Premier League : Pas de vainqueur entre Man United et Liverpool    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    Real Madrid : Les conditions sont fixées pour ce flop de Zidane !    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Placé sur liste noire par les Etats-Unis, le Chinois Xiaomi répond    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Le lait en sachet, une denrée rare    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    La Juventus et l'Inter, deux visions du mercato    La Lamborghini des bourdes !    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Relance des travaux    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les avocats plaident l'innocence    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    Le schiste américain remonte la pente    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    300 millions de centimes dérobés    La rue fait monter la pression au Soudan    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Lentement ou sans précipitation ?    LOURDE CHARGE    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le RCD fustige le gouvernement    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates
Publié dans Le Maghreb le 11 - 12 - 2019

Après les tueries de masse de ce week-end, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates d'alimenter la montée de l'intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol.

Donald Trump a assuré dimanche 4 août que " la haine " n'avait pas sa place aux États-Unis après deux fusillades meurtrières qui ont fait 29 morts et relancé les critiques contre le ton incendiaire du président, accusé par ses détracteurs de nourrir les tensions dans le pays. " Il faut que ça s'arrête. Ça dure depuis des années ", a-t-il poursuivi en référence aux tueries de grande ampleur qui frappent régulièrement les États-Unis. L'organisation Gun archives violence a décompté plus de 250 fusillades ayant fait chacune quatre victimes ou plus (morts et blessés confondus) depuis le début de l'année.

" Un problème de maladie mentale "
" Peut-être qu'on peut faire davantage " pour lutter contre cette épidémie, a reconnu le président, avant d'ajouter que les deux drames relevaient " d'un problème de maladie mentale ".
Cet argument est régulièrement utilisé par les républicains pour contrer les demandes de ceux qui voudraient une meilleure régulation du marché des armes à feu. Après ce bain de sang, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates d'alimenter la montée de l'intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol.
" M. le président, arrêtez votre rhétorique raciste, haineuse et anti-immigrés ", a tweeté Bernie Sanders, l'un des favoris de la primaire démocrate. " Votre langage créé un climat qui encourage les extrémistes violents ", a-t-il ajouté.
Donald Trump " encourage non seulement la rhétorique raciste mais aussi la violence qui suit ", a renchéri un autre candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, BetoO'Rourke, originaire d'El Paso.
La fille du président, Ivanka Trump, a tenté d'apaiser la situation. " La suprématie blanche, comme toute autre forme de terrorisme, est un fléau qui doit être détruit ", a-t-elle tweeté.

El Paso, Dayton : ce que l'on sait
Un homme blanc de 21 ans a ouvert le feu samedi matin à El Paso, ville à majorité hispanique, faisant 20 morts, dont six Mexicains, dans un centre commercial bondé. Placé en garde à vue, il a été inculpé dimanche et encourt la peine de mort, a déclaré la police locale.
La police examine la piste du racisme dans la tuerie d'El Paso, dont l'auteur est soupçonné d'avoir rédigé un manifeste anti-hispanique avant de passer à l'acte. L'affaire est traitée comme un cas de " terrorisme intérieur ", a annoncé la justice fédérale.
Dans la nuit de samedi à dimanche, un autre jeune homme blanc, âgé de 24 ans, a abattu neuf personnes, dont sa propre sœur, dans un quartier animé de Dayton, dans l'Ohio, au nord-est.
Le chef de la police locale, Richard Biehl, a refusé de spéculer sur les motivations du jeune homme. " Nous n'avons pas assez d'informations à ce stade pour répondre à la question que tout le monde se pose : pourquoi ? ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.