«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage
Publié dans Le Maghreb le 23 - 07 - 2019

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, a exhorté, dimanche à Alger, les responsables du secteur afin de faire du jumelage entre les établissements publics de santé, une activité "obligatoire", qualifiant celle-ci de "choix stratégique".

S'exprimant à l'ouverture d'une rencontre nationale d'évaluation du jumelage et de la télémédecine, le ministre a instruit les Directeurs de la Santé et de la Population (DSP), les cadres de la Santé, les directeurs des établissements publics de santé et autres acteurs du secteur sur "l'obligation" de l'activité de jumelage entre les structures du nord du pays et celles du sud et des Hauts-Plateaux. Cette pratique, consacrée à la faveur du décret exécutif n 16-197 du 4/6/2016 et consistant en l'envoi de missions médicales et paramédicales des CHU du nord pour assister celles du sud et des Hauts-plateaux, et qui a été jusque-là "volontaire et conjoncturelle", sera, désormais, effectuée en application d'un cadre juridique renforcé par des dispositions "incitatives".
Il citera, à ce propos, notamment la dotation par le ministère de la Santé d'un budget spécifiquement destiné à cette activité et incluant une indemnité d'intéressement de l'ordre de 25% du salaire mensuel du praticien, a-t-il soutenu. Qualifiant le jumelage de "choix stratégique", le ministre a expliqué que celui-ci obéit à "la consécration effective des principes de généralisation, d'équité, de solidarité et de continuité de l'offre publique de soins sur lesquels repose le système national de santé", affirmant que cette pratique "ciblera prioritairement" les wilayas en manque de certaines spécialités.
Tout en soutenant que les établissements hospitaliers du sud et des Hauts-plateaux "ont bénéficié ces dernières années d'équipements importants et de plateaux techniques répondant aux besoins des professionnels de santé", M. Miraoui a ajouté que ces derniers s'y rendent davantage, grâce également à "un cadre juridique favorable".

Plus de 135.000 consultations médicales depuis 2016
Depuis le lancement de l'activité en 2016, un total de 96 conventions ont été signées entre 40 établissements hospitaliers du nord et 64 du Sud et des Hauts-plateaux ayant permis la réalisation de plus de 135.000 consultations médicales spécialisées et de quelque 15.000 interventions chirurgicales. 292 malades ont ainsi été transférés vers les établissements pilotes du Nord du pays, alors que 685 praticiens ont bénéficié de formations dans le cadre de cette formule de prise en charge sanitaire.
Tout en affichant son satisfécit quant à ce bilan, arrêté à la fin du 1er trimestre de l'année en cours, le ministre a assuré que les missions effectuées jusque-là ont permis de réduire "sensiblement" le nombre des transferts de malades du Sud et des Hauts-plateaux vers le Nord du pays.
Ceci, a-t-il poursuivi, tout en permettant "l'accompagnement" des praticiens spécialistes exerçant dans le cadre du service civil ainsi qu'une utilisation "plus rationnelle" des nouveaux équipements mis à la disposition des structures de santé du sud et des Hauts-plateaux.
Plaidant pour une "amélioration" du réseau de jumelage existant, le ministre a estimé que la rencontre d'aujourd'hui sert précisément à "examiner et corriger les insuffisances" qui empêchent cette perspective, notant que celle-ci passe par "la complémentarité et la coordination" entre les établissements d'accueil et les équipes médicales et paramédicales du Nord.Il fera savoir, à ce propos, que son secteur envisage de "nouvelles formes" de jumelage, citant la télémédecine et la formation à distance ainsi que la télé-radiologie, avant de préciser que le secteur privé est mis à contribution notamment dans cette dernière discipline.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.