L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Plusieurs pays appellent à un arrêt des hostilités
Bombardement de la coalition en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 21 - 03 - 2011

Au deuxième jour des bombardements des forces armées de la coalition internationale sur la Libye, cinq chefs d'Etat chargés par l'Union africaine de trouver une solution à la crise libyenne ont exigé, hier, la fin des hostilités.
Au deuxième jour des bombardements des forces armées de la coalition internationale sur la Libye, cinq chefs d'Etat chargés par l'Union africaine de trouver une solution à la crise libyenne ont exigé, hier, la fin des hostilités.
Les présidents sud-africain, malien, mauritanien, congolais et ougandais ont estimé, à l'issue d'une rencontre à Nouakchott (Mauritanie), qu'une solution "africaine" devait être trouvée au conflit entre les forces loyalistes et l'insurrection partie de l'Est libyen. Ils ont, dans ce sens, appelés à "la cessation immédiate de toutes les hostilités" et demande à la communauté internationale de "la retenue" pour éviter "de graves conséquences humanitaires".
Dans un communiqué commun, ils ont appelé les deux parties à mettre un terme aux combats immédiatement, sans toutefois mentionner l'intervention de la coalition. Le Premier ministre turc, Tayyip Erdogan, appelle Mouammar Kadhafi à quitter le pouvoir et demande un arrêt immédiat de la violence en Libye. Interrogé par Reuters pour savoir s'il estimait que Kadhafi devait s'en aller, Erdogan, qui se trouvait en Arabie Saoudite, a répondu: "ce n'est même plus la question, il se contredit lui-même". Membre de l'Otan, la Turquie a promis de contribuer à la mise en place de la zone d'exclusion aérienne en Libye. La Chine et la Russie, qui s'étaient abstenues sans opposer leur veto lors du vote de la résolution 1973 de jeudi dernier, ont regretté les actions militaires. Moscou appelle à cesser de recourir à la force de manière "non-sélective" et de faire ainsi des victimes civiles, tandis que Pékin "a exprimé ses regrets à propos des attaques". Tard dans la journée, le ministère russe des Affaires étrangères a fait savoir qu'ils procéderont à l'évacuation des employés de son ambassade et plusieurs de ses ressortissants à Tripoli. L'Inde déplore les frappes aériennes de la coalition internationale contre la Libye, a déclaré hier le ministère indien des Affaires étrangères dans un communiqué. « L'Inde considère avec une grande inquiétude la poursuite de la violence, des conflits et la détérioration de la situation humanitaire en Libye », a-t-on ajouté. Le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, qui était présent samedi lors du sommet de Paris, a critiqué, hier, les bombardements de la coalition internationale sur la Libye, estimant de ce fait qu'ils s'écartent "du but qui est d'imposer une zone d'exclusion aérienne". De son côté, l'Italie, par le biais de son ministre de la Défense a annoncé que son pays allait mettre huit avions à disposition de la coalition, dans le cadre des interventions en Libye. Ce pays qui, rappelons-le, avait annoncé, samedi, ne pas vouloir participer "pour l'instant" aux frappes aériennes, se contentant de mettre ses bases en Méditerranée à la disposition des pays de la coalition.
Les présidents sud-africain, malien, mauritanien, congolais et ougandais ont estimé, à l'issue d'une rencontre à Nouakchott (Mauritanie), qu'une solution "africaine" devait être trouvée au conflit entre les forces loyalistes et l'insurrection partie de l'Est libyen. Ils ont, dans ce sens, appelés à "la cessation immédiate de toutes les hostilités" et demande à la communauté internationale de "la retenue" pour éviter "de graves conséquences humanitaires".
Dans un communiqué commun, ils ont appelé les deux parties à mettre un terme aux combats immédiatement, sans toutefois mentionner l'intervention de la coalition. Le Premier ministre turc, Tayyip Erdogan, appelle Mouammar Kadhafi à quitter le pouvoir et demande un arrêt immédiat de la violence en Libye. Interrogé par Reuters pour savoir s'il estimait que Kadhafi devait s'en aller, Erdogan, qui se trouvait en Arabie Saoudite, a répondu: "ce n'est même plus la question, il se contredit lui-même". Membre de l'Otan, la Turquie a promis de contribuer à la mise en place de la zone d'exclusion aérienne en Libye. La Chine et la Russie, qui s'étaient abstenues sans opposer leur veto lors du vote de la résolution 1973 de jeudi dernier, ont regretté les actions militaires. Moscou appelle à cesser de recourir à la force de manière "non-sélective" et de faire ainsi des victimes civiles, tandis que Pékin "a exprimé ses regrets à propos des attaques". Tard dans la journée, le ministère russe des Affaires étrangères a fait savoir qu'ils procéderont à l'évacuation des employés de son ambassade et plusieurs de ses ressortissants à Tripoli. L'Inde déplore les frappes aériennes de la coalition internationale contre la Libye, a déclaré hier le ministère indien des Affaires étrangères dans un communiqué. « L'Inde considère avec une grande inquiétude la poursuite de la violence, des conflits et la détérioration de la situation humanitaire en Libye », a-t-on ajouté. Le chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, qui était présent samedi lors du sommet de Paris, a critiqué, hier, les bombardements de la coalition internationale sur la Libye, estimant de ce fait qu'ils s'écartent "du but qui est d'imposer une zone d'exclusion aérienne". De son côté, l'Italie, par le biais de son ministre de la Défense a annoncé que son pays allait mettre huit avions à disposition de la coalition, dans le cadre des interventions en Libye. Ce pays qui, rappelons-le, avait annoncé, samedi, ne pas vouloir participer "pour l'instant" aux frappes aériennes, se contentant de mettre ses bases en Méditerranée à la disposition des pays de la coalition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.