Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Le maillon faible de la chaîne touristique    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Le CSC en quête de confirmation, la JSS en danger face au Ahly    Présidentielle de 1999, on ne s'ennuyait pas…    Baisse du taux de criminalité en 2018    280 000 places pédagogiques offertes selon Mebarki    715 opérations pour 627 localités et mechtas à Jijel    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'une bande de malfaiteurs s'adonnant au trafic de psychotropes…    Le réseau électrique renforcé    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Ligue 2: Plusieurs débats captivants    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Commémoration du 67e anniversaire de la mort du moudjahid Belouizdad    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Les Algériens indésirables en France ?    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mosquée de Sidi Ghanem à Mila, centre de rayonnement de l'Islam et haut lieu de la mémoire
Patrimoine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 04 - 2013

En accédant au site abritant la mosquée Sidi Ghanem, dans l'enceinte de ce qui fut probablement une basilique byzantine, au cœur de la vieille ville de Mila, un sentiment étrange saisit tout visiteur des lieux, comme une invitation à la méditation.
Sidi Ghanem est, selon les historiens, le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie. La mosquée a été construite à l'aube de l'Islam, dans une période très avancée des Foutouhate au Maghreb, en l'an 59 de l'Hégire (678 après J.-C.).
La mosquée de Sidi Ghanem, ceinte d'un impressionnant mur aux 14 tours de guet, fut érigée par le compagnon du Prophète Mohamed (QSSSL) Abou El Mouhadjir Dinar, l'un des premiers musulmans, avec Okba Bnou Nafaâ, à braver les frontières de l'inconnu pour débarquer en Afrique.
Abou El Mouhadjir Dinar a résidé durant deux ans dans la ville de Mila, considérée comme un "poste avancé" des Foutouhate musulmanes en Afrique du Nord, comme l'attestent beaucoup d'historiens.
Découverte en 1968, cette mosquée aux colonnes reposant sur des plinthes carrées et à la toiture en tuiles rouge, a combattu les aléas du temps et résisté aux modifications qu'elle a subies durant la colonisation. C'est aujourd'hui l'édifice-phare de l'antique Milev, reflétant au mieux le slogan du mois du patrimoine pour cette année : "Patrimoine culturel et la résistance".
Chercheurs et historiens remontent la piste de Sidi Ghanem et confortent son statut
L'édifice connaît depuis des années un véritable regain d'intérêt. De plus en plus d'universitaires et de chercheurs se penchent sur la mosquée de Sidi Ghanem, élaborant de nombreuses études archéologiques et historiques qui ont révélé de nouvelles données et des pistes de recherche "inédites", sur le plus ancien lieu de culte musulman en Algérie, donnant aussi lieu à des thèses de doctorat portant sur l'aspect architectural et les matériaux de construction de la mosquée.
Des aspects méconnus de ce site unique ont été ainsi mis au jour, prouvant, par exemple, que la mosquée n'a pas été érigée sur les ruines d'une basilique romaine comme on le pensait, mais plutôt à proximité d'une basilique byzantine, comme l'a récemment attesté un spécialiste de l'annexe du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques Aïn M'lila (Oum El Bouaghi).
Les études effectuées jusque-là se sont notamment intéressées à la mosquée de Sidi Ghanem, inhabituellement orientée vers le Sud, caractéristique phare de toutes premières mosquées construites du Machrek.
Une autre preuve irréfutable du fait que Sidi Ghanem est le plus ancien édifice religieux en Algérie, est ce passage d'un livre d'Ibn Khayat, datant du troisième siècle de l'Hégire, dans lequel l'écrivain évoque "l'établissement d'Abou El Mouhadjir Dinar à Mila, vers l'an 59 de l'Hégire, où il s'attelle à la construction d'une mosquée".
Le voyageur arabe Ibn Dhahabi, s'est également attardé, dans ces écrits, sur les Foutouhate musulmanes dans la région de l'Afrique du Nord pour évoquer Mila en tant que "poste avancé" de la diffusion de l'Islam au Maghreb. Des faits confirmés par Ibn Thaghri Berdi, dans son livre "les Foutouhate prospères", où il rappelle l'apport d'Abou El Mouhadjir Dinar dans la propagation de l'Islam en Afrique et son séjour à Mila.
Au dixième siècle de l'Hégire, l'historien et géographe Abu Ubayd Abd-Allah Al-Bakri cita la mosquée de Sidi Ghanem comme "la première mosquée de Mila, jouxtant Dar El Imara" (Maison de Commandement).
En parallèle, des études techniques effectuées sur la mosquée de Sidi Ghanem ont révélé que les matériaux de construction utilisés pour sa construction étaient de type très ancien. Il a été attesté que les motifs de décoration de cet édifice sont "en tous points semblables à ceux des mosquées de Médine (Arabie Saoudite), des Omeyyades à Damas (Syrie) et de Kairouan, en Tunisie.
Restaurer l'édifice pour raconter Milev au pluriel
Le monument millénaire, la deuxième plus ancienne mosquée du Maghreb, après celle de Kairouan, longtemps délaissé, fera très prochainement l'objet d'une opération de réhabilitation. Avec un appui du Fonds national du patrimoine, une enveloppe de 140 millions de dinars a été allouée pour entamer cette opération, programmée pour le dernier trimestre de l'année en cours.
Des mesures, dites "d'urgence" avaient déjà été prises au profit de la mosquée de Sidi Ghanem, à l'initiative du ministère de la Culture, consacrées à la consolidation des fondations de la bâtisse où des fissures étaient apparues.
Les interventions menées dans ce cadre ont permis de découvrir des manuscrits en langue arabe que des historiens ont attribués à Sidi Ghanem, illustre savant, très respecté, à son époque, pour sa science et son érudition et dont l'édifice porte le nom.
Pour l'heure, un bureau d'étude qualifié s'affaire à actualiser les travaux de réhabilitation de la mosquée. Une fois restauré, ce vestige qui illustre on ne peut mieux la période musulmane à Mila, sera transformé en musée pour raconter le centre de rayonnement de l'Islam que fut Mila et mettre en valeur les trésors cachés d'une cité fascinante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.