Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Sit-in de protestation des syndicalistes de l'UGTA à Jijel    Cinq projets réalisés en 2019    La bataille des exportations reste à gagner    Entre pénurie provoquée et spéculation    L'Algérie, un pays… presque «sans littoral»    L'UA appelée à prendre des mesures d'urgence    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Des écoliers manifestent contre la hausse des prix    Colère en haut lieu contre Berraf    Le CS amateur prêt à gérer le club si...    Chute mortelle d'un homme à Ouled Mahdi    Les élèves privés de repas    Démantèlement d'un réseau de faussaires    Le Cnapeste de Béjaïa se démarque de son bureau national    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    Liban : le président convoque une réunion de sécurité, la contestation ne faiblit pas    Le Président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel sur les accidents de la route    Le Président Tebboune décide l'envoi d'une caravane d'aides humanitaires au peuple libyen    Affaire Mellal-Boukhelkhal : Le président de la JSK condamné à 6 mois de prison    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    USM Alger : Meftah rattrapé par la vidéo    Festival Nikon de Paris : Un court métrage algérien sélectionné    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Huit éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés    Des changements au programme de la sélection algérienne    El Oued: Le bilan de l'accident de bus s'alourdit à 13 morts    Depuis 2019: Le monoxyde de carbone a fait 177 morts    Distribution de plus de 4.000 logements au courant de cette année: La wilaya insiste sur le respect du calendrier d'affichage    Mondial 2022 - Eliminatoires: Quels adversaires pour l'Algérie ?    Crise libyenne: Berlin, et après ?    La rue et les mosquées investies par des opportunistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Accorder davantage d'intérêt à l'enseignement du Coran aux étudiants africains    à la recherche des films perdus    Une intelligence artificielle va la terminer    Appel du pied de Salvini à Israël    Le Hyundai H100 Plateau disponible en livraison immédiate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates
Publié dans Le Maghreb le 11 - 12 - 2019

Après les tueries de masse de ce week-end, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates d'alimenter la montée de l'intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol.

Donald Trump a assuré dimanche 4 août que " la haine " n'avait pas sa place aux États-Unis après deux fusillades meurtrières qui ont fait 29 morts et relancé les critiques contre le ton incendiaire du président, accusé par ses détracteurs de nourrir les tensions dans le pays. " Il faut que ça s'arrête. Ça dure depuis des années ", a-t-il poursuivi en référence aux tueries de grande ampleur qui frappent régulièrement les États-Unis. L'organisation Gun archives violence a décompté plus de 250 fusillades ayant fait chacune quatre victimes ou plus (morts et blessés confondus) depuis le début de l'année.

" Un problème de maladie mentale "
" Peut-être qu'on peut faire davantage " pour lutter contre cette épidémie, a reconnu le président, avant d'ajouter que les deux drames relevaient " d'un problème de maladie mentale ".
Cet argument est régulièrement utilisé par les républicains pour contrer les demandes de ceux qui voudraient une meilleure régulation du marché des armes à feu. Après ce bain de sang, Donald Trump a été accusé par ses adversaires démocrates d'alimenter la montée de l'intolérance avec ses fréquentes déclarations au vitriol.
" M. le président, arrêtez votre rhétorique raciste, haineuse et anti-immigrés ", a tweeté Bernie Sanders, l'un des favoris de la primaire démocrate. " Votre langage créé un climat qui encourage les extrémistes violents ", a-t-il ajouté.
Donald Trump " encourage non seulement la rhétorique raciste mais aussi la violence qui suit ", a renchéri un autre candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, BetoO'Rourke, originaire d'El Paso.
La fille du président, Ivanka Trump, a tenté d'apaiser la situation. " La suprématie blanche, comme toute autre forme de terrorisme, est un fléau qui doit être détruit ", a-t-elle tweeté.

El Paso, Dayton : ce que l'on sait
Un homme blanc de 21 ans a ouvert le feu samedi matin à El Paso, ville à majorité hispanique, faisant 20 morts, dont six Mexicains, dans un centre commercial bondé. Placé en garde à vue, il a été inculpé dimanche et encourt la peine de mort, a déclaré la police locale.
La police examine la piste du racisme dans la tuerie d'El Paso, dont l'auteur est soupçonné d'avoir rédigé un manifeste anti-hispanique avant de passer à l'acte. L'affaire est traitée comme un cas de " terrorisme intérieur ", a annoncé la justice fédérale.
Dans la nuit de samedi à dimanche, un autre jeune homme blanc, âgé de 24 ans, a abattu neuf personnes, dont sa propre sœur, dans un quartier animé de Dayton, dans l'Ohio, au nord-est.
Le chef de la police locale, Richard Biehl, a refusé de spéculer sur les motivations du jeune homme. " Nous n'avons pas assez d'informations à ce stade pour répondre à la question que tout le monde se pose : pourquoi ? ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.