Le Conseil de la nation entame le débat du PLF 2021    Affaire contre le quotidien El Watan: demande d'une enquête complémentaire    AADL: Lancement à la fin du mois en cours des travaux de réalisation de 140.000 logements    Le président mauritanien reçoit le MAE sahraoui, émissaire de Brahim Ghali    FLN: l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental, seule solution pour le règlement du conflit    Mandat d'arrêt international émis contre Abdou Semmar    Algérie-Turquie: 5 milliards de dollars d'échanges commerciaux    Merkel soutient l'autodétermination des Sahraouis    USMA: Benaraïbi Bouziane nouvel entraîneur    Covid-19: Krikou inspecte l'application du protocole sanitaire à l'Ecole des jeunes sourds-muets de Rouiba    SEISME DE SKIKDA : Mise en place d'une cellule de crise    HOPITAL DE BLIDA : 17% du professionnel infectés par le Covid    L'Organisation des Moudjahidine qualifie Macron de ‘'menteur''    Accident de la circulation : plus de 2.400 morts au cours des 10 premiers mois de 2020    Décès de l'ancien ministre de la Communication Abderrachid Boukerzaza    Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, suspendu cinq ans par la FIFA    Milan AC : Nouveau match solide de Bennacer lors du succès face à Naples    Les clubs de la Ligue 2 dans l'expectative    Cinq joueurs ménagés    Youcef Belaïli compte s'«illustrer davantage»    L'ancien député Khaled Tazaghart acquitté    La justice otage du virus    L'armée menace la capitale du Tigré d'un assaut    Plus de 400 enfants arrêtés par les forces d'occupation en 2020    106 kg de viande et abats saisis    Colère après la mort d'un jeune dans un commissariat    Près de mille personnes verbalisées à El-Bayadh    Les opérateurs fixés sur les taux d'intégration    Le procès en appel de Tliba reporté au 29 novembre    Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique    L'Opéra de Paris va lancer une plateforme numérique de spectacles et masterclass    «Une société qui méprise la femme est une société morte»    L'enjeu de la crise à Guerguerat    Coupure d'internet : La longue souffrance à Aïn taya    Le silence assourdissant des partis du pouvoir    Le verdict attendu le 30 novembre    Les marcheurs du 5 octobre devant la cour d'appel    L'appel de la forêt    Les précisions de Linde Gas Algérie    L'engagement des dirigeants du G20    Le MCO dans la ligne de mire    El Guerguerat : La Mauritanie émet des réserves sur le 2e mur érigé par le Maroc    Grippe aviaire : les Pays-Bas abattent 190 000 poulets    Les travaux de réhabilitation encore retardés    Décès de la journaliste britannique Jan Morris    Pour "une société et une économie plus durables"    El Tarf: Des pluies salvatrices pour l'agriculture    Retour à la case départ pour l'association dédiée au cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?
Publié dans Le Maghreb le 17 - 11 - 2019

Au-delà des accords commerciaux, la visite de Macron en Chine a apporté un nouvel indice sur ce qu'elle pourrait devenir non seulement pour la France, mais pour l'Europe. En à peine deux ans, le rival chinois est devenu un potentiel allié du Vieux Continent, dans un contexte de "mort cérébrale de l'Otan", analyse Le Monde.
L'Europe cherche sa place sur la scène internationale, sur fond de guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales. Début novembre, la visite d'Emmanuel Macron en Chine n'avait pas pour seul but d'y signer des accords commerciaux, mais également "d'envoyer un message d'unité européenne", a indiqué Le Monde. Dès son retour de Pékin, Macron a évoqué la "mort cérébrale de l'Otan", dans un entretien à The Economist. Alors que les États-Unis semblent tourner le dos à l'Europe, ne serait-il pas dans l'intérêt de l'UE de tendre la main à la Chine?
Le ton a changé entre la première rencontre entre Macron et Xi Jinping en 2017 et celle de cette année, a souligné Le Monde. Macron y a loué "le choix de l'ouverture" du pays du Milieu, lui qui avait critiqué le projet de nouvelle route de la soie moins de deux ans auparavant. Le fait que Macron vienne accompagné d'une ministre et de représentants d'entreprises d'Allemagne illustre sa volonté de montrer une Europe unie.
Ce n'est pas l'image qu'a montré Angela Merkel, lorsqu'elle a ouvert le marché allemand de la 5G à Huawei sans jamais consulter la France, ni aucun de ses partenaires européens, accuse le journal. Lorsque la chancelière s'est rendue à Pékin en septembre, aucun représentant français ne l'accompagnait, a noté le journal.
Pour que l'Europe parle d'une seule voix, du moins sur le plan économique, il faudra prendre conscience qu'il est "illusoire", même pour un pays aussi puissant que l'Allemagne, "de prétendre faire jeu égal seul avec la Chine". Comme l'a affirmé Le Monde, "voir une Europe s'affirmer comme puissance mondiale et prendre ses distances avec Washington n'est pas pour déplaire à la Chine".

L'isolement américain
Comme il l'a expliqué dansThe Economist, le Président français veut éviter à l'Europe "d'assister en simple spectateur à un G2 Chine-USA". Après son échec à vouloir s'appuyer sur les États-Unis, "il n'est pas parvenu à convaincre Donald Trump de ne pas faire cavalier seul sur les questions économiques, climatiques et diplomatique", a expliqué Le Monde, qui ajoute que le seul choix de la France est désormais de s'allier à la Chine "pour exister sur la scène mondiale", et pouvoir peut-être "peser face aux États-Unis".
À Pékin, Macron avait dénoncé "l'unilatéralisme" des États-Unis, qui se sont retirés de l'accord sur le nucléaire iranien et de l'accord de Paris, tandis que Xi Jinping avait exprimé son opposition contre "le protectionnisme et le jeu à somme nulle". Les deux chefs d'État se sont accordés sur le fait qu'une guerre commerciale ne faisait que des perdants, a rapporté le quotidien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.