Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Boukadoum prend part à la 16e réunion des ministres des AE du Dialogue 5+5    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Ouverture de plus de 91 000 postes d'emploi en 2021    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Emir Abdelkader mystique et résistant : Le fondateur de l'Etat algérien moderne
Publié dans Le Maghreb le 03 - 12 - 2019

"Il y a 200 ans naissait en Algérie l'Emir Abd el-Kader… L'itinéraire de l'homme qui a tenu tête à l'armée française durant 17 ans (1830-1847) épouse l'histoire compliquée de l'Algérie et de la France, de l'Orient et de l'Occident ", rappelait ce matin Benjamin Stora dans sa chronique sur France-culture consacrée au bicentenaire du héros de la résistance à la colonisation française, l'émir Abd el-Kader (1808-1883).

A l'occasion de cet anniversaire, la ville de Pau où il fut emprisonné avait rendu au cours d'un colloque international un hommage à l'homme qui le premier avait posé les premières pierres d'un Etat moderne algérien, avant d'être défait par Bugeaud et emmené en captivité en France. Voici, retracé par la commissaire de la rencontre, le portrait et l'itinéraire de celui que Stora nomme " l'homme de la synthèse "…
" Ne demandez jamais quelle est l'origine d'un homme, interrogez plutôt sa vie, ses actes, son courage, ses qualités et vous saurez qui il est ". (Emir Abd el-Kader).
Artisan incontestable de l'histoire, l'Emir Abd el-Kader, né en Algérie en 1808, a mené pendant 17 ans une résistance héroïque contre la conquête coloniale française et mis en place l'unité algérienne moderne. Reconnu par ceux qui l'ont combattu, non seulement pour ses qualités de militaire et de stratège mais aussi pour sa grandeur morale et son humanisme, l'Emir dépose les armes en 1847 et opte pour l'exil. Il est retenu prisonnier en France où son comportement chevaleresque, sa noblesse d'esprit et sa curiosité intellectuelle conquièrent les cœurs. De nombreuses personnalités échangent avec cet homme d'une exceptionnelle ouverture, témoin privilégié des mutations et des innovations du XIX° siècle.Libéré en 1852 par Napoléon III, Abd el-Kader quitte la France à destination de la Turquie, puis de la Syrie, honoré et apprécié par ses anciens ennemis. Il protégera les Chrétiens menacés par les révoltes druzes, ce qui lui vaudra l'admiration et le reconnaissance de l'Europe, et il consacrera l'essentiel de son séjour à Damas à la méditation et l'enseignement spirituel. L'Emir choisit de reposer dans cette ville, aux côtés de l'un des plus grands maîtres de la mystique musulmane, Ibn Arabî.Tout à la fois homme d'action et de méditation, de tradition et de progrès, de raison et de foi, l'Emir Abd el-Kader fut un véritable trait d'union entre l'Orient et l'Occident. Au-delà des circonstances historiques, son message en faveur d'un dialogue fécond entre les cultures et ses qualités universelles restent aujourd'hui d'une grande actualité.
L'Algérie au début du XIX° siècle " Tandis que nos formes gouvernementales les plus savantes sont faussées scandaleusement par l'atteinte de nos mauvaises mœurs, ici, tout au contraire, des institutions religieuses, des coutumes inviolables, corrigent admirablement l'insuffisance du rouage politique ". (Général Daumas : Mœurs et coutumes d'Algérie.) En 1830, quand les troupes de Louis-Philippe commencent à l'occuper, l'Algérie, dont les côtes constituent alors un véritable enjeu international pour les échanges par voie maritime, est gouvernée par les Ottomans qui occupent la plus part des grandes villes. La population estimée à trois millions d'habitants, est essentiellement regroupée au sein de tribus de cultivateurs et de pasteurs. Leurs traditions sont riches, leur artisanat florissant ; leur commerce repose sur les produits du sol, agrumes, huile et céréales, et des troupeaux - chevaux, chameaux, moutons et bœufs. Leur système social, qui distingue notamment la noblesse d'origine (chorfa), la noblesse militaire (djouad) et la noblesse religieuse (mrabtin), forme un ensemble complet et complexe qui suscite l'admiration des observateurs français. Grâce aux zaouias, la société algérienne dispose d'un système éducatif performant qui scolarise la quasi totalité de la population.Cette région est également animée par la passion des chevaux, de la chasse - à la gazelle, à l'autruche, au lion...- et d'un goût général pour la poésie.
