La réunion du GST-Mali, une opportunité pour faire le point sur le processus d'Alger    8 mars: le Président Tebboune honore des femmes algériennes    USMA: Zeghdoud nouvel entraineur    Des expériences féminines en matière "d'entrepreneuriat culturel" présentées à Alger    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Tendances instables    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    Un texte d'un «autre temps»    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinéma : "Papicha", Mounia Meddour fait bouger l'Algérie
Publié dans Le Maghreb le 10 - 10 - 2019

La sortie du film en Algérie a été annulée sans explication… Ce mercredi 9 octobre, il sort en France. Auparavant, " Papicha " avait reçu un accueil enthousiaste à Cannes, au moment même où la jeunesse algérienne manifestait dans les rues. Ce petit chef-d'œuvre de Mounia Meddour a tout pour faire bouger les lignes, car il montre le chemin vers la liberté.

Comment se frayer son chemin vers la liberté ? Dans Papicha, son premier long métrage, la jeune réalisatrice algérienne Mounia Meddour le montre de façon magistrale. Elle nous emporte sur une énorme vague cinématographique dans l'Algérie des années 1990. Inspiré de faits réels, le film raconte la rage d'une jeune fille algéroise face aux intimidations des islamistes. Avec ses tissus et ses épingles, elle défend son rêve de devenir créatrice de mode et donc de son propre monde face aux voiles imposés par la terreur.

Le noir et le rouge à lèvres
Papicha commence dans le noir. En pleine nuit, deux jeunes étudiantes sortent par la fenêtre de leur chambre, puis passent par un petit trou dans la clôture de leur résidence universitaire à l'extérieur où une voiture les attend. Elles n'ont rien volé, ne veulent commettre aucun crime, elles ont juste envie d'aller danser dans une boîte de nuit. En fermant la porte de la voiture, elles entrent dans un nouvel univers : fard à paupières, rouge à lèvres, robe courte, éclats de rire, musique à fond. Mais, voilà, un barrage de militaires cagoulés arrête leur taxi clandestin…
On est à Alger, en 1997, avec 40 000 victimes, l'année la plus meurtrière de la décennie noire. Les attentats se succèdent à un rythme de plus en plus accéléré. Mais Nedjma et ses copines refusent d'arrêter de vivre. Le rêve de Nedjma est de devenir styliste. Pour faire vivre sa passion, la couture, les robes féminines, les dresses osées, elle est prête à vendre ses créations dans les toilettes des boîtes de nuit où les jolies jeunes filles, les papichas, se les arrachent. Ses robes permettent à chacune de se montrer comme elle est et comme elle veut être.

Nedjma crée la liberté à travers sa mode
Malgré une situation politique de plus en plus explosive, Nedjma tient tête, avec comme seules armes son regard innocent, son sourire attachant, son apparence séduisante et ses épingles. Elle est l'emblème d'une jeunesse libre, créative, pleine de projets et d'espoirs. Au début, elle arrive juste avec son charme et sa nonchalance à surmonter les obstacles et à refuser le diktat du " hijab pour la musulmane ".
Mais très vite, elle s'aperçoit à quel point sa soif de liberté contrarie les idées islamistes qui sont en train de s'imposer avec de plus en plus de violence dans la société. À défaut de pouvoir changer le monde, Nedjma reste résolue à créer son propre monde. Après l'assassinat de sa sœur photographe, elle transforme le haïk, ce vêtement féminin dans lequel Linda a été abattue, en un tissu de la liberté. En pliant de façon inédite ce voile double face long de cinq mètres, elle fait en même temps plier son adversaire. Des larmes et du sang, elle en fait naître le projet d'un défilé de ces robes de la résistance dans sa cité universitaire.

Papicha, chronique d'une lutte
Dès les premières scènes, envoyées à un rythme fou, on se sent emporté par une vague. Avec l'évidence de ses images et l'enthousiasme de son récit, Mounia Meddour nous embarque illico dans cette résidence universitaire à Alger où tous les conflits et confrontations des années de braise se cristallisent. Mettre une robe et non pas un hijab devient un enjeu de société et même de survie. Incarnées avec une énergie et une conviction incroyables par les actrices, les images nous aspirent au cœur de cette histoire. Papicha devient la chronique de lutte de ces jeunes femmes décidées à défendre leurs espaces de liberté et leurs droits face aux islamistes, hommes et femmes.

Mounia Meddour, l'esthétique d'une résistance
Née en 1978, fille du réalisateur algérien Azzedine Meddour, Mounia Meddour avait à l'époque 19 ans, comme son personnage principal Nedjma, interprété avec une grande sincérité et la grâce d'une beauté et d'une jeunesse bouleversante par Lyna Khoudri. Ceci dit, le véritable enjeu de Papicha n'était pas de tourner un film sur cette époque, mais de transmettre aux générations d'aujourd'hui la raison d'être d'une lutte pour la liberté. Et cela d'une façon universelle.
Après une formation en journalisme et au cinéma en France et plusieurs documentaires comme Particules élémentaires (2007) ou Cinéma algérien, un nouveau souffle (2011), Mounia Meddour a visiblement trouvé le courage de se souvenir et de préserver l'esprit, l'éthique et l'esthétique d'une résistance et d'une résilience contre les forces obscures du fondamentalisme. Papicha dégage la fureur de vivre, la force de frappe de la création. Autrement dit : quand les épingles se montrent plus fortes que les kalachnikovs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.