La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?
Publié dans Le Maghreb le 19 - 09 - 2019

Les attaques de drones du 14 septembre en Arabie saoudite ont provoqué des incendies sur deux sites pétroliers majeurs de Saudi Aramco. L'événement a réduit de moitié la production de brut et ravivé les tensions dans le royaume où beaucoup imputent cette agression à l'Iran. Sputnik s'en est entretenu avec un économiste et un général saoudiens.
Samedi 14 septembre, deux installations pétrolières du géant Aramco en Arabie saoudite ont été ciblées par une attaque de drones, revendiquée par les Houthis yéménites. Les incendies provoqués dans les structures ont eu pour effet un effondrement de la production d'hydrocarbures dans le royaume.
"Il y a eu également par le passé des attaques de ce genre, mais cette fois, il s'agit sans doute de l'attaque la plus puissante et la plus destructrice jamais connue. Le plus grave est qu'elle a perturbé les travaux sur le champ pétrolier de Khurais [l'un des plus importants gisements du royaume, ndlr]. Cela a engendré une chute de la production de 5,7 millions de barils par jour. […] On a dû suspendre le travail de la raffinerie dans la région, ce qui a totalisé finalement la perte de la production à 9,8 millions de barils par jour, soit 50% de la production de Saudi Aramco", a rappelé à Sputnik l'expert économique saoudien Mohammed al-Sabban. Selon ce dernier, c'est l'Iran qui est le commanditaire de ces frappes.
Mohammed al-Sabban s'est dit persuadé que l'Arabie saoudite ne manquerait pas de riposter à cette agression. D'après lui, bien des Saoudiens s'en tiennent à cette version et prônent des frappes de rétorsion contre l'infrastructure pétrolière de Téhéran.
Un autre interlocuteur de Sputnik, le général Hasan al-Shahri estime toutefois qu'il serait prématuré d'en accuser qui que ce soit, l'enquête étant en cours.
"L'Arabie saoudite n'envisage pas de riposter, car cela pourrait déclencher une guerre. C'est justement ce que veulent des groupes de mercenaires au Yémen, au Liban et en Irak. Quoi qu'il en soit, l'Arabie saoudite aspire à la paix et à la stabilité dans la région", a souligné le militaire saoudien.
Des drones des Houthis yéménites ont visé samedi 14 septembre deux installations stratégiques de la compagnie pétrolière Aramco en Arabie saoudite.
Selon le ministre de l'Énergie, le prince Abdoulaziz ben Salmane, cité samedi par la Saudi Press Agency, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.
Les États-Unis ont imputé les attaques à l'Iran, ce que la République islamique a nié, dénonçant des accusations "insensées".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.