L'Education à l'action et la méditation " L'encre des savants est plus précieuse que le sang des martyrs " (Hadîth : dit du Prophète) Abd el-Kader est né à la Guetna de l'oued el-Hammam prés de Mascara, le 6 septembre 1808. De son père, Mahieddine, moqaddem de la confrérie quadiriyya, homme de grande renommée, aimé et respecté, il reçoit une éducation qui conjugue la formation religieuse, morale et intellectuelle à l'adresse et l'endurance physique. Sa mère, Lalla Zorha, qui restera à ses côtés tout au long de sa vie, lui transmet les premières valeurs traditionnelles et lui communique sa grande noblesse d'âme. Il complète cette éducation auprès de maîtres éminents à Arzew et à Oran. Il apprend les sciences religieuses, la langue et la littérature arabe, les mathématiques, l'astronomie, l'histoire et la philosophie. Platon, Aristote, Al-Ghazali, Ibn Rushd et Ibn Khaldun lui sont familiers. L'engagement de l'Emir : " Je n'ai point fait les évènements, ce sont eux qui m'ont fait ". (Abd el-Kader). En 1830, quand les principales villes côtières tombent aux mains des troupes françaises, Abd el-Kader qui a à peine 20 ans, participe à la résistance populaire et se distingue par sa bravoure. Son père Mahieddine, d'abord choisi pour établir l'unité et conduire la résistance, se désiste au profit de son fils. Les qualités d'Abd el-Kader le désignent le 27 novembre 1832, les tribus de l'Oranie lui prêtent serment - mubaya'a ? et il devient Emir, titre qui lui confère un pouvoir temporel et une autorité spirituelle. Elu pour résister aux forces françaises, il conduit pendant plus de 15 ans une lutte presque incessante contre l'occupant. Ses hommes, avec une fidélité sans failles, le suivront dans tous les combats, jusqu'à la fin, jusqu'à l'exil.
Chevalier magnanime " Appelez les uns après les autres les prisonniers d'Abd el-Kader, leur réponse sera unanime d'enthousiasme et d'admiration ". (E. de Civry : Napoléon III et Abd el-Kader) Le comportement chevaleresque, la grandeur morale et l'humanité de l'Emir Abd el-Kader sont reconnus par ceux-là mêmes qui le combattent. Il institue un règlement humanitaire pour le traitement des prisonniers dont sa mère, en personne, s'occupe avec une très grande sollicitude. Sa renommée s'étend chaque jour un peu plus.Le colonel de Géry, reconnaissant la magnanimité d'Abd el-Kader, confie à Mgr Dupuch, évêque d'Alger : " Nous sommes obligés de cacher, autant que nous le pouvons, ces choses à nos soldats car s'ils le soupçonnaient, jamais ils ne combattraient avec autant d'acharnement ".
