Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche 1er novembre    Sahara occidental: toute dérobade au référendum d'autodétermination rend caduc le cessez-le-feu    Les électeurs ivoiriens attendus samedi aux urnes pour élire leur président    Illizi-référendum: les bureaux itinérants accueillent les électeurs dans de bonnes conditions    L'Algérie condamne l'acte terroriste ayant ciblé un lieu de culte à Nice en France    Militaires français au Sahel. Un inconscient colonial si peu refoulé.    Cyclisme: les lauréats de 2019 récompensés à Staouéli    Foot-Covid19:le trio arbitral algérien confiné en Egypte "se porte bien"    Covid-19: 319 nouveaux cas, 195 guérisons et 7 décès    Explosion de gaz à Médéa, plusieurs blessés déplorés    Pourquoi le 1er novembre 1954 ?    ETAT DE SANTE DU PRESIDENT TEBBOUNE : La Présidence de la République rassure    Ligue 1-Covid19: le championnat peut reprendre mais sous conditions    REVOLUTION ET REVISION CONSTITUTIONNELLE : Demain, Novembre du changement    GPL : L'Algérie en mesure de convertir 500 000 véhicules/an    LE GENERAL SAID CHANEGRIHA SOULIGNE : ‘'Le personnel militaire doit avoir une conscience élevée''    Dessins et desseins de la France coloniale    Retour de la chaine Al Jazeera    FINANCE ISLAMIQUE : Forte adhésion des citoyens à Mostaganem    MASCARA : 718 mille quintaux d'olives prévus cette année    TISSEMSILT : Des secteurs d'utilité publique sans directeurs    POUR FORAGE ILLICITE D'UN PUITS A TIARET : Arrestation de 2 personnes à Medrissa    DEMANTELEMENT D'UN RESEAU DE DEALERS : Saisie de 5201 psychotropes à Tiaret    Liverpool: Van Dijk opéré avec succès    Real Madrid: un nouveau plan pour Dybala ?    Bayern Munich: Flick envoie un message à Alaba    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    ORAN : Un riche programme pour le Mawlid Ennabaoui    PRIX DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL : La lauréate Leila Zerguit honorée par le wali d'Oran    Octobre rose à Constantine: des femmes atteintes de cancer du sein à cœur ouvert    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    La France a mené en Algérie une "guerre totale" qui a décimé la population autochtone    Référendum : l'Algérie est en phase de franchir une "étape décisive"    Tebboune reçoit un traitement en Allemagne, son état de santé "pas préoccupant"    L'ouverture du scrutin peut être avancée dans les zones éloignées et à l'étranger    Des ateliers sur la cybercriminalité en Algérie et en Tunisie    "Cette Constitution doit passer"    10 décès et 320 nouveaux cas    Annulation de toutes les réunions physiques à l'ONU    Qui a dit que deux parallèles ne se rencontrent jamais ?    Soumana prêté une saison au NC Magra    Le stage de Zéralda a pris fin sur une bonne note    L'UA inquiète de l'afflux des terroristes étrangers en Afrique    L'Azerbaïdjan accuse l'Arménie d'avoir tué 19 civils    Zeghmati "corrige" Sidi-Ali Khaldi ?    L'Opep+ a réussi à stabiliser les cours    L'Algérie procèdera à la réalisation "progressive" de centrales électriques    Les hôpitaux mobilisés à Chlef : Ouverture de nouveaux centres anti-Covid 19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lutte des classes, féminisme et questions africaines au menu
10e FICA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 11 - 2019

Trente-deux films participeront cette année à la 10e édition du Festival international du cinéma d'Alger dédié au film engagé qui se tiendra du 7 au 16 novembre à l'Office Riadh-el-Feth.
Les dates habituelles du Festival international du cinéma d'Alger seront décalées cette année pour cause d'agenda électoral. Ainsi, au lieu du traditionnel mois de décembre, le 10e Fica s'ouvre ce jeudi à la salle Ibn Zeydoun avec le long-métrage d'animation Wardi réalisé par le Norvégien Mats Grorud.
