Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Coronavirus: 204 nouveaux cas, 140 guérisons et 7 décès    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    Haltérophilie : Ahmed Tarbi n'est plus    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La justice la qualifie d'«illégale»
Grève des médecins résidents
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 04 - 2011

Le caractère illégal de la grève menée par les médecins résidents a été confirmé par la justice a déclaré, jeudi dernier à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès. Répondant à la question d'un député, lors d'une séance plénière du Conseil de la Nation, M. Ould Abbès a précisé que la justice a promulgué, le 6 de ce mois en cours, une ordonnance en référé confirmant « le caractère illégal de la grève des médecins résidents ». Il a, à cet effet, appelé les médecins résidents à la raison les invitant à regagner leurs postes de travail et à poursuivre le dialogue avec le ministère. Le ministre a, en outre, affirmé que la grève avait touché dix wilayas disposant de CHU soulignant que les revendications de cette catégorie, liées à la révision du statut de la profession, promulgué en 1996, et aux indemnités relatives au risque de contagion, ont été satisfaites. Dans ce sens, il convient de noter que des délégués des médecins résidents avaient été reçus le 29 mars par le ministre lors d'une réunion au cours de laquelle les deux parties avaient décidé de la mise en place de trois commissions mixtes. Ces trois commissions regroupaient des représentants du ministère de la Santé et les délégués du collectif des médecins résidents. Pour ce qui est de la première commission, elle devait plancher sur l'amendement du statut particulier du médecin résident. La seconde sur les aspects pédagogiques et la troisième sur le service civil obligatoire, dont les médecins résidents demandent la suppression. En raison du refus de leur principale revendication, à savoir la suppression du service civil, les médecins résidents s'étaient retirés des commissions. De sont côté, M. Ould Abbès avait souligné que l'annulation du service civil ne relevait pas de ses prérogatives. Sur un autre plan, le ministre a, tout en affirmant que le service militaire est un devoir consacré par la Constitution dans son article 6, rejeté sa suppression. Outre l'abrogation des lois et décrets relatifs au service civil obligatoire des médecins spécialistes et du service militaire, les grévistes exigent la révision du statut actuel du résident, la réévaluation de leur rémunération mensuelle et la révision de la prime de garde à hauteur de 4.000 DA au lieu de 690 DA. Pour rappel, les médecins résidents avaient entamé le 28 mars une grève d'une durée indéterminée. Mercredi dernier, ces praticiens, venus de différentes régions du pays, ont observé un sit-in non loin de la présidence de la République pour remettre leur plateforme de revendications aux services de la présidence de la République. Ils étaient plusieurs centaines à répondre à l'appel de leur collectif autonome, qui avait décidé, la semaine passée, de poursuivre son mouvement de grève « illimitée », après l' « échec de la négociation avec la tutelle », selon leurs dires.
Le caractère illégal de la grève menée par les médecins résidents a été confirmé par la justice a déclaré, jeudi dernier à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès. Répondant à la question d'un député, lors d'une séance plénière du Conseil de la Nation, M. Ould Abbès a précisé que la justice a promulgué, le 6 de ce mois en cours, une ordonnance en référé confirmant « le caractère illégal de la grève des médecins résidents ». Il a, à cet effet, appelé les médecins résidents à la raison les invitant à regagner leurs postes de travail et à poursuivre le dialogue avec le ministère. Le ministre a, en outre, affirmé que la grève avait touché dix wilayas disposant de CHU soulignant que les revendications de cette catégorie, liées à la révision du statut de la profession, promulgué en 1996, et aux indemnités relatives au risque de contagion, ont été satisfaites. Dans ce sens, il convient de noter que des délégués des médecins résidents avaient été reçus le 29 mars par le ministre lors d'une réunion au cours de laquelle les deux parties avaient décidé de la mise en place de trois commissions mixtes. Ces trois commissions regroupaient des représentants du ministère de la Santé et les délégués du collectif des médecins résidents. Pour ce qui est de la première commission, elle devait plancher sur l'amendement du statut particulier du médecin résident. La seconde sur les aspects pédagogiques et la troisième sur le service civil obligatoire, dont les médecins résidents demandent la suppression. En raison du refus de leur principale revendication, à savoir la suppression du service civil, les médecins résidents s'étaient retirés des commissions. De sont côté, M. Ould Abbès avait souligné que l'annulation du service civil ne relevait pas de ses prérogatives. Sur un autre plan, le ministre a, tout en affirmant que le service militaire est un devoir consacré par la Constitution dans son article 6, rejeté sa suppression. Outre l'abrogation des lois et décrets relatifs au service civil obligatoire des médecins spécialistes et du service militaire, les grévistes exigent la révision du statut actuel du résident, la réévaluation de leur rémunération mensuelle et la révision de la prime de garde à hauteur de 4.000 DA au lieu de 690 DA. Pour rappel, les médecins résidents avaient entamé le 28 mars une grève d'une durée indéterminée. Mercredi dernier, ces praticiens, venus de différentes régions du pays, ont observé un sit-in non loin de la présidence de la République pour remettre leur plateforme de revendications aux services de la présidence de la République. Ils étaient plusieurs centaines à répondre à l'appel de leur collectif autonome, qui avait décidé, la semaine passée, de poursuivre son mouvement de grève « illimitée », après l' « échec de la négociation avec la tutelle », selon leurs dires.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.