Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi le raclement des ongles sur un tableau est-il insupportable...
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 11 - 2011

Certains sons sont insupportables. Le bruit des ongles qui crissent sur un tableau fait partie de cette catégorie, mais pourquoi? Les scientifiques ont cherché pendant longtemps à déterminer les raisons de cette sensation affreuse, explique Wired, et une nouvelle étude révèle que cela vient à la fois de la psychologie et de la forme de notre conduit auditif.
Une étude plus ancienne qui a été rapidement invalidée suggérait que le son des ongles sur un tableau était semblable à celui d'un cri d'alerte d'un primate.
En 1986, une autre étude sur la fréquence de certains sons révèle que contrairement à ce qu'on imaginait, ce sont plutôt les bruits de moyenne fréquence (et non ceux de haute fréquence) qui provoquent cette sensation désagréable. Pour cette découverte, le chercheur Randolph Blake a gagné le prix Ig Nobel en 2006, rapporte Wired.. Les dernières recherches menées par les musicologues Michael Oehler de l'université de médias et communication de Cologne et Christoph Reuter de l'université de Vienne, se fondent sur l'analyse de différents bruits susceptibles de générer cette réaction, comme le bruit de la craie sur une ardoise, d'une fourchette sur une assiette, et des ongles sur un tableau.
L'expérience repose sur les réactions de deux groupes de participants: ceux à qui on dit d'où provient le bruit strident, et les autres à qui on dit que le son fait partie d'un morceau de musique. Les deux groupes devaient ensuite dire lequel était le plus insupportable, explique Wired. Les deux chercheurs montrent ainsi que ces bruits stridents ont un effet sur notre corps puisque la conductivité de notre peau change, et confirment les résultats de Randolph Blake: les fréquences de ces sons sont comprises entre 2.000 et 4.000 Hz, et donc proches des fréquences de la parole humaine.
L'effet sur la peau est lié selon l'étude à la forme des conduits auditifs humains qui amplifie en réalité les fréquences comprises entre 2.000 et 4.000 Hz. Quand un ongle gratte un tableau, le son est alors amplifié à l'intérieur de l'oreille ce qui le rend pénible à entendre.
Les deux musicologues identifient aussi une composante psychologique importante : si les gens savent que le bruit entendu est bien celui d'ongles sur un tableau, ils le trouvent plus intolérable que si on leur fait croire que c'est un son de musique, alors même que l'effet sur la peau est le même.
Selon la revue Science, les deux chercheurs envisagent maintenant de mieux comprendre les paramètres de ces bruits désagréables, «comme le gémissement d'un aspirateur, ou le grincement des équipements de construction», afin que des ingénieurs réussissent à masquer ou à modifier leurs fréquences…
Certains sons sont insupportables. Le bruit des ongles qui crissent sur un tableau fait partie de cette catégorie, mais pourquoi? Les scientifiques ont cherché pendant longtemps à déterminer les raisons de cette sensation affreuse, explique Wired, et une nouvelle étude révèle que cela vient à la fois de la psychologie et de la forme de notre conduit auditif.
Une étude plus ancienne qui a été rapidement invalidée suggérait que le son des ongles sur un tableau était semblable à celui d'un cri d'alerte d'un primate.
En 1986, une autre étude sur la fréquence de certains sons révèle que contrairement à ce qu'on imaginait, ce sont plutôt les bruits de moyenne fréquence (et non ceux de haute fréquence) qui provoquent cette sensation désagréable. Pour cette découverte, le chercheur Randolph Blake a gagné le prix Ig Nobel en 2006, rapporte Wired.. Les dernières recherches menées par les musicologues Michael Oehler de l'université de médias et communication de Cologne et Christoph Reuter de l'université de Vienne, se fondent sur l'analyse de différents bruits susceptibles de générer cette réaction, comme le bruit de la craie sur une ardoise, d'une fourchette sur une assiette, et des ongles sur un tableau.
L'expérience repose sur les réactions de deux groupes de participants: ceux à qui on dit d'où provient le bruit strident, et les autres à qui on dit que le son fait partie d'un morceau de musique. Les deux groupes devaient ensuite dire lequel était le plus insupportable, explique Wired. Les deux chercheurs montrent ainsi que ces bruits stridents ont un effet sur notre corps puisque la conductivité de notre peau change, et confirment les résultats de Randolph Blake: les fréquences de ces sons sont comprises entre 2.000 et 4.000 Hz, et donc proches des fréquences de la parole humaine.
L'effet sur la peau est lié selon l'étude à la forme des conduits auditifs humains qui amplifie en réalité les fréquences comprises entre 2.000 et 4.000 Hz. Quand un ongle gratte un tableau, le son est alors amplifié à l'intérieur de l'oreille ce qui le rend pénible à entendre.
Les deux musicologues identifient aussi une composante psychologique importante : si les gens savent que le bruit entendu est bien celui d'ongles sur un tableau, ils le trouvent plus intolérable que si on leur fait croire que c'est un son de musique, alors même que l'effet sur la peau est le même.
Selon la revue Science, les deux chercheurs envisagent maintenant de mieux comprendre les paramètres de ces bruits désagréables, «comme le gémissement d'un aspirateur, ou le grincement des équipements de construction», afin que des ingénieurs réussissent à masquer ou à modifier leurs fréquences…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.