TIARET : 22 écoles primaires bénéficient de l'énergie solaire    ADRAR : Un adolescent se suicide à Ksar Séguia    NAAMA : Un mort asphyxié par le monoxyde de carbone à Mécheria    IRREGULARITES DANS DES LISTES DE BENEFICIAIRES DE LOGEMENTS : Le wali d'Oran annule une opération de relogement    La FAF s'oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée    Le moudjahid Mohamed Kechoud n'est plus    Real Madrid : Les confidences de Varane sur son avenir !    ENIEM/difficultés financières: les discussions avec le CPE "sur la bonne voie"    L'Algérie et l'Italie conviennent de renforcer la coordination et la concertation concernant la situation en Libye    Pré-qualifications à l'AfroBasket-2021 : l'Algérie qualifiée pour la 2e phase malgré sa défaite devant le Cap-Vert    Protection civile d'Alger: le nombre des interventions en "léger" recul en 2019    Archives nationales: un colloque national sur la procédure de communication les 19 et 20 janvier    La pièce GPS du TNA primée au Festival du Théâtre arabe 2020    L'Algérie, la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres dans le dossier libyen    Batna : Ouverture du Café culturel "Thaziri" en présence de nombreux intellectuels de la ville    Lille: Ghoulam dans le viseur    Le président Tebboune multiplie les consultations    «Vous défendez la souveraineté de la Nation et assurez la stabilité du peuple»    «Les deux clubs sont dans les mêmes conditions»    Ils contestent le régime fiscal imposé par la LF 2020    Réviser le découpage des zones industrielles et les lois régissant l'investissement    Spike Lee président du jury 2020    Le président du Conseil italien achève sa visite de travail en Algérie    Ligue 1-MC Alger: Almas, 10e président en 7 ans    Le pétrole algérien a perdu près de 7 dollars en 2019    Accidents de la route : 4 morts et un blessé en 24 heures    Les tribunaux paralysés hier    Le président de RAJ maintenu en prison    égypte : quatre employés d'une agence de presse turque arrêtés    La Protection civile fait son bilan 2019    Adam Schiff nommé procureur en chef    Le ministre camerounais des Sports favorable    Saipem, ses dirigeants et Farid Bedjaoui relaxés en appel    Les priorités de Djerad    ACTUCULT    L'ONM exige l'application de la loi    La famille Abane déposera plainte aujourd'hui    Abderrahmane Taalibi Amara. General manager, DHK groupe consortium Algérie : Nous produirons de l'énergie à base des dechets sans impact sur l'environnement    APOCE: appel à la prise de mesures urgentes pour améliorer le niveau de vie    EHS de Canastel: Sit-in et arrêt de travail d'une demi-journée des médecins résidents    Tebboune : les grands chantiers    Ligue 1 - Mise à jour: USMA - JSK, la troisième place comme enjeu    UNPEF: «L'urgence est de répondre aux préoccupations des enseignants du primaire»    Le Premier ministre confirme la tenue d'élections le 8 février    Belhimer annonce une "réforme globale"    La société civile s'implique    Le Conseil des ministres avancé à samedi    Ghiless Amzal anime un concert à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger
Publié dans Le Maghreb le 08 - 12 - 2019


La générale de la pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" (le moineau), une tragi-comédie qui traite du mensonge et ses ravages sur l'individu et la société, a été présentée jeudi soir à Alger devant un public nombreux. Accueilli au Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (Tna), le spectacle a été mis en scène par Kamel Yaïche sur un texte qu'il a lui-même adapté de l'œuvre, "Le Bosendorfer" de l'écrivain et dramaturge hongrois Ferenc Karinthy (1921-1992). D'une durée de 80 mn, "Ez'Zaouèche" raconte le désarroi d'un comédien contraint à la retraite, vivant seul avec ses personnages qui l'habitent encore, et la détresse d'une vieille femme mélancolique et solitaire, se retrouvant sans ressources après la disparition de tous les siens. Refusant son statut d'artiste vivant mal le crépuscule imposé à sa carrière, le comédien, incarné par Brahim Chergui, va tomber sur une annonce faisant état de la mise en vente d'un piano de marque "Besendorfer", signe extérieur d'aisance et de confort, que la vieille femme solitaire, rendue par Rania Serouti -qui marque ainsi son retour après une longue absence sur la scène artistique-, a passée sur les pages d'un journal local. Comme un oiseau de mauvaise augure, le comédien usurpateur décide alors d'appeler la vieille dame au téléphone, simulant le ton de différents personnages fictifs prétendants à l'achat de l'instrument, en usant de ses talents d'imitateur de voix, aux timbres et aux intonations multiples. Harcelant la pauvre dame usée par le chagrin et la solitude, le comédien va enchaîner mensonges et fausses promesses, faisant vivre à sa victime, le plus grand des supplices, dont il rendait fièrement compte chaque fois qu'il l'intensifiait, à un être imaginaire, hiérarchiquement supérieur suggéré par un cache-poussière et un képi accrochés dans le coin de la scène à un porte manteaux en bois à plusieurs branches. Sur une scène séparée horizontalement par un voile transparent, les comédiens ont évolué dans un "avant" et un "arrière" scène, équipés d'un décor minimaliste fait, respectivement, d'un siège en cuir, d'une petite table et d'un porte manteau pour l'espace réservé au comédien imposteur, et pour celui occupé par la vieille dame, d'un piano couvert par un drap blanc et de plusieurs caisses en cartons éparpillées dans des atmosphères sombres et mélancoliques suggérant la détresse et le tourment. Œuvre de Mokhtar Mouffok, l'éclairage neutre, horizontal ou latéral, parfois vif au milieu de la pénombre, a été des plus concluants, contribuant efficacement au renforcement de la sémantique de chacune des situations alimentant la trame, au même titre que la bande son aux extraits choisis pour agrémenter judicieusement différents états d'âme, à l'instar de "Mister Georgina", un tango interprété par le grand Léo Ferré (1916-1993) ou encore la "sérénade" de Franz Schubert (1797-1828). Malgré quelques avis de spectateurs qui, pour certains, ont trouvé que le téléphone "comme unique véhicule" du contact entre les deux personnages a "annulé le jeu des comédiens", et que d'autres, auraient préféré voir les deux espaces scéniques réservés aux deux comédiens "dégagés en profondeurs" de manière à avoir les deux artistes "à l'avant, de part et d'autre de la scène", le public a bien accueilli le spectacle, applaudissant longtemps les artistes à l'issue d'une prestation brillamment menée dans un rythme ascendant et soutenu. "Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier et finit toujours par arriver", a réagi une femme, reprenant un vieil adage. Produite par le Théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (Tna), sous l'égide du ministère de la culture, la pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" (le moineau) devrait être reprogrammée au même lieu durant le mois en cours, avant de "partir en tournée nationale", selon le metteur en scène.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.