Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    Mostaganem: marche populaire de soutien à l'élection présidentielle et à l'ANP    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    A BATNA : Mihoubi plaide pour la préservation de l'Algérie    HADJ 2020 - 2021 : Début des inscriptions mercredi    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    «Aux entreprises de s'adapter !»    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Premier débat télévisé entre candidats à la présidentielle: Des réformes urgentes pour dépasser la situation difficile    Skikda: 19 harraga secourus    Journées d'information à la CNAS: Des allègements en faveur des personnes aux besoins spécifiques    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?
Publié dans Le Maghreb le 17 - 11 - 2019

Au-delà des accords commerciaux, la visite de Macron en Chine a apporté un nouvel indice sur ce qu'elle pourrait devenir non seulement pour la France, mais pour l'Europe. En à peine deux ans, le rival chinois est devenu un potentiel allié du Vieux Continent, dans un contexte de "mort cérébrale de l'Otan", analyse Le Monde.
L'Europe cherche sa place sur la scène internationale, sur fond de guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales. Début novembre, la visite d'Emmanuel Macron en Chine n'avait pas pour seul but d'y signer des accords commerciaux, mais également "d'envoyer un message d'unité européenne", a indiqué Le Monde. Dès son retour de Pékin, Macron a évoqué la "mort cérébrale de l'Otan", dans un entretien à The Economist. Alors que les États-Unis semblent tourner le dos à l'Europe, ne serait-il pas dans l'intérêt de l'UE de tendre la main à la Chine?
Le ton a changé entre la première rencontre entre Macron et Xi Jinping en 2017 et celle de cette année, a souligné Le Monde. Macron y a loué "le choix de l'ouverture" du pays du Milieu, lui qui avait critiqué le projet de nouvelle route de la soie moins de deux ans auparavant. Le fait que Macron vienne accompagné d'une ministre et de représentants d'entreprises d'Allemagne illustre sa volonté de montrer une Europe unie.
Ce n'est pas l'image qu'a montré Angela Merkel, lorsqu'elle a ouvert le marché allemand de la 5G à Huawei sans jamais consulter la France, ni aucun de ses partenaires européens, accuse le journal. Lorsque la chancelière s'est rendue à Pékin en septembre, aucun représentant français ne l'accompagnait, a noté le journal.
Pour que l'Europe parle d'une seule voix, du moins sur le plan économique, il faudra prendre conscience qu'il est "illusoire", même pour un pays aussi puissant que l'Allemagne, "de prétendre faire jeu égal seul avec la Chine". Comme l'a affirmé Le Monde, "voir une Europe s'affirmer comme puissance mondiale et prendre ses distances avec Washington n'est pas pour déplaire à la Chine".

L'isolement américain
Comme il l'a expliqué dansThe Economist, le Président français veut éviter à l'Europe "d'assister en simple spectateur à un G2 Chine-USA". Après son échec à vouloir s'appuyer sur les États-Unis, "il n'est pas parvenu à convaincre Donald Trump de ne pas faire cavalier seul sur les questions économiques, climatiques et diplomatique", a expliqué Le Monde, qui ajoute que le seul choix de la France est désormais de s'allier à la Chine "pour exister sur la scène mondiale", et pouvoir peut-être "peser face aux États-Unis".
À Pékin, Macron avait dénoncé "l'unilatéralisme" des États-Unis, qui se sont retirés de l'accord sur le nucléaire iranien et de l'accord de Paris, tandis que Xi Jinping avait exprimé son opposition contre "le protectionnisme et le jeu à somme nulle". Les deux chefs d'État se sont accordés sur le fait qu'une guerre commerciale ne faisait que des perdants, a rapporté le quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.