Algérie-Maroc : la (maigre) réponse de Bouteflika à Mohamed VI    Ould-Abbès toujours secrétaire général    Arrestation d'un ex-maire et député    Le FLN et le RND en rouleaux compresseurs    Où est passé le dinar ?    Le renseignement douanier au menu du dialogue 5+5    Les Verts face à leur destin    «Je vois un changement par rapport au passé»    Taoussi vers la porte de sortie    Sachez que…    Création d'un centre de chirurgie pédiatrique en Algérie    Un trentenaire retrouvé pendu chez lui à Belkheïr    Entre blagues, caricatures et ironiques retours de bâton    Bab-el-Oued chouhada    Raser sa barbe ? Pas question !    Le temps n'a pas d'âge    Nouvelles d'Oran    24 heures    Football - Ligue 1: Le NAHD surprend l'ESS, l'ASAM respire    Lutte contre le commerce de stupéfiants: Six dealers arrêtés et des psychotropes saisis    Mostaganem: Des malades en danger    Pour la fréquence élevée d'effets secondaires: Retrait définitif de deux traitements anti-cancéreux    Qui a tué John Fitzgerald Khashoggi ?    Sécurité des vols: L'UGTA défend Air Algérie    ASM Oran: Sid Ahmed Slimani à la barre technique    Colloque sur la «Sira ennabawiya»: Plaidoyer pour l'unité dans l'Islam    USA : La production record de pétrole brut tire les stocks à la hausse    Atelier de formation de gestion associative    Succès des premiers tests des projets e-éducation et e-santé via Alcomsat-1    Zetchi appelle les Verts à faire preuve de combativité sur le terrain    La JSMB se neutralise à domicile avec l'ESM    Violences après le match USMA-CSC: 30 personnes arrêtées et 10 policiers blessés    La production du fer et de l'acier relancée    Déces : Le journaliste d'El Khabar Mohamed Cherak n'est plus    Le traité constitutif de l'UA doit "être préservé de toute révision"    43e Eucoco : Mme Feroukhi souligne le rôle de la conférence dans la sensibilisation sur le conflit    Une délégation de la Fédération internationale des journalistes, en visite à Ramallah    Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan    Conférence de Palerme sur la Libye : Les divisions étalées au grand jour    3e phase de la 24e opération de relogement d'Alger: Quelques 70 familles seront relogées lundi prochain    Affaire Skripal : Zakharova qualifie de "blague" la nouvelle enquête de Bellingcat    La tenue d'un vote de défiance contre May "probable"    Noureddine Bedoui : "Les valeurs de l'ANP sont un précieux acquis à préserver "    Hamadou Lazhar, élu candidat du FLN    Da Méziane, c'est le «Djihad», l'engagement et la modestie personnifiés    La 2e édition s'ouvre à Alger    CNAL et Commission de visionnage des films    La nouvelle pièce "Sekta" de Tounès Aït Ali présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mosquée de Sidi Ghanem à Mila, centre de rayonnement de l'Islam et haut lieu de la mémoire
Patrimoine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 04 - 2013

En accédant au site abritant la mosquée Sidi Ghanem, dans l'enceinte de ce qui fut probablement une basilique byzantine, au cœur de la vieille ville de Mila, un sentiment étrange saisit tout visiteur des lieux, comme une invitation à la méditation.
Sidi Ghanem est, selon les historiens, le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie. La mosquée a été construite à l'aube de l'Islam, dans une période très avancée des Foutouhate au Maghreb, en l'an 59 de l'Hégire (678 après J.-C.).
La mosquée de Sidi Ghanem, ceinte d'un impressionnant mur aux 14 tours de guet, fut érigée par le compagnon du Prophète Mohamed (QSSSL) Abou El Mouhadjir Dinar, l'un des premiers musulmans, avec Okba Bnou Nafaâ, à braver les frontières de l'inconnu pour débarquer en Afrique.
Abou El Mouhadjir Dinar a résidé durant deux ans dans la ville de Mila, considérée comme un "poste avancé" des Foutouhate musulmanes en Afrique du Nord, comme l'attestent beaucoup d'historiens.
