La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La 3e édition, un succès
Festival de la chanson oranaise
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 08 - 2010

Les organisateurs du festival de la musique et de la chanson oranaise ont estimé, dimanche après-midi à Oran, que la 3e édition de cette manifestation a été une réussite "en dépit des critiques et des insuffisances relevées par la presse". Des membres du Commissariat de ce festival, réunis autour de sa présidente, Mme Rabéa Moussaoui, la directrice de la culture de la wilaya d'Oran, ont dressé, lors d'une conférence de presse, un bilan "positif" de cette troisième édition. Celle-ci, qui s'est déroulée du 29 juillet au 3 août derniers au théâtre de verdure "Chekroun-Hasni", a vu la participation de 49 chanteurs, dont 6 en compétition, qui ont interprété 98 chansons dont 10 nouveautés. Ce troisième rendez-vous a permis de récompenser trois jeunes talents qui, selon Mme Moussaoui, seront pris en charge par le ministère de la Culture pour l'édition de leur premier album. Les lauréats seront également intégrés aux prochaines tournées artistiques afin qu'ils se produisent aux côtés des grandes vedettes de la chanson algérienne. La présidente du Commissariat du festival a également rappelé que de nombreuses gloires de la chanson oranaise ont été honorées à l'exemple de Hadjira Bali, qui a mis tout son art et ses potentialités artistiques au service de la révolution nationale armée ou encore de Saïm El Hadj, Rahal Zoubir, Belkacem Bouteldja et bien d'autres. Les membres du Commissariat du festival se sont montrés intransigeants quant au "profil" donné à la manifestation. Pour eux, ce festival est destiné à promouvoir et à réhabiliter la chanson oranaise, "celle lancée et défendue par Blaoui Houari et Ahmed Wahby, à partir des années 40". Ils ont rejeté toute idée d'intégrer le raï, ce genre décrié, qui a désormais son propre festival dans la wilaya voisine de Sidi Bel-Abbès. Les organisateurs se sont plaints de la "malhonnêteté" de certains artistes qui se sont engagés à présenter au public des chansons puisées du répertoire oranais pour se lancer, une fois sur scène, à chanter leurs propres succès dans le genre "raï". Le chanteur Baroudi Benkhedda, un membre du comité d'organisation, a reconnu qu'il était difficile d'empêcher des vedettes de la chanson raï d'interpréter sur la scène du théâtre de verdure des "tubes" de leur répertoire. "Ces chanteurs ont répondu aux demandes de leur public. Les empêcher de le faire aurait conduit à des situations incontrôlables de la part des jeunes spectateurs. Lors de certaines soirées, nous avons évité le pire", a avoué Baroudi Benkhedda. La directrice de la culture d'Oran a annoncé que pour la prochaine édition, une clause "interdisant ce genre de comportements" et "imposant une conduite respectable
d'artiste" sera incluse dans le contrat que signeront les artistes. Il est prévu également de retenir un lieu autre que le théâtre de verdure pour abriter ce festival.
APS
Les organisateurs du festival de la musique et de la chanson oranaise ont estimé, dimanche après-midi à Oran, que la 3e édition de cette manifestation a été une réussite "en dépit des critiques et des insuffisances relevées par la presse". Des membres du Commissariat de ce festival, réunis autour de sa présidente, Mme Rabéa Moussaoui, la directrice de la culture de la wilaya d'Oran, ont dressé, lors d'une conférence de presse, un bilan "positif" de cette troisième édition. Celle-ci, qui s'est déroulée du 29 juillet au 3 août derniers au théâtre de verdure "Chekroun-Hasni", a vu la participation de 49 chanteurs, dont 6 en compétition, qui ont interprété 98 chansons dont 10 nouveautés. Ce troisième rendez-vous a permis de récompenser trois jeunes talents qui, selon Mme Moussaoui, seront pris en charge par le ministère de la Culture pour l'édition de leur premier album. Les lauréats seront également intégrés aux prochaines tournées artistiques afin qu'ils se produisent aux côtés des grandes vedettes de la chanson algérienne. La présidente du Commissariat du festival a également rappelé que de nombreuses gloires de la chanson oranaise ont été honorées à l'exemple de Hadjira Bali, qui a mis tout son art et ses potentialités artistiques au service de la révolution nationale armée ou encore de Saïm El Hadj, Rahal Zoubir, Belkacem Bouteldja et bien d'autres. Les membres du Commissariat du festival se sont montrés intransigeants quant au "profil" donné à la manifestation. Pour eux, ce festival est destiné à promouvoir et à réhabiliter la chanson oranaise, "celle lancée et défendue par Blaoui Houari et Ahmed Wahby, à partir des années 40". Ils ont rejeté toute idée d'intégrer le raï, ce genre décrié, qui a désormais son propre festival dans la wilaya voisine de Sidi Bel-Abbès. Les organisateurs se sont plaints de la "malhonnêteté" de certains artistes qui se sont engagés à présenter au public des chansons puisées du répertoire oranais pour se lancer, une fois sur scène, à chanter leurs propres succès dans le genre "raï". Le chanteur Baroudi Benkhedda, un membre du comité d'organisation, a reconnu qu'il était difficile d'empêcher des vedettes de la chanson raï d'interpréter sur la scène du théâtre de verdure des "tubes" de leur répertoire. "Ces chanteurs ont répondu aux demandes de leur public. Les empêcher de le faire aurait conduit à des situations incontrôlables de la part des jeunes spectateurs. Lors de certaines soirées, nous avons évité le pire", a avoué Baroudi Benkhedda. La directrice de la culture d'Oran a annoncé que pour la prochaine édition, une clause "interdisant ce genre de comportements" et "imposant une conduite respectable
d'artiste" sera incluse dans le contrat que signeront les artistes. Il est prévu également de retenir un lieu autre que le théâtre de verdure pour abriter ce festival.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.