L'Inter Milan se penche sur un latéral argentin    Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Le temps des décomptes    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chine : Xi Jinping, allié et rival, en visite d'Etat en France
Publié dans Le Maghreb le 26 - 03 - 2019

Le président chinois Xi Jinping a entamé ce dimanche en France une visite d'Etat de trois jours sur fond d'inquiétudes grandissantes sur les investissements tous azimuts de Pékin qui poussent Paris, Berlin et Bruxelles à tenter de mettre en place une stratégie commune européenne face à cet allié "stratégique".

Au lendemain de la signature d'un protocole d'accord entre Rome et Pékin sur les "nouvelles routes de la soie" mettant à mal cette unité européenne, le dirigeant de la deuxième puissance économique mondiale sera accueilli par Emmanuel Macron à Beaulieu-sur-Mer (Alpes-Maritimes) pour un entretien suivi d'un dîner entre les deux couples présidentiels.
Après une séance de travail à l'Elysée et un dîner d'Etat lundi, une réunion se tiendra mardi au palais présidentiel avec le chef de l'Etat français, le président chinois, la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
"On a laissé faire une stratégie de concurrence interne et de division qu'il faut maintenant surmonter", souligne-t-on à l'Elysée pour expliquer la tenue de cette réunion, inédite dans ce format. "Le temps de la concurrence interne entre Européens doit s'achever, c'est ce changement de logiciel qui est aujourd'hui à l'oeuvre".
Le chemin vers une coordination européenne s'annonce toutefois difficile.
Certes, Paris, Berlin et Bruxelles affichent une détermination sans faille. Certes, les dirigeants européens ont durci le ton lors du Conseil européen vendredi à Bruxelles où la Chine est désormais qualifiée de "rival systémique". Et l'UE est échaudée par la lenteur de l'ouverture de l'économie chinoise et la multiplication d'acquisitions chinoises dans des secteurs stratégiques européens.

Partition en solo de l'Italie
Mais dans les faits, les pays européens continuent d'agir en ordre dispersé, comme en témoignent les décisions unilatérales prises tant sur les questions des télécoms que sur celle relative aux "nouvelles routes de la soie".
Lancé en 2013 par le président Xi Jinping et connu en Chine sous le nom de "Belt and Road initiative" (BRI), ce projet est un vaste plan de développement des liens terrestres et maritimes entre l'Asie, l'Afrique et l'Europe.
Plusieurs pays de l'UE, dont la Croatie, la Hongrie, la Grèce, la Pologne et le Portugal, ont d'ores et déjà conclu des protocoles d'accord avec Pékin dans le cadre de cette initiative, rejointe par Rome, et à laquelle Paris, Berlin et Londres refusent d'adhérer sans garanties de "réciprocité".
Sur la question de Huawei, l'équipementier télécoms chinois soupçonné par des pays occidentaux d'être utilisé par Pékin à des fins d'espionnages, la coordination européenne peine également à se concrétiser. Monaco, où Xi Jinping sera dimanche, a signé un partenariat avec Huawei en septembre dernier.
"Chaque Etat souverain a fait ses choix plus ou moins rapidement", commente-t-on diplomatiquement à Paris, où les arbitrages sur Huawei n'ont pas encore été rendus.

Bilan bilatéral "satisfaisant"
Sur le plan bilatéral, un an après la feuille de route actée en janvier 2018 lors de la visite d'Emmanuel Macron à Pékin, Paris évoque un "bilan satisfaisant", citant entre autres la mise en service de l'EPR de Taishan, le lancement d'un satellite franco-chinois et la levée de l'embargo sur le boeuf français.
Lundi, lors de la visite de Xi Jinping qui intervient au moment symbolique du 55e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre Paris et Pékin, "il y aura des contrats", a-t-on indiqué à l'Elysée sans plus de précisions.
La semaine dernière, une source à la présidence française avait fait état de "signaux positifs" concernant la finalisation prochaine d'un contrat portant sur une commande de 184 Airbus A320, qui représenterait un montant de plus de 18 milliards de dollars.
"La Chine, c'est pour nous à la fois un défi et un partenaire", a souligné mercredi le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian. "Nous devons être très vigilants sur les actions que peut entreprendre la Chine en essayant d'aspirer à elle nos propres technologies".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.