Présidentielle: l'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    OGC Nice: Atal, Vieira donne des précisions    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Bordj Bou Arréridj: changement du lieu de vote pour "harcèlements d'opposants" au scrutin (ANIE)    Bureaux de vote fermés, urnes saccagées    Brèves    Les citoyens hostiles au vote de plus en plus nombreux dans les rues d'Alger    Présidentielle: "une opportunité pour une nouvelle République fondée sur les jeunes"    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Vers le report des 32es de finale de la Coupe d'Algérie    MCO : La voie royale pour les Oranais    Résiliation du contrat du gardien de but Salhi    Casoni viré, Mekhazni-Meguellati pour l'intérim    Ligue-Présidents de club professionnel : Le bras de fer éternel    Un an de prison dont 3 mois fermes contre le dessinateur «Nime»    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Est-ce un constat amer ou un brûlot ?    Bangkok en haut du classement    Cinq morts dans une attaque des shebab    Fin de la phase aller le 21 décembre    Air Algérie contrainte d'installer une cellule de crise    165 foyers raccordés au gaz naturel    La frontière algéro-tunisienne ne sera pas fermée    La circulation routière fortement perturbée    Un boycott inédit en perspective    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Le triptyque de l'édification de la citoyenneté    Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    Trois auteurs présentent leurs nouveautés au public    Présidentielle: la presse nationale évoque un scrutin "historique" fondateur de "l'Algérie nouvelle"    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: ASAM - JSK et CSC - NCM en tête d'affiche    Formation professionnelle : S'adapter aux évolutions    Constantine: Plus de 8.400 capsules de psychotropes saisies en moins de 10 jours    Dans la nuit de la prison d'El-Harrach    Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"    Relizane : Près de 6.400 employés dans le cadre du DAIP concernés par la confirmation    Polémique au Mali : Le chef de la Minusma à Kidal serait sur le départ    Afrique du sud : La Sud-Africaine Zozibini Tunzi est Miss Univers 2019    Gabon : L'opposant Jean Ping dénonce la " monarchisation de la République "    Tunisie : Les parlementaires doivent être à la hauteur de leur responsabilité    La voie de la vérité historique    Oran : L'ex-directeur de l'agence foncière de Bir El-Djir condamné à 3 ans de prison ferme    Patrimoine immatériel du sud: Des Hauts plateaux aux Oasis, la chanson saharienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump justifie le retrait des troupes américaines
«ERDOGAN M'A DONNE DES ASSURANCES EN DES TERMES TRÈS FORTS»
Publié dans L'Expression le 25 - 12 - 2018

«Comme nous n'avons pas laissé les Arabes syriens en proie à Daesh (l'EI), nous ne laisserons pas les Kurdes syriens en proie à la cruauté du PKK et des YPG», a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a de nouveau menacé hier les milices kurdes de Syrie d'une éventuelle offensive après le retrait attendu des troupes américaines. Les menaces de M. Erdogan contre les Unités de protection du peuple (YPG) surviennent au lendemain de la signature à Washington de l'ordre de retrait des troupes américaines, qui soutiennent cette milice kurde dans le nord de la Syrie dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI). Ankara, qui redoute de voir s'instaurer un embryon d'Etat kurde à ses portes susceptible de renforcer les velléités séparatistes de la minorité kurde sur son propre territoire, est farouchement hostile aux YPG en raison de leur liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé comme organisation terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux. «Comme nous n'avons pas laissé les Arabes syriens en proie à Daech (l'EI), nous ne laisserons pas les Kurdes syriens en proie à la cruauté du PKK et des YPG», a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara. «Pourquoi sommes-nous actuellement en Syrie? Pour que nos frères Arabes et Kurdes recouvrent leur liberté», a-t-il ajouté.
Renforçant la pression sur les YPG, désarçonnées par l'annonce de l'imminent retrait des leurs alliés américains, la Turquie a acheminé de nouveaux renforts militaires à sa frontière avec la Syrie en préparation de l'offensive qui se profile, même si M. Erdogan a décidé d'y surseoir dans l'immédiat. Des unités militaires, des canons de type Howitzer et des batteries d'artillerie ont été acheminés en convoi vers le district Elbeyli, face à la frontière syrienne dans la province turque de Kilis, selon l'agence étatique Anadolu. Cet envoi de renforts avait commencé ce week-end avec l'arrivée d'une centaine de véhicules militaires turcs dans la région d'al-Bab, contrôlée par des forces pro-turques dans le nord de la Syrie, a indiqué le quotidien Hürriyet.
Prenant de court les alliés de Etats-Unis, M. Trump a ordonné mercredi le départ dès que possible des quelque 2 000 militaires américains stationnés dans le nord-est de la Syrie où ils luttent contre les jihadistes aux côtés des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition de milices arabo-kurdes dominée par les YPG. Après un entretien téléphonique dimanche entre MM. Trump et Erdogan, la présidence turque a affirmé que les deux dirigeants avaient «convenu d'assurer la coordination entre les militaires, les diplomates et d'autres responsables de leurs pays pour éviter un vide du pouvoir qui pourrait résulter d'une exploitation du retrait (américain, NDLR) et de la phase de transition en Syrie». Sur Twitter, M. Trump a dit avoir évoqué avec le numéro un turc «l'EI, notre engagement mutuel en Syrie et le retrait lent et extrêmement coordonné des troupes américaines de la région» ainsi que des relations commerciales «considérablement accrues». «Le président Erdogan de Turquie m'a donné des assurances dans des termes très forts» quant au fait qu'il allait «éradiquer ce qui reste de l'EI en Syrie», a encore tweeté M. Trump. «Nos troupes rentrent à la maison!», a-t-il ajouté, jugeant que son homologue était capable de tenir cet engagement. D'après le Washington Post citant des sources à Maison- Blanche, les conseillers de Donald Trump ont persuadé ce dernier de retirer plus lentement qu'il ne l'aurait voulu les troupes américaines afin que leur sécurité ne soit pas menacée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.