Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enquête sociale pour préserver leurs droits
CONSTANTINE, Familles lésées du quartier le Bardo
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 06 - 2011

Les préoccupations exprimées par les familles écartées des précédentes opérations de relogement qui avaient ciblé le quartier Rahmani-Achour (ex-Bardo) seront «prises en charge dans le cadre d'une enquête sociale à lancer incessamment», a affirmé le wali de Constantine. Cette enquête sociale vise l'établissement d'un "listing réel et correct" de toutes les familles qui vivaient dans les périmètres touchés par l'opération d'évacuation du vieux quartier du Bardo effectuée il y a plus de deux ans, a précisé le même responsable à l'APS, en faisant part de l'existence de plusieurs dizaines de familles qui n'ont eu de cesse de réclamer leur droit au relogement. L'opération de démolition des constructions anarchiques de ce quartier, dans la perspective de son réaménagement, continue de faire l'objet d'un vif mécontentement de familles s'estimant lésées par les comités de recensement dépêchés à cet effet. Expulsées par la force de la loi des logements qu'elles occupaient à titre de location, ces familles affirment avoir toutes les preuves témoignant qu'elles vivaient «réellement» sur les lieux avant leur démolition, a indiqué le wali, précisant qu'il sera procédé à une étude «au cas par cas» de tous les dossiers déposés dans ce sens. L'évacuation de plusieurs constructions anarchiques qui enlaidissaient ce quartier situé en plein cœur de Constantine avait donné lieu au relogement d'environ 1.300 familles, dont au moins 280 occupaient le bidonville «Boudiaf», situé en contrebas du Bardo. Selon la wilaya, la majorité des familles écartées de cette opération de relogement vivaient dans des pièces louées chez les propriétaires des constructions anarchiques. Les propriétaires de ces biens avaient bénéficié, au titre de ce programme «d'intérêt général», d'indemnités confortables en plus de logements attribués à la nouvelle ville Ali-Mendjeli.
Le relogement des familles restées sans toit figure parmi les principales préoccupations que s'attèlent à régler les responsables locaux à travers des rectificatifs "justes et légitimes" devant être apportés là où des déséquilibres sont constatés.
Les préoccupations exprimées par les familles écartées des précédentes opérations de relogement qui avaient ciblé le quartier Rahmani-Achour (ex-Bardo) seront «prises en charge dans le cadre d'une enquête sociale à lancer incessamment», a affirmé le wali de Constantine. Cette enquête sociale vise l'établissement d'un "listing réel et correct" de toutes les familles qui vivaient dans les périmètres touchés par l'opération d'évacuation du vieux quartier du Bardo effectuée il y a plus de deux ans, a précisé le même responsable à l'APS, en faisant part de l'existence de plusieurs dizaines de familles qui n'ont eu de cesse de réclamer leur droit au relogement. L'opération de démolition des constructions anarchiques de ce quartier, dans la perspective de son réaménagement, continue de faire l'objet d'un vif mécontentement de familles s'estimant lésées par les comités de recensement dépêchés à cet effet. Expulsées par la force de la loi des logements qu'elles occupaient à titre de location, ces familles affirment avoir toutes les preuves témoignant qu'elles vivaient «réellement» sur les lieux avant leur démolition, a indiqué le wali, précisant qu'il sera procédé à une étude «au cas par cas» de tous les dossiers déposés dans ce sens. L'évacuation de plusieurs constructions anarchiques qui enlaidissaient ce quartier situé en plein cœur de Constantine avait donné lieu au relogement d'environ 1.300 familles, dont au moins 280 occupaient le bidonville «Boudiaf», situé en contrebas du Bardo. Selon la wilaya, la majorité des familles écartées de cette opération de relogement vivaient dans des pièces louées chez les propriétaires des constructions anarchiques. Les propriétaires de ces biens avaient bénéficié, au titre de ce programme «d'intérêt général», d'indemnités confortables en plus de logements attribués à la nouvelle ville Ali-Mendjeli.
Le relogement des familles restées sans toit figure parmi les principales préoccupations que s'attèlent à régler les responsables locaux à travers des rectificatifs "justes et légitimes" devant être apportés là où des déséquilibres sont constatés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.