L'exil en terre d'Islam " En temps de guerre, j'expose généreusement ma vie, et pourtant, en temps de paix, le salut de mon âme est ce qui m'importe le plus". (Abd el-Kader.) Après un temps passé en Turquie, l'Emir s'installe à Damas où un grand nombre d'Algériens le rejoignent. Dès lors, il consacre sa vie à la méditation, à la lecture, à l'enseignement spirituel qu'il donne tous les jours. " Il se lève deux heures avant l'aube et s'adonne à la prière, à la méditation religieuse jusqu'au lever du soleil. Il se rend alors à la mosquée. Après avoir passé une demi-heure en dévotions publiques, il rentre chez lui, prend une rapide collation, puis travaille dans sa bibliothèque jusqu'à midi. L'appel du muezzin l'appelle une nouvelle fois à la mosquée, où sa classe est déjà rassemblée, attendant son arrivée. Il prend un siège, ouvre le livre choisi comme base de discussion, et lit à haute voix ; constamment interrompu par des demandes d'explications qu'il donne en ouvrant ces trésors multiples d'études laborieuses, d'investigations et de recherches qu'il a accumulées tout au long de son existence agitée. La séance dure trois heures...après quoi il se retire pour se reposer ". (C.H. Churchill, La vie d'Abd el-Kader, 1867.) En 1860, face aux évènements qui ensanglantent Damas, Abd el-Kader se signale, intervenant personnellement, en sauvant au péril de sa vie et des siens, des milliers de Chrétiens menacés par la révolte druze. Le monde entier lui manifeste sa reconnaissance.
L'intellectuel " Le Kalam - la plume - depuis qu'il a été taillé a pour esclave le sabre depuis qu'il a été effilé " (Abd el-Kader) D'une grande curiosité intellectuelle, l'Emir Abd el-Kader a une passion pour l'étude, qu'il considère comme un moyen sûr d'avancer sur le chemin de la perfection individuelle. Sensible à la transmission de la connaissance, il voue un intérêt tout particulier aux livres, notamment à la recherche et à la conservation des manuscrits.Philosophe et poète, considéré par ses contemporains comme l'un des esprits les plus cultivés, Abd el-Kader laisse ses écrits, pour la plupart inédits, qui révèlent une pensée nourrie de la connaissance des textes classiques. Dans sa Risala, adressée à la Société asiatique et connue sous le titre " Lettre aux Français ou Rappel à l'Intelligent, avis à l'Indifférent ", Abd el-Kader livre son approche de certains sujets fondamentaux : civilisations, écritures, connaissances...S'adressant à un public de savants pour la plupart gagnés à la pensée positiviste, l'Emir attire l'attention sur la complémentarité de la foi et de la raison. Il considère notamment que les sciences et les techniques ne sont pas incompatibles avec le fait religieux. Tout à la fois ouvert aux idées nouvelles et fidèles à la tradition, il estime que l'homme doit s'adapter à la modernité sans perdre son âme.A considérer le volume de sa correspondance, force est de constater que son itinéraire intellectuel reste encore à découvrir.
L'homme et la modernité " A celui qui dédaigne le contemporain et pense que le pas est dû aux anciens, dis : cet ancien a été nouveau et ce nouveau deviendra ancien ". ( Abd el-Kader) Esprit libéral et précurseur, Abd el-Kader est animé par une foi enthousiaste dans l'avenir et le progrès de l'humanité. Témoignant en permanence d'un intérêt tout particulier pour les innovations techniques, il adhère au projet de construction du Canal de Suez. Il défend avec conviction cette initiative porteuse d'une modernisation vitale pour cette région et symbole de trait d'union qui relie l'Orient et l'Occident." Aucune personne intelligente ne peut mettre en doute que votre oeuvre ne soit, en même temps, d'une utilité générale dont les avantages rejailliront sur la plupart des habitants de la terre, d'une extrémité à l'autre. Nous prions le Très-Haut de vous en faciliter l'achèvement et de réaliser la jonction des eaux ". (Lettre adressée à Ferdinand de Lesseps.)" Lors de sa visite à l'Exposition universelle de 1867, voyant fonctionner sous ses yeux ces innombrables machines qui centuplaient, avec une admirable perfection, le travail de l'homme, il dit : ce lieu est le palais de l'intelligence animé par le souffle de Dieu ". (A. Bellemare, Abd el-Kader, sa vie politique et militaire, 1883.).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.