter. "L'Iran ne sera JAMAIS autorisé à avoir d'armes nucléaires, pas contre les Etats-Unis, et pas contre le MONDE!".
Boule de feu
Vendredi, le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi a fait passer un message "d'urgence" à Washington via la Suisse, disant que son pays "ne cherchait pas la guerre" mais qu'il défendrait "résolument son territoire contre toute agression". L'ambassade de Suisse à Téhéran représente les intérêts américains en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays depuis 1980. La télévision d'Etat iranienne a diffusé des images présentées comme étant celles des "débris" du drone détruit Global Hawk, alignés par terre ou sur des présentoirs. "Les débris flottants ont été repêchés par les forces navales et transférés comme vous le voyez à Téhéran", a dit à la télévision le général de brigade Amirali Hajizadeh dans une base à Téhéran. D'autres morceaux de l'appareil ont coulé. Selon ce chef de la force aérospatiale des Gardiens de la Révolution, armée idéologique du pays, l'Iran a lancé deux avertissements avant d'abattre le drone. La télévision d'Etat a également diffusé un extrait vidéo présenté comme étant l'interception du drone par un missile "3-Khordad", mais son authenticité ne pouvait être immédiatement prouvée. Les images montrent un missile tiré à partir d'une batterie mobile dans la nuit.
Après une coupe, on voit une explosion et une boule de feu descendre à la verticale dans un ciel noir. Face à l'escalade, plusieurs compagnies aériennes comme KLM, Qantas, Singapore Airlines, Malaysia Airlines et Lufthansa ont suivi les compagnies américaines en décidant d'éviter de survoler le Golfe d'Oman et le détroit d'Ormuz, point de passage stratégique pour l'approvisionnement mondial de pétrole dans la région du Golfe.
Chaud et froid
Soufflant le chaud et le froid, M. Trump avait d'abord qualifié jeudi d'"énorme erreur" la frappe iranienne, avant d'évoquer la piste d'une erreur du côté iranien faite par quelqu'un de "stupide", semblant vouloir faire baisser la température. Lors d'une visite en Arabie saoudite, pays allié des Etats-Unis et grand rival régional de la République islamique, l'envoyé spécial des Etats-Unis pour l'Iran, Brian Hook, a accusé Téhéran d'être "responsable de l'aggravation des tensions" et de "continuer de rejeter les ouvertures diplomatiques" américaines. Bien que les Etats-Unis et l'Iran répètent ne pas chercher la guerre, la multiplication des incidents fait craindre qu'une étincelle ne mette le feu aux poudres. La Russie a mis en garde contre un éventuel recours des Etats-Unis à la force contre l'Iran, estimant que cela serait "une catastrophe".
En revanche, Israël a appelé la communauté internationale à soutenir les Etats-Unis face à l'Iran. Les tensions ne cessent de monter depuis le retrait américain en mai 2018 de l'accord international sur le nucléaire iranien suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre l'Iran, privant ce pays des bénéfices économiques qu'il escomptait de ce pacte. Elles se sont intensifiées avec des attaques contre des pétroliers dans la région du Golfe en mai et en juin, imputées par Washington à Téhéran qui a démenti. Les Etats-Unis viennent de renforcer davantage leur dispositif militaire au Moyen-Orient alors que de nouvelles frictions sont à prévoir avec l'annonce par l'Iran que ses réserves d'uranium enrichi dépasseraient à partir du 27 juin la limite prévue par l'accord nucléaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.