Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conflit irano-américain.. Trump a annulé des frappes à la dernière minute
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 06 - 2019

L'Iran a abattu jeudi, un drone Global Hawk qui, a-t-il assuré, «avait violé son espace aérien, une version des faits contestée avec force par les Etats-Unis».
Donald Trump a affirmé hier, avoir annulé à la dernière minute des frappes contre l'Iran pour éviter un bilan humain dramatique, tout en maintenant ses menaces de représailles contre Téhéran qui a abattu un drone américain. Surprenant de la part d'un président des Etats-Unis, l'ancien homme d'affaires a, dans une série de tweets matinaux, fait le récit détaillé de la soirée de jeudi, donnant un aperçu inédit – et très personnel – de sa prise de décision sur ce dossier aux lourds enjeux militaires et stratégiques. «Nous étions armés et prêts à riposter la nuit dernière contre trois sites différents quand j'ai demandé combien (de personnes) allaient mourir», a-t-il écrit. «150 personnes, monsieur, a été la réponse d'un général. 10 minutes avant la frappe, je l'ai stoppée, c'était disproportionné par rapport à une attaque contre un drone». L'Iran a abattu jeudi, un drone Global Hawk qui, a-t-il assuré, «avait violé son espace aérien, une version des faits contestée avec force par les Etats-Unis». Ce dernier développement a provoqué un nouvel accès de fièvre entre les deux pays ennemis.
L'administration Trump mène une politique de «pression maximale» pour pousser l'Iran à réduire encore davantage ses ambitions nucléaires et limiter son influence régionale. «Je ne suis pas pressé, notre armée est (…) prête et de loin la meilleure au monde», a ajouté le président américain, toujours sur Twitter. «L'Iran ne sera JAMAIS autorisé à avoir d'armes nucléaires, pas contre les Etats-Unis, et pas contre le MONDE!».
Boule de feu
Hier, le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi a fait passer un message «d'urgence» à Washington via la Suisse, disant que son pays «ne cherchait pas la guerre», mais qu'il défendrait «résolument son territoire contre toute agression». L'ambassade de Suisse à Téhéran représente les intérêts américains en l'absence de relations diplomatiques entre les deux pays depuis 1980. La télévision d'Etat iranienne a diffusé des images présentées comme étant celles des «débris» du drone détruit Global Hawk, alignés par terre ou sur des présentoirs. «Les débris flottants ont été repêchés par les forces navales et transférés comme vous le voyez à Téhéran», a dit à la télévision le général de brigade Amirali Hajizadeh dans une base à Téhéran. D'autres morceaux de l'appareil ont coulé.
Selon ce chef de la force aérospatiale des Gardiens de la Révolution, armée idéologique du pays, «l'Iran a lancé deux avertissements avant d'abattre le drone». La télévision d'Etat a également diffusé un extrait vidéo présenté comme étant l'interception du drone par un missile «3-Khordad», mais son authenticité ne pouvait être immédiatement prouvée. Les images montrent un missile tiré à partir d'une batterie mobile dans la nuit. Après une coupe, on voit une explosion et une boule de feu descendre à la verticale dans un ciel noir. Face à l'escalade, plusieurs compagnies aériennes comme KLM, Qantas, Singapore Airlines, Malaysia Airlines et Lufthansa ont suivi les compagnies américaines en décidant d'éviter de survoler le Golfe d'Oman et le détroit d'Ormuz, point de passage stratégique pour l'approvisionnement mondial de pétrole dans la région du Golfe. Soufflant le chaud et le froid, M. Trump avait d'abord qualifié jeudi, d'«énorme erreur» la frappe iranienne, avant d'évoquer la piste d'une erreur du côté iranien faite par quelqu'un de «stupide», semblant vouloir faire baisser la température.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.