Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hommage à l'artiste peintre M'hamed Issiakhem
Festival international d'art contemporain d'Alger
Publié dans Le Temps d'Algérie le 30 - 11 - 2010

La 25e commémoration de la disparition de l'artiste peintre M'hamed Issiakhem aura lieu les 2 et 3 décembre. Elle rentre dans le cadre du Festival international d'art contemporain d'Alger, organisé sous le haut patronage de Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture. A cet effet des tables rondes dont «La place de l'art contemporain dans les pays émergents» et une exposition d'œuvres de M'hamed Issiakhem auront lieu jusqu'au 31 décembre au Musée d'art moderne et contemporain (Mama), sis au 25, rue Larbi Ben M'hidi, Alger.
«On ne peut parler d'Issiakhem sans parler de Kateb Yacine», comme disait Benamar Médiène qui a côtoyé ces deux personnes et avait écrit un livre qui s'intitule Les jumeaux pathétiques. Ces deux personnes avaient partagé les mêmes souffrances et les mêmes joies. L'un, Kateb, savait rythmer les mots à sa mesure avec une âme poétique qui «dit» l'être dans sa douleur, et l'autre, Issiakhem, qui jouait avec les formes, les couleurs et les ombres.
Pour les deux, le malheur a été livré comme une vocation, un destin qu'ils vont partager avec leur peuple. L'un a vu sa mère sombrer dans la folie et se jeter dans le feu et l'autre a vécu sous le choc d'une maudite grenade américaine qui a explosé dans sa main et qui n'en finissait pas d'exploser dans sa vie.
Il illustre plusieurs œuvres de Kateb Yacine
M'hamed Issiakhem est né le 17 juin 1928 à Taboudoucht (Douar Aït Djennad, Azeffoun), en Kabylie. A partir de 1931, il passe son enfance à Relizane. En 1943, il manipule une grenade, volée dans un camp militaire, qui explose. Deux de ses sœurs et un neveu meurent. Hospitalisé pendant deux ans, il est amputé du bras gauche.
De 1947 à 1951, il est à Alger élève de la Société des beaux-arts puis de l'Ecole des beaux-arts d'Alger et suit les cours du miniaturiste Omar Racim. En 1951, il rencontre Kateb Yacine. De 1953 à 1958, il fréquente l'Ecole des beaux-arts de Paris où il retrouve Kateb Yacine - les deux artistes demeureront inséparables. En 1958, Issiakhem quitte la France pour séjourner en RFA puis résider en RDA.
En 1962, il est boursier de la Casa de Velázquez de Madrid, Issiakhem rentre en Algérie. Il est alors dessinateur au quotidien Alger Républicain. En 1963, il est membre fondateur de l'Union nationale des arts plastiques ; de 1964 à 1966, chef d'atelier de peinture à l'Ecole des beaux-arts d'Alger puis directeur pédagogique de l'Ecole des beaux-arts d'Oran.
Il illustre alors plusieurs œuvres de Kateb Yacine. De 1965 à 1982, il crée les maquettes des billets de banque et de nombreux timbres-poste algériens. En 1967, il réalise avec Kateb Yacine un film pour la télévision, Poussières de juillet ; en 1968, les décors du film La voie, de Slim Riad. En 1971, Issiakhem est professeur d'art graphique à l'Ecole polytechnique d'architecture et d'urbanisme d'Alger et crée les décors pour le film Novembre. Il voyage en 1972 au Viêt Nam et reçoit en 1973 une médaille d'or à la Foire internationale d'Alger pour la décoration du stand du ministère du Travail et des Affaires sociales. De 1973 à 1978, Issiakhem est dessinateur de presse.
Il dirige en 1977 la réalisation d'une fresque pour l'aéroport d'Alger. Le ministère du Travail et des Affaires sociales publie à Alger une plaquette dont Kateb Yacine écrit la préface sous le titre Issiakhem,
Œil-de-lynx et les Américains, trente-cinq années de l'enfer d'un peintre. En 1978, Issiakhem séjourne quelques mois à Moscou et reçoit en 1980 le premier Simba d'or (Lion d'or) de Rome, distinction de l'Unesco pour l'art africain. Il meurt le 1er décembre 1985 à la suite d'une longue maladie. M'hamed Issiakhem a non seulement marqué la scène artistique, mais il a également influencé plusieurs peintres, dont Salah Hioun, Zouhir Boudjemâa, Chegrane et beaucoup d'autres artistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.