Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Liverpool : Salah respecte les décisions de son coach    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc: Une pétition déposée au Parlement pour l'abrogation de lois "liberticides"
Publié dans Le Maghreb le 12 - 12 - 2019

Un collectif marocain a déposé une pétition auprès du Parlement pour demander à ce que "toutes les infractions pénales portant sur les libertés individuelles" soient retirées du Code pénal marocain, a-t-il annoncé vendredi.

"Nous venons de déposer une pétition auprès de notre Parlement (...) où nous proclamons haut et fort : l'Amour n'est pas un crime", indique dans un communiqué le collectif des "hors-la-loi", qui compte parmi ses membres fondateurs les écrivaines Leila Slimani et Sonia Terrab.
La pétition a été mise en ligne sur le site "collectif490", en référence à l'article 490 du code pénal marocain qui punit "d'emprisonnement d'un mois à un an toutes personnes de sexe différent qui, n'étant pas unies par les liens du mariage, ont entre elles des relations sexuelles'.
Le collectif s'est formé pour protester contre l'arrestation fin août de la journaliste HajarRaissouni pour "avortement illégal" et "sexe hors mariage". Elle a été condamnée fin septembre à un an de prison ferme avant d'être graciée par le roi Mohammed VI.
La pétition doit recueillir un minimum de 5000 signatures de personnes inscrites sur les listes électorales pour être prise en compte et discutée au Parlement.
"Nous avons aussi reçu des centaines de témoignages attestant de la difficulté d'être et de s'épanouir dans ce pays, en premier lieu à cause de ces lois", lit-on dans le communiqué accompagnant la pétition.
"Des jeunes des quatre coins du royaume nous ont écrit pour nous raconter le harcèlement dont ils ont été victimes, des femmes nous ont relaté l'humiliation et les paroles offensantes qu'elles ont subies", est-il souligné.
Alors qu'un projet de réforme du code pénal est en cours d'examen au Parlement, plusieurs ONG de défense des droits humains ont appelé les députés à abroger des lois jugées liberticides, en phase avec l'évolution de la société.
Le Conseil national des droits humains (CNDH, officiel) a récemment adressé du Parlement un mémorandum dans lequel il "plaide pour un code pénal qui protège les libertés".
"Les lois portant atteinte à la vie privée et à la liberté de conscience doivent être abrogées", a estimé mercredi l'ONG Humanrightswatch, en écho aux recommandations "novatrices" et "audacieuses" du CNDH.
En 2018, la justice marocaine a poursuivi 14.503 personnes pour débauche, 3.048 pour adultère, 170 pour homosexualité et 73 pour avortements, selon les chiffres officiels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.