Tenue dimanche de la réunion du Conseil des ministres    Dispositif sur l'ouverture "graduelle et contrôlée" des plages et des lieux de détente à partir de samedi prochain    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    Secousses telluriques à Mila: les familles sinistrées évacuées et hébergées sous des tentes et dans des structures pour jeunes    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'alimentation en eau potable perturbée    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    El Tarf: Deux morts par noyade    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage
Publié dans Le Maghreb le 23 - 07 - 2019

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, a exhorté, dimanche à Alger, les responsables du secteur afin de faire du jumelage entre les établissements publics de santé, une activité "obligatoire", qualifiant celle-ci de "choix stratégique".

S'exprimant à l'ouverture d'une rencontre nationale d'évaluation du jumelage et de la télémédecine, le ministre a instruit les Directeurs de la Santé et de la Population (DSP), les cadres de la Santé, les directeurs des établissements publics de santé et autres acteurs du secteur sur "l'obligation" de l'activité de jumelage entre les structures du nord du pays et celles du sud et des Hauts-Plateaux. Cette pratique, consacrée à la faveur du décret exécutif n 16-197 du 4/6/2016 et consistant en l'envoi de missions médicales et paramédicales des CHU du nord pour assister celles du sud et des Hauts-plateaux, et qui a été jusque-là "volontaire et conjoncturelle", sera, désormais, effectuée en application d'un cadre juridique renforcé par des dispositions "incitatives".
Il citera, à ce propos, notamment la dotation par le ministère de la Santé d'un budget spécifiquement destiné à cette activité et incluant une indemnité d'intéressement de l'ordre de 25% du salaire mensuel du praticien, a-t-il soutenu. Qualifiant le jumelage de "choix stratégique", le ministre a expliqué que celui-ci obéit à "la consécration effective des principes de généralisation, d'équité, de solidarité et de continuité de l'offre publique de soins sur lesquels repose le système national de santé", affirmant que cette pratique "ciblera prioritairement" les wilayas en manque de certaines spécialités.
Tout en soutenant que les établissements hospitaliers du sud et des Hauts-plateaux "ont bénéficié ces dernières années d'équipements importants et de plateaux techniques répondant aux besoins des professionnels de santé", M. Miraoui a ajouté que ces derniers s'y rendent davantage, grâce également à "un cadre juridique favorable".

Plus de 135.000 consultations médicales depuis 2016
Depuis le lancement de l'activité en 2016, un total de 96 conventions ont été signées entre 40 établissements hospitaliers du nord et 64 du Sud et des Hauts-plateaux ayant permis la réalisation de plus de 135.000 consultations médicales spécialisées et de quelque 15.000 interventions chirurgicales. 292 malades ont ainsi été transférés vers les établissements pilotes du Nord du pays, alors que 685 praticiens ont bénéficié de formations dans le cadre de cette formule de prise en charge sanitaire.
Tout en affichant son satisfécit quant à ce bilan, arrêté à la fin du 1er trimestre de l'année en cours, le ministre a assuré que les missions effectuées jusque-là ont permis de réduire "sensiblement" le nombre des transferts de malades du Sud et des Hauts-plateaux vers le Nord du pays.
Ceci, a-t-il poursuivi, tout en permettant "l'accompagnement" des praticiens spécialistes exerçant dans le cadre du service civil ainsi qu'une utilisation "plus rationnelle" des nouveaux équipements mis à la disposition des structures de santé du sud et des Hauts-plateaux.
Plaidant pour une "amélioration" du réseau de jumelage existant, le ministre a estimé que la rencontre d'aujourd'hui sert précisément à "examiner et corriger les insuffisances" qui empêchent cette perspective, notant que celle-ci passe par "la complémentarité et la coordination" entre les établissements d'accueil et les équipes médicales et paramédicales du Nord.Il fera savoir, à ce propos, que son secteur envisage de "nouvelles formes" de jumelage, citant la télémédecine et la formation à distance ainsi que la télé-radiologie, avant de préciser que le secteur privé est mis à contribution notamment dans cette dernière discipline.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.