Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Le RND affiche son total soutien    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une expo à la mémoire d'Issiakhem
2e Festival international d'art contemporain d'Alger
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 12 - 2010

Le 2e Festival international d'art contemporain d'Alger, qui se tient du 1er décembre 2010 à la fin janvier 2011, a consacré l'exposition de cette édition au plasticien de renom M'Hamed Issiakhem, dont on commémore le 25e anniversaire du décès. Cette exposition, organisée au Musée national d'art moderne et contemporain, comprend 114 tableaux de Issiakhem, dont 90 % appartiennent à des collectionneurs privés et d'autres aux différents musées du pays (Musée des Beaux-Arts d'Alger, musée Ahmed-Zabana d'Oran, musée Cirta de Constantine et musée Nasreddine-Dinet de Boussaâda). "Nous avons essayé de présenter, à travers cette collection d'œuvres, dont certaines sont montrées pour la première fois, le très riche itinéraire de M'Hamed Issiakhem, notamment des tableaux réalisés dans les années 50, 60, 70 et 80", a indiqué M. Mohamed Djehiche, directeur du MAMA et commissaire du festival, qui a précisé qu'un ouvrage consacré à l'artiste sous le titre "A la mémoire de... M'Hamed Issiakhem" vient d'être publié par l'institution muséale. Cette exposition donne un large éventail des thèmes abordés par Issiakhem dans sa peinture, à savoir: la mère, la femme, la vieillesse, l'enfance, le patrimoine et, surtout, les souffrances endurées par le peuple algérien durant l'occupation coloniale.
La plus grande partie des œuvres de Issiakhem, qui a aussi réalisé un très grand nombre de dessins de presse, pour gagner sa vie, est constituée de portraits. "Il est dans son élément dans le domaine du portrait. Sa principale motivation en était l'amour des gens, pour eux-mêmes, mais il laissait aussi, avec une pointe d'humour, que cela le faisait vivre. Ses portraits sont des talismans et des points de repère", écrit Malika Dorbani Bouabdallah, historienne d'art et critique d'art dans un livre dédié à l'artiste qui "dans sa quête de la perception fidèle du monde, des états de l'âme (...) recherche sa propre vérité". "Inlassablement, les images fantasmagoriques d'être irréels affublés de sa propre humeur, de son angoisse, de sa tension intérieure et de son obsession, récidivent et défilent dans sa vie d'artiste", ajoutera la spécialiste en évoquant Issiakhem, qui gardera au fond de son âme les innombrables blessures physiques et psychologiques causées par l'explosion d'une grenade alors qu'il avait 15 ans. Né en 1928 à Ath-Djennad, près d'Azzefoun (W. Tizi-Ouzou), M'Hamed Issiakhem s'inscrit à la Société des Beaux-Arts d'Alger en 1947 avant d'intégrer l'Ecole nationale des Beaux-arts, tout en prenant des cours auprès du miniaturiste Omar Racim. Il suivra ensuite des cours de gravure au collège technique Estienne de Paris, puis réalise en 1957 ses premières illustrations dans la revue "Entretiens sur les lettres et les arts" où il traitera de la torture qui était pratiquée à grande échelle par les forces coloniales en Algérie. Après un séjour à Leipzig (Allemagne, ex-RDA) en 1959, il retourne en France avant de rentrer en Algérie dès l'indépendance. Il exposera plusieurs fois, avec en 1969 une première rétrospective de ses œuvres et une participation en 1984 à l'exposition organisée sous le thème "L'art et la Révolution algérienne". Dans une interview accordée à la presse, Issiakhem précise ses positions sur l'art en disant: "Ça m'ennuie qu'on me classe parmi les figuratifs, comme ça m'ennuierait de me voir classé parmi les abstraits. Je dis, pour simplifier les choses, que je suis expressionniste".
Le 2e Festival international d'art contemporain d'Alger, qui se tient du 1er décembre 2010 à la fin janvier 2011, a consacré l'exposition de cette édition au plasticien de renom M'Hamed Issiakhem, dont on commémore le 25e anniversaire du décès. Cette exposition, organisée au Musée national d'art moderne et contemporain, comprend 114 tableaux de Issiakhem, dont 90 % appartiennent à des collectionneurs privés et d'autres aux différents musées du pays (Musée des Beaux-Arts d'Alger, musée Ahmed-Zabana d'Oran, musée Cirta de Constantine et musée Nasreddine-Dinet de Boussaâda). "Nous avons essayé de présenter, à travers cette collection d'œuvres, dont certaines sont montrées pour la première fois, le très riche itinéraire de M'Hamed Issiakhem, notamment des tableaux réalisés dans les années 50, 60, 70 et 80", a indiqué M. Mohamed Djehiche, directeur du MAMA et commissaire du festival, qui a précisé qu'un ouvrage consacré à l'artiste sous le titre "A la mémoire de... M'Hamed Issiakhem" vient d'être publié par l'institution muséale. Cette exposition donne un large éventail des thèmes abordés par Issiakhem dans sa peinture, à savoir: la mère, la femme, la vieillesse, l'enfance, le patrimoine et, surtout, les souffrances endurées par le peuple algérien durant l'occupation coloniale.
La plus grande partie des œuvres de Issiakhem, qui a aussi réalisé un très grand nombre de dessins de presse, pour gagner sa vie, est constituée de portraits. "Il est dans son élément dans le domaine du portrait. Sa principale motivation en était l'amour des gens, pour eux-mêmes, mais il laissait aussi, avec une pointe d'humour, que cela le faisait vivre. Ses portraits sont des talismans et des points de repère", écrit Malika Dorbani Bouabdallah, historienne d'art et critique d'art dans un livre dédié à l'artiste qui "dans sa quête de la perception fidèle du monde, des états de l'âme (...) recherche sa propre vérité". "Inlassablement, les images fantasmagoriques d'être irréels affublés de sa propre humeur, de son angoisse, de sa tension intérieure et de son obsession, récidivent et défilent dans sa vie d'artiste", ajoutera la spécialiste en évoquant Issiakhem, qui gardera au fond de son âme les innombrables blessures physiques et psychologiques causées par l'explosion d'une grenade alors qu'il avait 15 ans. Né en 1928 à Ath-Djennad, près d'Azzefoun (W. Tizi-Ouzou), M'Hamed Issiakhem s'inscrit à la Société des Beaux-Arts d'Alger en 1947 avant d'intégrer l'Ecole nationale des Beaux-arts, tout en prenant des cours auprès du miniaturiste Omar Racim. Il suivra ensuite des cours de gravure au collège technique Estienne de Paris, puis réalise en 1957 ses premières illustrations dans la revue "Entretiens sur les lettres et les arts" où il traitera de la torture qui était pratiquée à grande échelle par les forces coloniales en Algérie. Après un séjour à Leipzig (Allemagne, ex-RDA) en 1959, il retourne en France avant de rentrer en Algérie dès l'indépendance. Il exposera plusieurs fois, avec en 1969 une première rétrospective de ses œuvres et une participation en 1984 à l'exposition organisée sous le thème "L'art et la Révolution algérienne". Dans une interview accordée à la presse, Issiakhem précise ses positions sur l'art en disant: "Ça m'ennuie qu'on me classe parmi les figuratifs, comme ça m'ennuierait de me voir classé parmi les abstraits. Je dis, pour simplifier les choses, que je suis expressionniste".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.