Man United - Cavani : "J'ai développé une grande affection pour le club"    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sortira, sortira pas ?
Libération de Aung San Suu Kyi
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 11 - 2010

Rumeurs et spéculations se multiplient en Birmanie sur une libération imminente de l'opposante Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991, mais la junte militaire au pouvoir n'a pas fait part de ses intentions. Aung San Suu Kyi, âgée de 65 ans, a passé 15 des 21 dernières années en détention et aura purgé samedi sa dernière peine de dix-huit mois d'assignation à résidence.Elle a fait savoir mercredi par son avocat qu'elle refuserait toute condition posée par la junte à sa remise en liberté.Selon des informations non confirmées diffusées sur internet et par certains médias, le numéro 1 de la junte, le général Than Shwe, a déjà signé l'ordre de remise en liberté.Mais rares sont les personnes, en dehors du premier cercle qui gravite autour du général, à savoir ce qui va se passer. Même les ministres semblent être dans l'ignorance de la décision qui sera prise, dit-on de source diplomatique."C'est la nature même de Than Shwe et de son régime", explique David Mathieson, spécialiste de la Birmanie à l'ONG Human Rights Watch (HRW)."Les gens du gouvernement ne savent pas, le parti de Suu Kyi ne sait pas, les experts ne savent pas non plus. Tout ce qu'on sait, c'est que l'assignation à résidence arrive à expiration samedi... Tout le reste n'est que spéculation", ajoute-t-il.
Rassemblements de sympathisants
Des groupes de sympathisants se sont rassemblés autour de la maison de Suu Kyi à Rangoun, après des rumeurs faisant état d'une libération dès ce vendredi. "Je pense qu'elle va être libérée mais je suis vraiment inquiet pour sa sécurité", déclare un vendeur de rue, Ma Kyi. "Que Dieu la protège." Environ 400 partisans de l'opposition, certains brandissant des photographies de Suu Kyi, se sont aussi rassemblés devant le siège de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), la formation de Suu Kyi qui s'est sabordée en tant que parti politique et n'a pas participé aux élections législatives de dimanche dernier. Le principal parti lié à la junte a remporté une écrasante victoire à ces élections en recueillant environ 80% des sièges. Les deux plus importants partis pro-démocratie en lice pour ce scrutin ont concédé leur défaite tout en accusant l'armée d'avoir truqué les résultats.
Rumeurs et spéculations se multiplient en Birmanie sur une libération imminente de l'opposante Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991, mais la junte militaire au pouvoir n'a pas fait part de ses intentions. Aung San Suu Kyi, âgée de 65 ans, a passé 15 des 21 dernières années en détention et aura purgé samedi sa dernière peine de dix-huit mois d'assignation à résidence.Elle a fait savoir mercredi par son avocat qu'elle refuserait toute condition posée par la junte à sa remise en liberté.Selon des informations non confirmées diffusées sur internet et par certains médias, le numéro 1 de la junte, le général Than Shwe, a déjà signé l'ordre de remise en liberté.Mais rares sont les personnes, en dehors du premier cercle qui gravite autour du général, à savoir ce qui va se passer. Même les ministres semblent être dans l'ignorance de la décision qui sera prise, dit-on de source diplomatique."C'est la nature même de Than Shwe et de son régime", explique David Mathieson, spécialiste de la Birmanie à l'ONG Human Rights Watch (HRW)."Les gens du gouvernement ne savent pas, le parti de Suu Kyi ne sait pas, les experts ne savent pas non plus. Tout ce qu'on sait, c'est que l'assignation à résidence arrive à expiration samedi... Tout le reste n'est que spéculation", ajoute-t-il.
Rassemblements de sympathisants
Des groupes de sympathisants se sont rassemblés autour de la maison de Suu Kyi à Rangoun, après des rumeurs faisant état d'une libération dès ce vendredi. "Je pense qu'elle va être libérée mais je suis vraiment inquiet pour sa sécurité", déclare un vendeur de rue, Ma Kyi. "Que Dieu la protège." Environ 400 partisans de l'opposition, certains brandissant des photographies de Suu Kyi, se sont aussi rassemblés devant le siège de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), la formation de Suu Kyi qui s'est sabordée en tant que parti politique et n'a pas participé aux élections législatives de dimanche dernier. Le principal parti lié à la junte a remporté une écrasante victoire à ces élections en recueillant environ 80% des sièges. Les deux plus importants partis pro-démocratie en lice pour ce scrutin ont concédé leur défaite tout en accusant l'armée d'avoir truqué les résultats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.