Lancement d'un nouveau site web    La valorisation des agrumes passe par leur labellisation    Des syndicalistes demandent au président de purger l'UGTA    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés    La situation du tennis algérien au menu de la réunion du CE    Les Verts se préparent déjà    La JSK joue sa dernière carte    108 familles relogées dans des appartements neufs    Evaluation des résultats de la coopération algéro-britanique dans le domaine éducatif    Création de 2.902 places pédagogiques et 5 nouvelles spécialités pour la session de février 2020    Découverte de pièces archéologiques à Tébessa    Sortir le livre sur les places publiques    Un document relatant les ères historiques successives    Soudani retrouve les terrains    Les dates de leur procès fixées    L'Algérie donne le ton et rejette toute ingérence étrangère    Plusieurs soldats tués dans une attaque près du Burkina Faso    Un manque de stratégie et de volonté politique    Un dispositif de surveillance déclenché en Algérie    À el aouana (Jijel) pas de perte humaine    L'Algérie perd une place dans l'Indice Transparency    Le ministre de l'Enseignement supérieur s'explique    Tebboune, à coeur ouvert    L'édification d'une Algérie nouvelle exige la contribution de l'élite nationale    Le peuple insiste sur l'édification d'un Etat libre et uni    Une secousse tellurique de magnitude 3.6 enregistré à Jijel    Arsenal : Vers un retour en Liga pour Ceballos, mais pas forcément au Real    Inter Milan : Accord avec Tottenham pour Christian Eriksen    Futsal/CAN à Laâyoune occupée: une violation flagrante du droit international    Tizi-Ouzou: hommage et recueillement à la mémoire de Matoub Lounes    TIZI OUZOU : Démantèlement d'un réseau de criminels    AMENAGEMENT EXTERIEUR DES LOGEMENTS AADL2 : Levée des entraves administratives à Constantine    NOUVELLES RESSOURCES ENERGETIQUES : Tebboune juge ‘'nécessaire'' l'exploitation du schiste    SURETE NATIONALE : 206 inspecteurs principaux promus    REGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE : Abderrazak Makri soutient la diplomatie algérienne    Bouhired décorée par le président tunisien    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Dialogue interlibyen : Alger accélère les préparatifs    .sortir ...sortir ...sortir ...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire
Publié dans Le Maghreb le 11 - 12 - 2019

En accédant au site abritant la mosquée Sidi Ghanem, dans l'enceinte de ce qui fut probablement une basilique byzantine, au cœur de la vieille ville de Mila, un sentiment étrange saisit tout visiteur des lieux, comme une invitation à la méditation.

Sidi Ghanem est, selon les historiens, le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie. La mosquée a été construite à l'aube de l'Islam, dans une période très avancée des "foutouhate" au Maghreb, en l'an 59 de l'hégire (678 après J.-C.). La mosquée de Sidi Ghanem, ceinte d'un impressionnant mur aux quatorze tours de guet, fut érigée par le compagnon du Prophète Mohamed (QSSSL) Abou El Mouhadjir Dinar, l'un des premiers musulmans, avec Okba Bnou Nafaâ, à braver les frontières de l'inconnu pour débarquer en Afrique. Abou El Mouhadjir Dinar a résidé, durant deux ans, dans la ville de Mila, considérée comme un "poste avancé" des "foutouhate" musulmanes en Afrique du Nord, comme l'attestent beaucoup d'historiens. Découverte en 1968, cette mosquée aux colonnes reposant sur des plinthes carrées et à la toiture en tuiles rouges, a combattu les aléas du temps et résisté aux modifications qu'elle a subies durant la colonisation. C'est aujourd'hui l'édifice-phare de l'antique Milev, reflétant au mieux le slogan du mois du patrimoine pour cette année : "Patrimoine culturel et la résistance".

L'édifice connaît un regain d'intérêt
L'édifice connaît depuis des années un véritable regain d'intérêt. De plus en plus d'universitaires et de chercheurs se penchent sur la mosquée de Sidi Ghanem, élaborant de nombreuses études archéologiques et historiques qui ont révélé de nouvelles données et des pistes de recherche "inédites", sur le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie, donnant aussi lieu à des thèses de doctorat portant sur l'aspect architectural et les matériaux de construction de la mosquée. Des aspects méconnus de ce site unique ont été ainsi mis au jour, prouvant, par exemple, que la mosquée n'a pas été érigée sur les ruines d'une basilique romaine comme on le pensait, mais plutôt à proximité d'une basilique byzantine, comme l'a récemment attesté un spécialiste de l'annexe du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques à Aïn M'lila (Oum El Bouaghi). Les études effectuées jusque-là se sont notamment intéressées à la mosquée de Sidi Ghanem, inhabituellement orientée vers le sud, caractéristique phare des toutes premières mosquées construites du Machrek. Une autre preuve irréfutable du fait que Sidi Ghanem est le plus ancien édifice religieux en Algérie, c'est ce passage d'un livre d'Ibn Khayat, datant du troisième siècle de l'hégire, dans lequel l'écrivain évoque "l'établissement d'Abou El Mouhadjir Dinar à Mila, vers l'an 59 de l'hégire, où il s'attelle à la construction d'une mosquée". Le voyageur arabe Ibn Dhahabi s'est également attardé, dans ses écrits, sur les "foutouhate" musulmanes dans la région de l'Afrique du Nord pour évoquer Mila en tant que "poste avancé" de la diffusion de l'Islam au Maghreb. Des faits confirmés par Ibn Thaghri Berdi, dans son livre les Foutouhate prospères, où il rappelle l'apport d'Abou El Mouhadjir Dinar dans la propagation de l'Islam en Afrique et son séjour à Mila. Au dixième siècle de l'hégire, l'historien et géographe Abu Ubayd Abd-Allah Al-Bakri cita "la mosquée de Sidi Ghanem comme "la première mosquée de Mila, jouxtant Dar El Imara" (maison de commandement). En parallèle, des études techniques effectuées sur la mosquée de Sidi Ghanem ont révélé que les matériaux de construction utilisés pour sa construction étaient de type très ancien. Il a été attesté que les motifs de décoration de cet édifice sont "en tous points semblables à ceux des mosquées de Médine (Arabie saoudite), des Omeyyades à Damas (Syrie) et de Kairouan, en Tunisie.

Restaurer l'édifice pour raconter Milev au pluriel
Le monument millénaire, la deuxième plus ancienne mosquée du Maghreb, après celle de Kairouan, longtemps délaissée, fera très prochainement l'objet d'une opération de réhabilitation. Avec un appui du Fonds national du patrimoine, une enveloppe de 140 millions de dinars a été allouée pour entamer cette opération, programmée pour le dernier trimestre de l'année en cours. Des mesures dites "d'urgence" avaient déjà été prises au profit de la mosquée de Sidi Ghanem, à l'initiative du ministère de la Culture, consacrées à la consolidation des fondations de la bâtisse où des fissures étaient apparues. Les interventions menées dans ce cadre ont permis de découvrir des manuscrits en langue arabe que des historiens ont attribués à Sidi Ghanem, illustre savant, très respecté, à son époque, pour sa science et son érudition et dont l'édifice porte le nom. Pour l'heure, un bureau d'études qualifié s'affaire à actualiser les travaux de réhabilitation de la mosquée. Une fois restauré, ce vestige, qui illustre on ne peut mieux la période musulmane à Mila, sera transformé en musée pour raconter le centre de rayonnement de l'Islam que fut Mila et mettre en valeur les trésors cachés d'une cité fascinante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.