Real - Zidane : "Je n'ai jamais pensé que j'étais intouchable. Jamais"    Environnement : Benharrats prend part à la 8ème session extraordinaire de la CMAE    Assad prend part à une réunion pour le lancement de la plateforme numérique des langues africaines    OPEP+ : L'augmentation de la production à partir janvier, une décision qui convient tous    TIARET : La police enquête sur les livrets fonciers de Tahkout    AEROPORT AHMED BEN BELLA (ORAN) : Reprise des vols domestiques demain dimanche    SIDI BEL ABBES : 677 associations de wilaya et 430 communales en activité    Déblocage des sites internet : Réflexion exclu !?    Le mouvement palestinien BDS défend le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'ALGERIE REFUSE TOUTE INGERENCE DANS SES AFFAIRES INTERNES : Salah Goudjil fait passer le message    Cherif Mellal ‘'menace'' pour Matoub Lounès    Coronavirus : 803 nouveaux cas, 541 guérisons et 12 décès    Développement : Réalisation de pistes cyclables et de parcours de VTT à Alger    Des chutes de neige prévues sur les reliefs dépassant 1.000 mètres d'altitude    ALGERIENS BLOQUES A L'ETRANGER : Air Algérie programme 24 vols de rapatriement    Démantèlement de plusieurs associations de malfaiteurs    TIARET : Le présumé auteur du vol de 10 millions de cts écroué    MASCARA : Le wali visite des projets dans les zones d'ombre    LUTTE ANTITERRORISTE : L'expérience algérienne "exhaustive et intégrée"    Tahar Ouettar, l'écrivain athée qui défendait les islamistes.    Batna: découverte d'une inscription libyque au site Guergour à Seriana    Laghouat se remémore l'un des pires massacres perpétrés par la France coloniale contre le peuple algérien    Industrie : l'ENIEM a besoin d'un financement bancaire pour sa relance    RND : examen du fonctionnement du parti et des derniers développements sur le plan international    L'APN participe samedi à une réunion sur "les processus de paix à l'échelle mondiale: rôle et participation des femmes"    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    Douanes : mise en échec d'une contrebande et tentative d'introduction stupéfiants    Jeux paralympiques: versement de subventions financières aux athlètes qualifiés et qualifiables    Milan AC: Bennacer encense son coach    Ligue des champions : forfait des Buffles du Borgou, la CAF réagit    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    "Pour une conférence nationale inclusive"    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Une vie de combat    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le poulet… donne la chair de poule
Son prix concurrence celui des viandes rouges
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 07 - 2011

A quelques jours du mois de Ramadhan, les prix des fruits et légumes, mais aussi ceux des viandes ne cessent de flamber menaçant de laminer encore plus le pouvoir d'achat du consommateur algérien.
A quelques jours du mois de Ramadhan, les prix des fruits et légumes, mais aussi ceux des viandes ne cessent de flamber menaçant de laminer encore plus le pouvoir d'achat du consommateur algérien.
Comme à l'accoutumée les petites bourses sont mises à rude épreuve pendant quelques trente jours ruineux. Même les bourses, dites moyennes, ne peuvent plus se permettre une table bien garnie. Si la consommation de la viande rouge est, pour une grande majorité de la société, synonyme d'aise financière, la volaille, elle, était plus abordable. Lors de sa dernière sortie médiatique, Abdelaziz Aït Abderahmane, directeur général de la régulation et de l'organisation des activités au ministère du Commerce, avait affirmé que l'évolution des prix dépendaient du principe de l'offre et de la demande. M. Aït Abderahmane avait aussi déclaré qu'il était « prévu la mise sur le marché de 10.000 tonnes de viande blanche congelée, de production locale ». Indiquant que le prix de cette viande est fixé à 250 DA/kg, faisant savoir qu'« un million de poussins ont été mis dans le circuit » pour satisfaire la demande, durant le mois de Ramadhan. A entendre ces propos, le prix du poulet devrait donc incontestablement être compétitif, cela d'autant que les prix de la volaille baissent en été... Pourtant une virée dans quelques boucheries de la capitale donne froid au dos des ménagères. Au marché Réda-Houhou (ex-Clausel) le poulet est cédé à pas moins de 350DA. Dans certains souks populaires, à l'instar de celui de la Place des Martyrs, un kilo de viande blanche se négocie à 500 DA. Partout dans l'Algérois, un kilo de poulet concurrence aisément celui des viandes rouges et dépassant largement le prix de celles congelées. A Baïnem, le poulet se vend à 600 dinars le kilo. Même les abats n'échappent pas à cette règle ! Le prix d'un kilo oscillant entre 240DA et 280DA le kilo.
Les «explications» des commerçants
L'on se demande, à cet effet, à qui incombe la responsabilité de cette flambée du prix du poulet... Les vendeurs de volaille, abordés dans les marchés de l'Algérois, n'ont pas hésité à pointer du doigt leurs fournisseurs.
