Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sept personnes sauvées in extremis d'une mort certaine    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Deux suspects arrêtés    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Ligue des champions d'Afrique : Le CSC depuis hier en Egypte    Coupe d'Algérie (1/4 de finale aller) : L'USM Annaba et le NA Hussein-Dey prennent option    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Réunion des partis de l'opposition    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    En un an, la facture a presque doublé    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Sommet de l'opposition pour une candidature unique.. Des tractations laborieuses    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Hockey sur gazon.. Nécessité d'accompagner les formateurs de demain    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Dernière roue de la charrette…    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    LOGEMENT SOCIAL : 2 millions de bénéficiaires ne paient pas leurs redevances    Braquage de Boumerdès : 4 convoyeurs de fonds arrêtés    PRESIDENTIELLE 2019 : Ouyahia exhorte ses partisans à voter Bouteflika    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Aux actionnaires de valider le passage sous Hyproc    Varsovie attend des excuses d'Israël    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bahia Farah, discrète et sublime chanteuse
Evocation
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 08 - 2010

Bahia Farah, de son vrai nom Bounouar Fatima-Zohra a été une grande danseuse du genre oriental avant de devenir tout aussi grande chanteuse. Elle fut l'épouse du célèbre miniaturiste algérien Mohamed Temmam dit Sid-Ali.
Bahia Farah, de son vrai nom Bounouar Fatima-Zohra a été une grande danseuse du genre oriental avant de devenir tout aussi grande chanteuse. Elle fut l'épouse du célèbre miniaturiste algérien Mohamed Temmam dit Sid-Ali.
Elle fait partie de cette génération d'hommes et de femmes nés au début du siècle dernier à une époque où naissaient nos grands pères et nos grands-mères. Est-ce que vous auriez pensé que votre grand-maman pouvait être une danseuse ? Non. Eh bien si, Bahia Farah, de son vrai nom Bounouar Fatima-Zohra a été une grande danseuse du genre oriental avant de devenir tout aussi grande chanteuse. Née en 1917 à Bouira, en Kabylie, Bahia Farah est décédée en 1984 à Alger. Elle fut l'épouse du célèbre miniaturiste algérien Mohamed Temmam dit Sid-Ali (1915-1988).
Orpheline, elle a été prise en charge par son oncle qui l'emmena en Tunisie. Après avoir pris des cours de danse dans un centre de formation artistique, elle partit en 1931 à Paris alors qu'elle n'avait que 14 ans. Ses proches, contre toute attente, l'encouragent à suivre son inspiration artistique. Elle perfectionna donc sa danse et très tôt elle fait le bonheur de la communauté émigrée à Paris. Le grand compositeur et interprète tunisien Mohamed El Jamoussi la remarque et décide de l'intégrer en dépit de son jeune âge dans la troupe artistique maghrébine dont il avait la charge. La jeune Bahia rencontre son futur époux en 1937. Mohamed Temmam venait de s'inscrire à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Paris. Il était un génie de la miniature en même temps qu'un musicien hors pair qui savait jouer à merveille du violon et du banjo. Plus tard lorsque Bahia Farah aura l'occasion de diriger son orchestre elle intégrera son mari avant d'aller faire ensemble la tournée au profit des travailleurs maghrébins. A Paris la chanteuse se frotte outre au Tunisien Mohamed El Jamoussi et au Marocain Slaoui Kamal, aux grosses pointures de la musique algérienne et kabyle à l'image de Kamel Hamadi, Slimane Azem, Mohamed El Kamel, Allaoua Zerrouki, Salah Sadaoui et Akli Yahiatène. En 1949 elle enregistre sur la demande de la maison d'édition Pathé Marconi, six disques 78 tours en arabe dont Ya omri lik, (mon âme est à toi) Rayeh maâdoum, Le partant est absent) et Yalli qlaqtou (Celui que j'ai irrité).
Elle interprétera aussi certaines œuvres du grand compositeur Mohamed El Kamel comme Bent ami, Zmane el youm et Saghira mesrara, les œuvres de Missoum, de Kamel Hamadi ainsi que celles de son mari Mohamed Temmam.
Quand la guerre de Libération éclate en Algérie, la troupe artistique maghrébine se disperse. Mais le FLN charge Bahia Farah de sensibiliser la communauté émigrée à la cause nationale. C'est alors qu'elle monte en 1957 son propre orchestre (composé alors de 24 personnes) qu'elle dirigea elle-même. Cet orchestre a fait en fait partie de la troupe artistique du FLN. La thématique de ses chansons traite de l'exil, du patriotisme et de l'amour. C'est de cette époque que date sa rencontre avec Slimane Azem, avec qui elle réalise en duo deux titres en kabyle Kem aouk dhnek (Toi et moi) et Atass issevragh (J'ai trop attendu), une chanson qui lui assrera un succès foudroyant. Elle signe son retour définitif au pays au lendemain de l'Indépendance, plus exactement en février 1965 et interprète Thefouk el ghorba thefouk (L'exil est terminé, bien terminé) (1967) avant de faire ses adieux à la Chaine 2 de la Radio nationale où elle animait une émission. Redevenue libre de tout engagement, elle constitue l'ensemble féminin « El Farah » et s'adonne exclusivement à l'animation des fêtes publiques et familiales. La Radio algérienne semble-t-il n'a conservé que 22 chansons sur les 50 qu'elle a enregistrées à son niveau. Selon le spécialiste Abdelkader Bendameche la musicienne et son époux le peintre Mohamed Temmam ont observé sur la fin de leur vie un très long silence. Bahia Farah était éprouvée écrit Bendameche par « le mépris (…) des responsables artistiques de l'époque et la déception d'un vécu qu'elle n'a jamais imaginé au moment où elle militait âprement pour la libération du pays ». L'artiste meurt Elle a 68 ans, quittant la vie dans la discrétion la plus totale. Il a fallu attendre 25 ans pour voir son souvenir exhumé par la DDirection de la culture de la ville qui l'a vu naître. En effet en 2009 Bouira lui a rendu un hommage posthume lors d'un colloque de trois jours.
