Cérémonie d'installation du nouveau wali    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Changer d'entraîneur, est-ce la bonne option ?    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    La 10e édition prévue pour la mi-février    Tebboune préside une séance de travail    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le Consulat de France annonce de nouvelles mesures    «Accélérer la réalisation des projets de partenariat et les élargir à d'autres domaines»    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Le Tunisien Zelfani pour sauver les meubles    Décès de l'international IsmailMahieddine    Appel à lancer des cadres juridiques plus adéquats pour lutter contre ce phénomène    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    Le CNES revient à la charge    Ouverture de la 14e èdition    Décès du pilote et de son assistant    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    BONBONS ET CARAMELS    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    L'après Berlin et la crise libyenne    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : Erdogan accuse Washington de ne pas avoir pleinement respecté ses engagements
Publié dans Le Maghreb le 17 - 11 - 2019

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé lundi que les Etats-Unis n'avaient pas pleinement rempli leurs engagements sur le retrait des forces kurdes en Syrie, avant de s'envoler pour Washington pour des entretiens avec Donald Trump. " Je lui dirai, documents à l'appui, que l'accord que nous avons conclu (sur la Syrie) n'a pas été pleinement respecté ", a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à l'aéroport d'Ankara.

Un accord a stoppé l'offensive turque le 17 octobre
Un accord arraché le 17 octobre par le vice-président américain Mike Pence lors d'une visite à Ankara avait ouvert la voie à l'arrêt de l'offensive turque lancée le 9 octobre dans le nord-est de la Syrie pour en chasser la milice kurde des YPG, alliée de Washington dans la lutte antidjihadiste. Cet accord prévoit le retrait des YPG de la frontière turque et la mise en place d'une zone de sécurité de 32 km de largeur dans une bande frontalière de la Turquie en territoire syrien. La Turquie avait lancé son opération militaire après l'annonce par Donald Trump du retrait des troupes américaines déployées dans cette zone, ce qui a été interprété par un feu vert accordé à Ankara. Cette annonce était survenue dans la foulée d'un entretien téléphonique entre le milliardaire américain et le président turc. Fortement critiqué, y compris dans son propre camp, Donald Trump a ensuite durci le ton et autorisé des sanctions contre la Turquie, qui ont été levées après qu'Ankara eut suspendu son offensive en Syrie. Aux termes d'un accord séparé conclu le 22 octobre entre Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir, Moscou s'est engagé à faire partir les YPG d'autres secteurs dans le nord-est de la Syrie, en coordination avec l'armée syrienne, et à lancer des patrouilles conjointes avec l'armée turque en territoire syrien. " Malheureusement, jusqu'à présent il n'est pas possible de dire que les groupes terroristes se sont retirés de la région, a affirmé le président turc lors de la conférence de presse. Ni la Russie ni les Etats-Unis n'ont été en mesure de faire partir les groupes terroristes selon le calendrier convenu. "

Les forces américaines auraient occupé de nouveau champs pétroliers en Syrie.
Selon la chaîne de télévision d'État syrienne Al-Ikhbariya, les forces armées américaines ont occupé plusieurs champs pétroliers supplémentaires en Syrie, ayant traversé ce mercredi 13 novembre la frontière entre l'Irak et la Syrie. Dans le cadre des tensions qui entourent dernièrement les gisements pétroliers en Syrie, que les États-Unis affirment avoir envie de protéger afin d'opposer une résistance aux tentatives d'autres parties de s'en emparer, un convoi militaire américain a traversé ce mercredi 13 novembre la frontière entre l'Irak et la Syrie et a instauré son contrôle sur plusieurs gisements pétroliers dans le nord-est de la Syrie, selon la chaîne de télévision d'État syrienne Al-Ikhbariya. "Un convoi des forces d'occupation américaines est entré depuis l'Irak par le point de contrôle illégal d'al-Walid et s'est arrêté dans la zone du gisement pétrolier d'Aouda à Qahtaniyah [...] et des champs pétroliers de Djibsa", a informé la chaîne.
Le convoi comprend 22 véhicules de l'armée et deux camions qui circulent protégés par une couverture aérienne. Environ 90% de la production pétrolière syrienne est concentrée sur la rive est du fleuve Euphrate. Au début du mois de novembre, l'agence Anadolu a relaté que l'armée américaine avait repris ses patrouilles dans une zone de 40 kilomètres entre les régionsde Rumeylan et Qahtaniyah, près de la frontière entre la Syrie et la Turquie.

Les États-Unis cherchent à protéger des champs pétroliers syriens
Pour rappel, le lendemain de la mort du chef de Daech*, le chef du Pentagone Mark Esper a déclaré que les militaires américains assureront la protection des champs pétroliers syriens et couperont court aux tentatives de se les approprier, expliquant que l'objectif était de laisser les forces kurdes s'en servir. Dans les jours qui ont suivi, le Président Trump a admisdevant les journalistes que l'objectif des États-Unis en Syrie était de garder le contrôle du pétrole dans ce pays.

Réaction du Président syrien sur les démarches américaines dans le pays
Bachar el-Assad, dans une interview accordée à la chaîne RT, a souligné que "les Américains aspiraient toujours, d'une matière ou d'une autre, à piller d'autres pays, confisquant non seulement le pétrole, l'argent et toutes les ressources financières, mais aussi leurs droits", en indiquant que les États-Unis avaient pillé des gisements pétroliers en Syrie.
La réaction de Moscou
Auparavant, le ministre Sergueï Lavrov avait déclaré que les tentatives des États-Unis de piller la Syrie et de prendre le contrôle des gisements pétroliers étaient illégales et n'avaient mené à rien de bon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.