Autre nouveauté 2019 : le festival durera plus longtemps que d'habitude ; dix jours entiers de cinéma engagé venu de dix-sept pays dont l'Algérie, Cuba, l'Egypte, la Tunisie, le Sahara Occidental, le Burkina Faso, le Niger, la Serbie, l'Italie, l'Espagne, etc.
Lors d'un point de presse animé par la directrice du Festival Zehira Yahi et son directeur artistique Ahmed Bedjaoui, ces derniers ont exposé les grandes thématiques de cette 10e édition, à savoir les questions de cohésion et de dislocation sociales, la lutte des classes, le féminisme, l'Afrique, etc.
Parmi les longs-métrages fiction sélectionnés cette année, citons le dernier de Merzak Allouache Paysages d'automne qui sera projeté en avant-première mondiale le mardi 12 novembre à 19h. On y retrouve Salima Abada dans le rôle d'une journaliste d'investigation travaillant à la fois sur des meurtres de lycéennes embrigadées dans un réseau de prostitution et sur la tragédie de réfugiés subsahariens traversant l'Algérie pour rejoindre l'Europe.
Le célèbre cinéaste égyptien Khaled Youcef sera également de la partie avec son film Karma qui raconte l'interversion de deux vies que tout oppose : celle d'un homme d'affaires musulman menant une vie terne et d'un chômeur copte peinant à joindre les deux bouts. Quant à la section documentaire, elle verra le passage de plusieurs films percutants à l'instar de Corleone, le parrain des parrains de Mosco Boucault, Le silence des autres d'Almudena Carracedo qui revient sur l'amnésie organisée autour des crimes du régime franquiste en Espagne ; on aura également l'occasion enfin de découvrir le dernier film de Hassen Ferhani 143, rue du désert qui sera projeté en avant-première nationale.
L'une des nouveautés de cette 10e édition est l'instauration de la compétition court-métrage où l'Algérie est présente en force : Youcef Mahsas qui raconte dans Hadi hya le passé ténébreux de Sarah, jeune mère de famille luttant au jour le jour avec son époux pour gagner de quoi vivre ; Mennad Embarek qui revient sur le trauma de la décennie noire avec La fausse saison où une jeune recrue de la mouvance islamiste armée est chargée d'assassiner son voisin chanteur de cabaret ; Yanis Khelloufi qui dresse le portrait du militant politique et associatif Farès Kader Affak ; Abdallah Aggoun qui raconte dans Soutra le destin d'un ancien patriote ayant combattu les terroristes islamistes ; Saâdia Gacem qui questionne dans Felfel ahmar le code de la famille et le code de sa famille, etc.
Les jurys fiction, documentaire et court-métrage seront présidés respectivement par Pierre-Henri Dellau, Saâd Khiari et Mouni Boualem. Deux rencontres sont également prévues au cours du festival à l'instar d'une table ronde autour du thème «Femmes de cinéma, femmes au cinéma» à laquelle participeront la productrice algérienne Amina Haddad, la militante associative italienne Anna Bucca, la réalisatrice burkinabaise Apolline Traoré, la réalisatrice française Jacqueline Gozland et l'écrivaine italienne Luciana Castellina.
Interrogés sur l'absence du long-métrage à succès international Abou Leila de Amin Sidi-Boumediene de la programmation du Fica, les organisateurs affirment qu'il était bel et bien prévu avant que l'équipe du film ne change d'avis. Ce fut aussi le cas pour Heliopolis de Djaâfer Gacem qui a retiré son film à la dernière minute pour «lui donner l'occasion de faire sa carrière à l'international».
Ahmed Bedjaoui précisera à ce propos que ces deux œuvres ayant été financées par le contribuable, devraient d'abord être vues par le public algérien d'autant plus que les festivals internationaux n'exigent pas l'exclusivité pour ce qui est des avant-premières dans les pays producteurs.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.