Découverte en 1968, cette mosquée aux colonnes reposant sur des plinthes carrées et à la toiture en tuiles rouge, a combattu les aléas du temps et résisté aux modifications qu'elle a subies durant la colonisation. C'est aujourd'hui l'édifice-phare de l'antique Milev, reflétant au mieux le slogan du mois du patrimoine pour cette année : "Patrimoine culturel et la résistance".
Chercheurs et historiens remontent la piste de Sidi Ghanem et confortent son statut
L'édifice connaît depuis des années un véritable regain d'intérêt. De plus en plus d'universitaires et de chercheurs se penchent sur la mosquée de Sidi Ghanem, élaborant de nombreuses études archéologiques et historiques qui ont révélé de nouvelles données et des pistes de recherche "inédites", sur le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie, donnant aussi lieu à des thèses de doctorat portant sur l'aspect architectural et les matériaux de construction de la mosquée.
Des aspects méconnus de ce site unique ont été ainsi mis au jour, prouvant, par exemple, que la mosquée n'a pas été érigée sur les ruines d'une basilique romaine comme on le pensait, mais plutôt à proximité d'une basilique byzantine, comme l'a récemment attesté un spécialiste de l'annexe du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques Aïn M'lila (Oum El Bouaghi).
Les études effectuées jusque-là se sont notamment intéressées à la mosquée de Sidi Ghanem, inhabituellement orientée vers le Sud, caractéristique phare de toutes premières mosquées construites du Machrek.
Une autre preuve irréfutable du fait que Sidi Ghanem est le plus ancien édifice religieux en Algérie, est ce passage d'un livre d'Ibn Khayat, datant du troisième siècle de l'Hégire, dans lequel l'écrivain évoque "l'établissement d'Abou El Mouhadjir Dinar à Mila, vers l'an 59 de l'Hégire, où il s'attelle à la construction d'une mosquée".
Le voyageur arabe Ibn Dhahabi, s'est également attardé, dans ces écrits, sur les Foutouhate musulmanes dans la région de l'Afrique du Nord pour évoquer Mila en tant que "poste avancé" de la diffusion de l'Islam au Maghreb. Des faits confirmés par Ibn Thaghri Berdi, dans son livre "les Foutouhate prospères", où il rappelle l'apport d'Abou El Mouhadjir Dinar dans la propagation de l'Islam en Afrique et son séjour à Mila.
Au dixième siècle de l'Hégire, l'historien et géographe Abu Ubayd Abd-Allah Al-Bakri cita la mosquée de Sidi Ghanem comme "la première mosquée de Mila, jouxtant Dar El Imara" (Maison de Commandement).
En parallèle, des études techniques effectuées sur la mosquée de Sidi Ghanem ont révélé que les matériaux de construction utilisés pour sa construction étaient de type très ancien. Il a été attesté que les motifs de décoration de cet édifice sont "en tous points semblables à ceux des mosquées de Médine (Arabie Saoudite), des Omeyyades à Damas (Syrie) et de Kairouan, en Tunisie.
Restaurer l'édifice pour raconter Milev au pluriel
Le monument millénaire, la deuxième plus ancienne mosquée du Maghreb, après celle de Kairouan, longtemps délaissé, fera très prochainement l'objet d'une opération de réhabilitation. Avec un appui du Fonds national du patrimoine, une enveloppe de 140 millions de dinars a été allouée pour entamer cette opération, programmée pour le dernier trimestre de l'année en cours.
Des mesures, dites "d'urgence" avaient déjà été prises au profit de la mosquée de Sidi Ghanem, à l'initiative du ministère de la Culture, consacrées à la consolidation des fondations de la bâtisse où des fissures étaient apparues.
Les interventions menées dans ce cadre ont permis de découvrir des manuscrits en langue arabe que des historiens ont attribués à Sidi Ghanem, illustre savant, très respecté, à son époque, pour sa science et son érudition et dont l'édifice porte le nom.
Pour l'heure, un bureau d'étude qualifié s'affaire à actualiser les travaux de réhabilitation de la mosquée. Une fois restauré, ce vestige qui illustre on ne peut mieux la période musulmane à Mila, sera transformé en musée pour raconter le centre de rayonnement de l'Islam que fut Mila et mettre en valeur les trésors cachés d'une cité fascinante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.