« C'est eux (fournisseurs) qui ont augmenté les prix » accuse un vendeur de volaille. Concernant le fait que le prix du poulet baisse généralement en été, notre interlocuteur expliqua franchement : « Toutes les viande sont demandées durant le mois de Ramadhan, le consommateur ne peut pas manger que de la viande rouge durant trente jours ! Même s'il se vend plus cher, le citoyen n'a pas d'autre choix de se rabattre sur le poulet ». Les fournisseurs, eux, semblent avoir
d'autres « explications ». Un jeune propriétaire d'un abattoir avicole à Bouzaréah, sur les hauteurs de la capitale, affirme que c'est en raison des augmentations des frais d'élevage que les prix de ces produits ont
augmenté.
« Le prix des aliments avicoles a augmenté, sans compter celui de l'électricité qui est nécessaire pour les poussins » a-t-il dit à ce propos. Outre ces « explications » il semblerait que le déploiement de 5.000 policiers sur les routes menant vers la capitale dans le cadre du « Plan Azur » avec pour objectif la sécurisation de la capitale durant la période estivale 2011 a contribué, un tant soit peu, à l'augmentation des prix. Plusieurs fournisseurs, ayant l'habitude d'approvisionner les commerces d'Alger, notamment ceux de la Kabylie et de la localité de Tablat dans la wilaya de Médéa, exercent leurs activités sans registres du commerce et ne peuvent donc échapper au contrôle de Police ou de Gendarmerie laissant ainsi ceux détenteurs du registre imposer leur diktat, selon les dires des commerçants. Toutes ces considérations font une belle jambe au citoyen qui n'aspire qu'à survivre
à cet orage avant de faire face à une autre bataille, non moins importante, appelée « rentrée
scolaire ».
Comme à l'accoutumée les petites bourses sont mises à rude épreuve pendant quelques trente jours ruineux. Même les bourses, dites moyennes, ne peuvent plus se permettre une table bien garnie. Si la consommation de la viande rouge est, pour une grande majorité de la société, synonyme d'aise financière, la volaille, elle, était plus abordable. Lors de sa dernière sortie médiatique, Abdelaziz Aït Abderahmane, directeur général de la régulation et de l'organisation des activités au ministère du Commerce, avait affirmé que l'évolution des prix dépendaient du principe de l'offre et de la demande. M. Aït Abderahmane avait aussi déclaré qu'il était « prévu la mise sur le marché de 10.000 tonnes de viande blanche congelée, de production locale ». Indiquant que le prix de cette viande est fixé à 250 DA/kg, faisant savoir qu'« un million de poussins ont été mis dans le circuit » pour satisfaire la demande, durant le mois de Ramadhan. A entendre ces propos, le prix du poulet devrait donc incontestablement être compétitif, cela d'autant que les prix de la volaille baissent en été... Pourtant une virée dans quelques boucheries de la capitale donne froid au dos des ménagères. Au marché Réda-Houhou (ex-Clausel) le poulet est cédé à pas moins de 350DA. Dans certains souks populaires, à l'instar de celui de la Place des Martyrs, un kilo de viande blanche se négocie à 500 DA. Partout dans l'Algérois, un kilo de poulet concurrence aisément celui des viandes rouges et dépassant largement le prix de celles congelées. A Baïnem, le poulet se vend à 600 dinars le kilo. Même les abats n'échappent pas à cette règle ! Le prix d'un kilo oscillant entre 240DA et 280DA le kilo.
Les «explications» des commerçants
L'on se demande, à cet effet, à qui incombe la responsabilité de cette flambée du prix du poulet... Les vendeurs de volaille, abordés dans les marchés de l'Algérois, n'ont pas hésité à pointer du doigt leurs fournisseurs.
« C'est eux (fournisseurs) qui ont augmenté les prix » accuse un vendeur de volaille. Concernant le fait que le prix du poulet baisse généralement en été, notre interlocuteur expliqua franchement : « Toutes les viande sont demandées durant le mois de Ramadhan, le consommateur ne peut pas manger que de la viande rouge durant trente jours ! Même s'il se vend plus cher, le citoyen n'a pas d'autre choix de se rabattre sur le poulet ». Les fournisseurs, eux, semblent avoir
d'autres « explications ». Un jeune propriétaire d'un abattoir avicole à Bouzaréah, sur les hauteurs de la capitale, affirme que c'est en raison des augmentations des frais d'élevage que les prix de ces produits ont
augmenté.
« Le prix des aliments avicoles a augmenté, sans compter celui de l'électricité qui est nécessaire pour les poussins » a-t-il dit à ce propos. Outre ces « explications » il semblerait que le déploiement de 5.000 policiers sur les routes menant vers la capitale dans le cadre du « Plan Azur » avec pour objectif la sécurisation de la capitale durant la période estivale 2011 a contribué, un tant soit peu, à l'augmentation des prix. Plusieurs fournisseurs, ayant l'habitude d'approvisionner les commerces d'Alger, notamment ceux de la Kabylie et de la localité de Tablat dans la wilaya de Médéa, exercent leurs activités sans registres du commerce et ne peuvent donc échapper au contrôle de Police ou de Gendarmerie laissant ainsi ceux détenteurs du registre imposer leur diktat, selon les dires des commerçants. Toutes ces considérations font une belle jambe au citoyen qui n'aspire qu'à survivre
à cet orage avant de faire face à une autre bataille, non moins importante, appelée « rentrée
scolaire ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.