Fête du Mawlid Ennabawi: la journée de jeudi chômée et payée    Barrage sur le Nil: reprise des négociations tripartites mardi sous l'égide de l'UA    Ligue de la communauté palestinienne en Algérie: une halte de solidarité avec le prisonnier Maher Al-Akhras    Barça : Koeman a sanctionné quatre joueurs    Coronavirus: 1.155.301 décès dans le monde    Barça : Pas de démission pour Bartomeu    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 20e jours de la campagne référendaire    Les zones d'ombre connaissent un "véritable saut qualitatif de développement"    Le procès de Karim Tabou reporté au 16 novembre    Bac 2020: résultats «remarquables» des meilleurs lauréats en dépit de la conjoncture sanitaire exceptionnelle    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Le procès de l'ancien ministre décédé Benhamadi reporté    LE MINISTRE ATTAR AFFIRME : La sécurité énergétique assurée jusqu'en 2040    Une plate-forme numérique dédiée à la société civile avant fin 2020    OPERATIONS DE REBOISEMENT : Large participation de l'ANP dans la 1ère région militaire    Foot : Medouar autorisé à gérer les affaires courantes de la LFP jusqu'à l'AGE    Pogba quitterait les Bleus après les propos de Macron sur l'islam ? La réponse du joueur    Une troisième voie au FFS    Davies out pour huit semaines    L'ONU lance le Forum du dialogue politique libyen    Le hub de Tam fait jaser    Des citoyens ferment la voie de la Grande poste    Des rappelés de la décennie noire manifestent à Lakhdaria    Actucult    Quand Magda Romi bégaie    En Syrie, un château des croisés tente de retrouver son lustre d'antan    Zelfani a lancé dans le bain ses jeunes recrues    trois manifestants tués en Guinée    Salah Lebdioui nommé ambassadeur d'Algérie en Suisse    Les souscripteurs protestent    Les pertes estimées à environ 3 millions de dollars par jour    Nouvelle alerte    Insuffisance de moyens dans les établissements scolaires    Les villageois veulent redorer le blason d'Imesdourar    Le torchon brûle entre la France et la Turquie    Entrée en vigueur du traité interdisant les armes nucléaires    Zetchi salue le choix des joueurs expatriés et le rôle des parents    Le gouvernement technocrate est-il la bonne solution ?    Le Sila aura bien lieu !    "Un écrivain doit s'inscrire dans des combats"    Oran : Coup d'envoi du Salon Batiwest    Mascara: Des promesses pour les porteurs de projets    Traité virtuel    Qu'est-ce qu'un « Hirak » qui n'a pour objectif que le « Hirak» ?    La vente de produits pyrotechniques revient    Ligue 1 - Mercato: Entre les espérances et la réalité du terrain    Abdelmadjid Chikhi: Alger et Paris peuvent «avancer» sur les questions mémorielles    Tiaret: Exhumation des restes des corps de six martyrs    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Générale de la pièce "Ez'zaouèche" au TNA
Sur une mise en scène de Kamel Yaïche
Publié dans Liberté le 07 - 12 - 2019

La générale de la pièce de théâtre Ez'Zaouèche (le moineau), une tragi-comédie qui traite du mensonge et ses ravages sur l'individu et la société, a été présentée jeudi soir à Alger devant un public nombreux. Accueilli au théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA), le spectacle a été mis en scène par Kamel Yaïche sur un texte qu'il a lui-même adapté de l'œuvre Le Bosendorfer de l'écrivain et dramaturge hongrois Ferenc Karinthy (1921-1992). D'une durée de 80 minutes, Ez'Zaouèche raconte le désarroi d'un comédien contraint à la retraite, vivant seul avec ses personnages qui l'habitent encore, et la détresse d'une vieille femme mélancolique et solitaire, se retrouvant sans ressources après la disparition de tous les siens.
Refusant son statut d'artiste vivant mal le crépuscule imposé à sa carrière, le comédien, incarné par Brahim Chergui, va tomber sur une annonce faisant état de la mise en vente d'un piano de marque Besendorfer, signe extérieur d'aisance et de confort, que la vieille femme solitaire – rendue par Rania Serouti, qui marque ainsi son retour après une longue absence sur la scène artistique – a passée sur les pages d'un journal local.
Comme un oiseau de mauvais augure, le comédien usurpateur décide alors d'appeler la vieille dame au téléphone, simulant le ton de différents personnages fictifs prétendants à l'achat de l'instrument, en usant de ses talents d'imitateur de voix, aux timbres et aux intonations multiples. Harcelant la pauvre dame usée par le chagrin et la solitude, le comédien va enchaîner mensonges et fausses promesses, faisant vivre à sa victime le plus grand des supplices, dont il rendait fièrement compte, chaque fois qu'il l'intensifiait, à un être imaginaire, hiérarchiquement supérieur, suggéré par un cache-poussière et un képi accrochés dans le coin de la scène à un portemanteau en bois à plusieurs branches.
Sur une scène séparée horizontalement par un voile transparent, les comédiens ont évolué dans un "avant" et un "arrière"-scène, équipés d'un décor minimaliste, fait respectivement d'un siège en cuir, d'une petite table et d'un portemanteau pour l'espace réservé au comédien imposteur, et pour celui occupé par la vieille dame, d'un piano couvert par un drap blanc et de plusieurs caisses en cartons éparpillées dans des atmosphères sombres et mélancoliques suggérant la détresse et le tourment.
œuvre de Mokhtar Mouffok, l'éclairage neutre, horizontal ou latéral, parfois vif au milieu de la pénombre, a été des plus concluants, contribuant efficacement au renforcement de la sémantique de chacune des situations alimentant la trame, au même titre que la bande-son aux extraits choisis pour agrémenter judicieusement différents états d'âme, à l'instar de Mister Georgina, un tango interprété par le grand Léo Ferré (1916-1993) ou encore la Sérénade de Franz Schubert (1797-1828).
Malgré quelques avis de spectateurs qui, pour certains, ont trouvé que le téléphone "comme unique véhicule" du contact entre les deux personnages a "annulé le jeu des comédiens", et que d'autres auraient préféré voir les deux espaces scéniques réservés aux deux comédiens "dégagés en profondeurs" de manière à avoir les deux artistes "à l'avant, de part et d'autre de la scène", le public a bien accueilli le spectacle, applaudissant longtemps les artistes à l'issue d'une prestation brillamment menée dans un rythme ascendant et soutenu.
"Quand le mensonge prend l'ascenseur, la vérité prend l'escalier et finit toujours par arriver", a réagi une femme, reprenant un vieil adage. Produite par le théâtre national Mahieddine-Bachtarzi (TNA), la pièce de théâtre Ez'Zaouèche (le moineau) devrait être reprogrammée au même lieu durant le mois en cours, avant de "partir en tournée nationale", selon le metteur en scène.

Aps


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.