Une commission d'enquête sur les causes de l'effondrement du tunnel minier à Ain Azal    Ligue des champions africaine : La CAF renonce officiellement au Final four    Saison footballistique 2020/2021 : Zones d'ombre et interrogations    BNA: lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Hommage au collectif d'avocats du FLN jeudi    Sahara occidental: le principe d'autodétermination "continuera d'éclairer l'unité de l'Afrique"    Cérémonie d'installation du nouveau commandant de la Gendarmerie nationale    Décès de M'hamed Benredouane: Tebboune adresse ses condoléances    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : 4 ans de prison requis contre le journaliste Khaled Drarni    532 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Effondrement d'un tunnel minier à Ain Azal: Tebboune présente ses condoléances    INCENDIE A LA FORET DE CANASTEL (ORAN) : Deux hectares de pins d'Alep partis en fumée    CONSTANTINE : Saisie de 90 000 comprimés de psychotropes    La défense de Khalida Toumi évoque une détention ‘'illégale''    Réouverture prochaine des mosquées: appel au respect des mesures préventives    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Marche des supporters de l'ES Sétif    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    L'arbitre Ghorbal présélectionné pour le Mondial-2022    Stéréotypes stériles ou regard objectif    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Covid-19 et Toufik-34    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Tipasa : Une artisane aux doigts de fée    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Des départs plus grands !    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Pour un élargissement des domaines de compétences    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique
Publié dans Le Maghreb le 18 - 08 - 2019

La Commission fédérale américaine du commerce (FTC) est prête à démanteler si nécessaire les grandes plates-formes technologiques en dénouant des fusions passées, a déclaré son président, Joe Simons, dans un entretien publié mardi par l'agence Bloomberg.

Démanteler un groupe n'est pas chose aisée mais pourrait être le remède adéquat pour faire rentrer dans le rang des groupes dominants et rétablir la concurrence, a-t-il dit.
La FTC conduit actuellement un vaste examen pour établir si des grands acteurs du numérique comme Facebook entravent la concurrence. Aucun commentaire n'a été obtenu par Reuters auprès de la FTC suite aux déclarations de Simons. Les géants du numérique suscitent la suspicion aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde, les législateurs, les associations de consommateurs et leur concurrents estimant qu'ils ont trop de pouvoir, au préjudice du public et de la concurrence.
Bloomberg, citant des personnes informées de la situation, a par ailleurs rapporté mardi que Facebook avait fait appel à des prestataires externes pour retranscrire des enregistrements audio effectués par les utilisateurs de l'une de ses applications.
Facebook a confirmé l'information et précisé que cette pratique n'avait plus cours, a indiqué Bloomberg. Il a déclaré que les prestataires externes étaient chargés de vérifier l'exactitude des retranscriptions effectuées par intelligence artificielle lorsque des utilisateurs de l'application Messenger demandaient cette fonctionnalité. La firme américaine n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire de Reuters.

Entendus sur la "taxe Gafa" votée en France
Google, Facebook et Amazon font partie des grands acteurs du numérique ("Gafa") qui seront auditionnés lundi prochain, le 19 août, par les services du représentant américain au Commerce (USTR) dans le cadre de leur enquête sur la "taxe Gafa" votée le mois dernier par le Parlement français. Le texte adopté début juillet à Paris prévoit qu'une taxe de 3% sur les revenus s'appliquera rétroactivement au 1er janvier 2019 aux sociétés réalisant un chiffre d'affaires sur leurs activités numériques d'au moins 750 millions d'euros au niveau mondial et de plus de 25 millions d'euros sur le sol français.
Avant même que le texte ne soit adopté, Donald Trump avait ordonné l'ouverture d'une enquête par les services du représentant américain au Commerce, une procédure pouvant déboucher sur la mise en place de droits de douane ou d'autres mesures de rétorsion commerciales. Paris a exhorté le président américain à ne pas mélanger tarifs douaniers et taxe digitale, dans l'espoir de couper court aux menaces de représailles de Washington.
Le département américain du Commerce a dénoncé une taxe "déraisonnable" ne suivant pas les règles fiscales, disant y voir une mesure discriminatoire à l'encontre des entreprises américaines. Une trentaine de sociétés devraient être concernées par la "taxe Gafa". La plupart sont américaines, à commencer par Google, Amazon, Facebook et Apple dont les initiales lui ont donné son nom. Dans un témoignage transmis par écrit, le directeur de la politique fiscale internationale d'Amazon, Peter Hiltz, déclare que plus de 10.000 PME françaises vendent des produits via les plateformes d'Amazon et que le distributeur américain les a notifiées que certains frais augmenteraient de 3% pour les ventes effectuées sur le site français d'Amazon à compter du 1er octobre prochain.
A cause de la taxe Gafa, écrit-il, "les produits et services américains vendus par le magasin en ligne d'Amazon en France coûteront plus cher". Le directeur de la politique fiscale mondiale de Facebook, Alan Lee, a dit pour sa part que la nouvelle taxe française "posait des difficultés au modèle économique de Facebook et nuirait à la croissance et à l'innovation de l'économie du numérique". Il a ajouté, dans des remarques communiquées par avance, que des moyens et du temps supplémentaires seraient nécessaires pour être en conformité avec la "taxe Gafa" et d'éventuels audits. Jennifer McCloskey, une dirigeante du Conseil de l'industrie technologique (CIT) qui défend les intérêts de nombreuses sociétés du numérique, dira lundi devant le département américain du Commerce que la réglementation française "constitue un précédent troublant" et "pourrait affecter de manière disproportionnée les sociétés ayant leur siège aux Etats-Unis". Un groupe d'entreprises parmi lesquelles Airbnb, Amazon, Expedia, Facebook, Google, Microsoft et Twitter, ont déclaré dans un communiqué conjoint que la taxe Gafa était "injustifiable", "discriminatoire", et inadéquate vis-à-vis des principes internationaux en matière de politique fiscale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.