Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Un acte inacceptable estime Abdelaziz Rahabi    30e vendredi du Hirak: Appel au départ de tous les symboles de l'ancien système    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Portes ouvertes sur la CASNOS    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    La préservation des acquis de la révolution, priorité des Tunisiens    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Assemblée générale extraordinaire le 17 septembre    «Boudaoui est bourré de talent»    Réda Benbaziz (-63 kg) dominé par l'Ouzbek Adu Raimov    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Alger, Constantine, Annaba plus exposées aux inondations que d'autres villes du pays    Baisse de 60 % du taux de mortalité de la mère parturiente    Après adoption par les deux chambres des deux textes de loi organique relatifs à l'Autorité en charge des élections et au régime électoral: Place à ...    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    Les startups favorisées    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Le marché de Tidjelabine rouvre ses portes    Le tour de vis du gouvernement    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    Borussia Mönchengladbach: Bonne prestation de Bensebaini face à Cologne    L'autorité des élections reflète-t-elle les articles de la Constitution ?    TISSEMSILT : Installation du nouveau chef de sûreté de wilaya    NUIT DE DELUGE A ALGER : La capitale avait ses avaloirs bouchés    LES MEDECINS DENONCENT L'INSOUCIANCE DES RESPONSABLES : Un ‘'abattoir'' à l'hôpital de Mostaganem    Six soldats émiratis tués dans une collision de véhicules militaires    Un 15e penalty sifflé    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 4ème journée    La DJS prête à louer le stade Zabana le jour des matchs    Deux collines illuminées par des milliers de manifestants    Détermination plus forte    Vers de fortes tensions sur le marché de la devise    Des milliers de Soudanais dans les rues    ACTUCULT    Julien Clerc célèbre ses 50 années de carrière à L'Opéra d'Alger    "Bee Home" ou la culture dans la convivialité    Plaisir du grattage et pizza anti-cancer au menu    LDC (2e tour – aller) JS Kabylie – Horoya Conakry (19h30) : Assurer la qualification à Tizi Ouzou    Comment la stratégie israélienne contourne le blocage libanais en se portant vers l'est de L'Euphrate    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mosquée de Sidi Ghanem à Mila, centre de rayonnement de l'Islam et haut lieu de la mémoire
Patrimoine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 04 - 2013

En accédant au site abritant la mosquée Sidi Ghanem, dans l'enceinte de ce qui fut probablement une basilique byzantine, au cœur de la vieille ville de Mila, un sentiment étrange saisit tout visiteur des lieux, comme une invitation à la méditation.
Sidi Ghanem est, selon les historiens, le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie. La mosquée a été construite à l'aube de l'Islam, dans une période très avancée des Foutouhate au Maghreb, en l'an 59 de l'Hégire (678 après J.-C.).
La mosquée de Sidi Ghanem, ceinte d'un impressionnant mur aux 14 tours de guet, fut érigée par le compagnon du Prophète Mohamed (QSSSL) Abou El Mouhadjir Dinar, l'un des premiers musulmans, avec Okba Bnou Nafaâ, à braver les frontières de l'inconnu pour débarquer en Afrique.
Abou El Mouhadjir Dinar a résidé durant deux ans dans la ville de Mila, considérée comme un "poste avancé" des Foutouhate musulmanes en Afrique du Nord, comme l'attestent beaucoup d'historiens.
Découverte en 1968, cette mosquée aux colonnes reposant sur des plinthes carrées et à la toiture en tuiles rouge, a combattu les aléas du temps et résisté aux modifications qu'elle a subies durant la colonisation. C'est aujourd'hui l'édifice-phare de l'antique Milev, reflétant au mieux le slogan du mois du patrimoine pour cette année : "Patrimoine culturel et la résistance".
Chercheurs et historiens remontent la piste de Sidi Ghanem et confortent son statut
L'édifice connaît depuis des années un véritable regain d'intérêt. De plus en plus d'universitaires et de chercheurs se penchent sur la mosquée de Sidi Ghanem, élaborant de nombreuses études archéologiques et historiques qui ont révélé de nouvelles données et des pistes de recherche "inédites", sur le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie, donnant aussi lieu à des thèses de doctorat portant sur l'aspect architectural et les matériaux de construction de la mosquée.
Des aspects méconnus de ce site unique ont été ainsi mis au jour, prouvant, par exemple, que la mosquée n'a pas été érigée sur les ruines d'une basilique romaine comme on le pensait, mais plutôt à proximité d'une basilique byzantine, comme l'a récemment attesté un spécialiste de l'annexe du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques Aïn M'lila (Oum El Bouaghi).
Les études effectuées jusque-là se sont notamment intéressées à la mosquée de Sidi Ghanem, inhabituellement orientée vers le Sud, caractéristique phare de toutes premières mosquées construites du Machrek.
Une autre preuve irréfutable du fait que Sidi Ghanem est le plus ancien édifice religieux en Algérie, est ce passage d'un livre d'Ibn Khayat, datant du troisième siècle de l'Hégire, dans lequel l'écrivain évoque "l'établissement d'Abou El Mouhadjir Dinar à Mila, vers l'an 59 de l'Hégire, où il s'attelle à la construction d'une mosquée".
Le voyageur arabe Ibn Dhahabi, s'est également attardé, dans ces écrits, sur les Foutouhate musulmanes dans la région de l'Afrique du Nord pour évoquer Mila en tant que "poste avancé" de la diffusion de l'Islam au Maghreb. Des faits confirmés par Ibn Thaghri Berdi, dans son livre "les Foutouhate prospères", où il rappelle l'apport d'Abou El Mouhadjir Dinar dans la propagation de l'Islam en Afrique et son séjour à Mila.
Au dixième siècle de l'Hégire, l'historien et géographe Abu Ubayd Abd-Allah Al-Bakri cita la mosquée de Sidi Ghanem comme "la première mosquée de Mila, jouxtant Dar El Imara" (Maison de Commandement).
En parallèle, des études techniques effectuées sur la mosquée de Sidi Ghanem ont révélé que les matériaux de construction utilisés pour sa construction étaient de type très ancien. Il a été attesté que les motifs de décoration de cet édifice sont "en tous points semblables à ceux des mosquées de Médine (Arabie Saoudite), des Omeyyades à Damas (Syrie) et de Kairouan, en Tunisie.
Restaurer l'édifice pour raconter Milev au pluriel
Le monument millénaire, la deuxième plus ancienne mosquée du Maghreb, après celle de Kairouan, longtemps délaissé, fera très prochainement l'objet d'une opération de réhabilitation. Avec un appui du Fonds national du patrimoine, une enveloppe de 140 millions de dinars a été allouée pour entamer cette opération, programmée pour le dernier trimestre de l'année en cours.
Des mesures, dites "d'urgence" avaient déjà été prises au profit de la mosquée de Sidi Ghanem, à l'initiative du ministère de la Culture, consacrées à la consolidation des fondations de la bâtisse où des fissures étaient apparues.
Les interventions menées dans ce cadre ont permis de découvrir des manuscrits en langue arabe que des historiens ont attribués à Sidi Ghanem, illustre savant, très respecté, à son époque, pour sa science et son érudition et dont l'édifice porte le nom.
Pour l'heure, un bureau d'étude qualifié s'affaire à actualiser les travaux de réhabilitation de la mosquée. Une fois restauré, ce vestige qui illustre on ne peut mieux la période musulmane à Mila, sera transformé en musée pour raconter le centre de rayonnement de l'Islam que fut Mila et mettre en valeur les trésors cachés d'une cité fascinante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.