Aucun "dépassement" enregistré lors du vote de la communauté nationale en Tunisie    Loi de finances 2020: de légères augmentations d'impôts, une nouvelle taxe sur les véhicules    Un décret présidentiel portant création d'une agence nationale de développement du numérique (JO)    Les populations nomades de Laghouat et Béchar accomplissent leur devoir    Les banques appelées à participer au financement "sain et durable" de l'économie nationale    Belmadi : «Le Sénégal Champion d'Afrique ? Ce sera le jour où je ne serai plus là, peut-être en 2030 (Rires)»    Gattuso est arrivé à Naples    LFP : une réunion "prochainement" avec les représentants des clubs pour solutionner les problèmes financiers    Les actes d'accusation votés au Congrès d'ici la fin de semaine    Subsistance de divergences    Le président annonce des mesures d'apaisement    Du renouveau pour C3 Aircross    Le père du «low cost» s'en va    Imposante mobilisation des campus    Des personnalités appellent à éviter les dépassements    Le bouleversement technologique, un facteur amplificateur    Un programme chargé pour les Canaris    Coupe d'Algérie de Football : JSM Béjaia - ES Sétif en 1/32es de finale    L'EN sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    Centre Anti-Cancer : Le scanner en panne depuis plusieurs mois    Mobilisation de 150 000 hectares pour la céréaliculture    36 nouveaux bus affectés aux communes    Setif : le secteur de la formation accuse un déficit    Rétention d'eau    Khatini, une nouvelle pièce sur les planches    ACTUCULT    La Maison de la culture de Aïn Témouchent rebaptisée    L'œuvre du ciseleur des mots revisitée    Ettiki !    Tribunal de Sidi M'hamed: le Parquet publie les jugements prononcés    Enième effondrement partiel au 1, Rue Mezouar Mohamed: Des familles en danger de mort interpellent le wali    Benflis dénonce une «cabale»    Alger: Les étudiants toujours mobilisés    Le tribunal de Sidi M'hamed rend son verdict: 15 ans de prison pour Ouyahia et 12 pour Sellal    Ligue des champions d'Europe: Duels à distance pour la seconde place    Chlef: Du nouveau à la Caisse de retraite    LA COULEE DE LAVE    Equipementier automobile : Valeo vise plus de 15% de marge avec l'électrification et les ADAS    Maroc : Visite du secrétaire d'état américain au Maroc    Les conditions d'inscription fixées    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Ghardaïa: L'étude d'aménagement de la wilaya d'El-Menea présentée aux autorités locales    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CONSTANTINE - 16e édition de Dimajazz : Inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective
Publié dans Le Maghreb le 19 - 11 - 2019

Le Wonder Collective - Tribute to Stevie Wonder (WOCO) a brillamment clôturé la 16e édition du festival international de Jazz de Constantine, faisant le bonheur des centaines de festivaliers venus, samedi soir au Théâtre régional Mohamed-Tahar Fergani, redécouvrir le répertoire du génialissime Stevie Wonder.

Se voulant résolument festive, la soirée de clôture du Dimajazz a, comme à l'accoutumée, tenu toutes ses promesses grâce aux onze membres du Wonder Collective qui ont sorti une prestation euphorisante et joyeuse placée sous l'explosive triade '' Funk , soul,rythm'n'blues. Arborant fièrement sur scène le wax, qui n'est pas sans rappeler les habits portés par Stevie Wonder lors de ses tournées d'antan, les musiciens formés dans le département jazz de l'école nationale de musique de danse et d'art dramatique de Villeurbanne (France), ont parfaitement réussi leur mission en témoigne les déhanchements effrénés observés tout au long du spectacle dans l'enceinte du théâtre régional de Constantine.
Portée par des vocalistes très performants, une section cuivre joyeuse, une rythmique dynamique, et un jeu de guitare énergique, le woco ont plongé le public du dimajazz dans un état second, un public qui reprenait en chœur des les tubes , '' I Just Called to Say I Love You'', '' master blaster'' ,''Do I do'',''Higher ground'' et bien d'autres morceaux qui auront permis à Stevie Wonder de bâtir sa propre légende et de faire de lui l'un des artistes les plus prolifiques du XXe siècle. Le groupe met fin une première fois au spectacle mais le public qui avait du mal à se faire à l'idée que le spectacle devait, tôt ou tard s'achever n'a pas hésité à réclamer du rab. Généreux mais surtout très impressionné par la réceptivité du public du Dimajazz, le retour sur scène du Woco a été des plus intenses avec des musiciens redoublant d'ardeur pour interpréter les ultra-groovy ''Superstition'', ''Another star'' et ''Keep on running''. En coulisse, le chanteur du Woco, Pierric Tailler a confie avoir été ''impressionné ' par tous ces grands noms du Jazz qui sont passés au Dimajazz depuis sa création'' chose qui il a encouragée à se donner à fond face au public . Ouvert le 12 décembre courant, le 16ème Festival international de jazz, Dimajazz, a offert de somptueuse expériences musicales des sonorités africaines de ''Djam'' au jazz aérien de la formation oranaise ''Astral vibes Conspiracy'' en passant par " Grooz " le projet de Abdel hak Benmadjebari bassiste chanteur d'origine algérienne basé a Montréal, reliant avec beaucoup talent le groove des rythmes africains au Jazz. Les cinq jours de spectacles ont également permis au public d'apprécier le savoureux jazz manouche d'Ecca quartet ainsi que le projet '' Reflejos con Barry'' de Lukas Schiemer et Beate Reiermann , deux figures de la scène de jazz viennoise, sans oublier l'univers musical de l'artiste franco-togolais Ayité ou encore l'électro des deux enfants terribles d'Oud, Mehdi Haddache et Smadj. Pour de nombreux observateurs, ce 16e Acte du Dimajazz est venu rappeler que, malgré les écueils administratifs et financiers, ce festival demeure "une référence en matière de technicité et de programmation maitrisée'' mais surtout, et c'est cela le plus important, qu'aucune œuvre de qualité ne peut être faite sans abnégation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.