Sahara occidental: Désignation d'un nouvel émissaire au menu de la réunion du Conseil de sécurité    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    Soufiane Djillali accable l'ancien président Bouteflika    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    TRAITEMENT DES MALADES ATTEINTS DU COVID-19 : 300 000 boîtes de Chloroquine disponibles    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    Coronavirus : Abdelkader Bensalah fait don d'un mois de son salaire    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    Colla (Bordj Bou Arréridj) : Les enfants autistes livrés à eux-mêmes    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus: plusieurs facilitations fiscales au profit des entreprises    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    3 personnes interpellées    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Benlamri lourdement sanctionné    Un député français saisit le procureur de Paris    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    On vous le dit    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    Vers une remontée des prix du pétrole ?    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat
Publié dans Le Maghreb le 13 - 11 - 2019

"Femmes au cinéma, femmes de cinéma" a été, dimanche à la salle Frantz Fanon à l'Office Riadh El Feth (Alger), le thème d'une table ronde organisée dans le cadre du 10e Festival international du cinéma d'Alger (FICA), en présence de la cinéaste algérienne Amina Bedjaoui Haddad et de cinéastes femmes d'Italie, de France et du Burkina Faso.
Cette rencontre dont la modératrice a été la critique franco-algérienne Nadia Meflah a permis d'évoquer les disparités entre cinéastes hommes et femmes en termes de thèmes traités, d'opportunités de travail et de financement aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement.
Les participantes ont, ainsi, mis en exergue les difficultés auxquelles elles sont confrontées dans les différents métiers du cinéma, notamment la réalisation et la production.
Soulignant que "les réalisatrices sont souvent critiquées pour les thèmes qu'elles choisissent", les intervenantes ont été unanimes à dire que "nombreux sont les cinéastes et critiques qui estiment que les cinéastes femmes devraient se contenter des thèmes relatifs à la femme et laisser les autres sujets aux hommes".
Dans ce cadre, la cinéaste burkinabé Apolline Traoré a raconté que le fait de traiter dans l'un de ses films le problème de l'impuissance sexuelle a suscité "une vague d'indignation et de colère" non seulement chez les cinéastes et les critiques mais aussi chez le public. Entre autres problèmes rencontrés, elle a cité la difficulté d'obtenir un financement en comparaison avec ses collègues hommes.
Pour sa part, la cinéaste française, née à Constantine, Jacqueline Gozland a estimé que "la femme qui, temps de conflit et de guerre, participe à la résistance aux côtés de l'homme, voit son rôle régressé, une fois la paix et la sécurité restaurées, en ce sens que la société tente de la confiner dans les tâches ménagères et l'éducation des enfants".
L'écrivaine et journaliste italienne Luciana Castellina a mis en exergue l'impératif pour les femmes cinéastes de diversifier les thèmes abordés sans pour autant laisser de côté les questions propres à la femme, qui sont traitées avec beaucoup d'esthétisme et de courage, soulignant les efforts consentis dans le domaine du cinéma pour imposer la vision de la femme.
Elle a fait savoir que la problématique soulevée n'était pas spécifique aux pays en développement mais aussi aux pays où l'industrie cinématographique est prospère, citant le nombre de cinéastes distinguées dans les plus grands festivals, à l'image de "Cannes" ou des "Oscars".
De son côté, la réalisatrice Amina Haddad a souligné la volonté des cinéastes algériennes de s'imposer par leur travail et leur engagement, citant pour exemple les jeunes réalisatrices à l'instar de Drifa Mezenner et Yasmine Chouikh.
Affirmant que les efforts des cinéastes algériennes ne se limitent pas à la production, elle a tenu à saluer les démarches visant à trouver des espaces à même de contribuer au développement du cinéma et à transmettre, par l'image, les préoccupations du citoyen.
Pour les participantes, le plus important reste la présentation des œuvres aux téléspectateurs et à faire parvenir le message.
Le 10e FICA se poursuivra jusqu'au 16 novembre à salle Ibn Zaydoun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.