Elle fait partie de cette génération d'hommes et de femmes nés au début du siècle dernier à une époque où naissaient nos grands pères et nos grands-mères. Est-ce que vous auriez pensé que votre grand-maman pouvait être une danseuse ? Non. Eh bien si, Bahia Farah, de son vrai nom Bounouar Fatima-Zohra a été une grande danseuse du genre oriental avant de devenir tout aussi grande chanteuse. Née en 1917 à Bouira, en Kabylie, Bahia Farah est décédée en 1984 à Alger. Elle fut l'épouse du célèbre miniaturiste algérien Mohamed Temmam dit Sid-Ali (1915-1988).
Orpheline, elle a été prise en charge par son oncle qui l'emmena en Tunisie. Après avoir pris des cours de danse dans un centre de formation artistique, elle partit en 1931 à Paris alors qu'elle n'avait que 14 ans. Ses proches, contre toute attente, l'encouragent à suivre son inspiration artistique. Elle perfectionna donc sa danse et très tôt elle fait le bonheur de la communauté émigrée à Paris. Le grand compositeur et interprète tunisien Mohamed El Jamoussi la remarque et décide de l'intégrer en dépit de son jeune âge dans la troupe artistique maghrébine dont il avait la charge. La jeune Bahia rencontre son futur époux en 1937. Mohamed Temmam venait de s'inscrire à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Paris. Il était un génie de la miniature en même temps qu'un musicien hors pair qui savait jouer à merveille du violon et du banjo. Plus tard lorsque Bahia Farah aura l'occasion de diriger son orchestre elle intégrera son mari avant d'aller faire ensemble la tournée au profit des travailleurs maghrébins. A Paris la chanteuse se frotte outre au Tunisien Mohamed El Jamoussi et au Marocain Slaoui Kamal, aux grosses pointures de la musique algérienne et kabyle à l'image de Kamel Hamadi, Slimane Azem, Mohamed El Kamel, Allaoua Zerrouki, Salah Sadaoui et Akli Yahiatène. En 1949 elle enregistre sur la demande de la maison d'édition Pathé Marconi, six disques 78 tours en arabe dont Ya omri lik, (mon âme est à toi) Rayeh maâdoum, Le partant est absent) et Yalli qlaqtou (Celui que j'ai irrité).
Elle interprétera aussi certaines œuvres du grand compositeur Mohamed El Kamel comme Bent ami, Zmane el youm et Saghira mesrara, les œuvres de Missoum, de Kamel Hamadi ainsi que celles de son mari Mohamed Temmam.
Quand la guerre de Libération éclate en Algérie, la troupe artistique maghrébine se disperse. Mais le FLN charge Bahia Farah de sensibiliser la communauté émigrée à la cause nationale. C'est alors qu'elle monte en 1957 son propre orchestre (composé alors de 24 personnes) qu'elle dirigea elle-même. Cet orchestre a fait en fait partie de la troupe artistique du FLN. La thématique de ses chansons traite de l'exil, du patriotisme et de l'amour. C'est de cette époque que date sa rencontre avec Slimane Azem, avec qui elle réalise en duo deux titres en kabyle Kem aouk dhnek (Toi et moi) et Atass issevragh (J'ai trop attendu), une chanson qui lui assrera un succès foudroyant. Elle signe son retour définitif au pays au lendemain de l'Indépendance, plus exactement en février 1965 et interprète Thefouk el ghorba thefouk (L'exil est terminé, bien terminé) (1967) avant de faire ses adieux à la Chaine 2 de la Radio nationale où elle animait une émission. Redevenue libre de tout engagement, elle constitue l'ensemble féminin « El Farah » et s'adonne exclusivement à l'animation des fêtes publiques et familiales. La Radio algérienne semble-t-il n'a conservé que 22 chansons sur les 50 qu'elle a enregistrées à son niveau. Selon le spécialiste Abdelkader Bendameche la musicienne et son époux le peintre Mohamed Temmam ont observé sur la fin de leur vie un très long silence. Bahia Farah était éprouvée écrit Bendameche par « le mépris (…) des responsables artistiques de l'époque et la déception d'un vécu qu'elle n'a jamais imaginé au moment où elle militait âprement pour la libération du pays ». L'artiste meurt Elle a 68 ans, quittant la vie dans la discrétion la plus totale. Il a fallu attendre 25 ans pour voir son souvenir exhumé par la DDirection de la culture de la ville qui l'a vu naître. En effet en 2009 Bouira lui a rendu un hommage posthume lors d'un colloque de trois jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.