RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi le raclement des ongles sur un tableau est-il insupportable...
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 11 - 2011

Certains sons sont insupportables. Le bruit des ongles qui crissent sur un tableau fait partie de cette catégorie, mais pourquoi? Les scientifiques ont cherché pendant longtemps à déterminer les raisons de cette sensation affreuse, explique Wired, et une nouvelle étude révèle que cela vient à la fois de la psychologie et de la forme de notre conduit auditif.
Une étude plus ancienne qui a été rapidement invalidée suggérait que le son des ongles sur un tableau était semblable à celui d'un cri d'alerte d'un primate.
En 1986, une autre étude sur la fréquence de certains sons révèle que contrairement à ce qu'on imaginait, ce sont plutôt les bruits de moyenne fréquence (et non ceux de haute fréquence) qui provoquent cette sensation désagréable. Pour cette découverte, le chercheur Randolph Blake a gagné le prix Ig Nobel en 2006, rapporte Wired.. Les dernières recherches menées par les musicologues Michael Oehler de l'université de médias et communication de Cologne et Christoph Reuter de l'université de Vienne, se fondent sur l'analyse de différents bruits susceptibles de générer cette réaction, comme le bruit de la craie sur une ardoise, d'une fourchette sur une assiette, et des ongles sur un tableau.
L'expérience repose sur les réactions de deux groupes de participants: ceux à qui on dit d'où provient le bruit strident, et les autres à qui on dit que le son fait partie d'un morceau de musique. Les deux groupes devaient ensuite dire lequel était le plus insupportable, explique Wired. Les deux chercheurs montrent ainsi que ces bruits stridents ont un effet sur notre corps puisque la conductivité de notre peau change, et confirment les résultats de Randolph Blake: les fréquences de ces sons sont comprises entre 2.000 et 4.000 Hz, et donc proches des fréquences de la parole humaine.
L'effet sur la peau est lié selon l'étude à la forme des conduits auditifs humains qui amplifie en réalité les fréquences comprises entre 2.000 et 4.000 Hz. Quand un ongle gratte un tableau, le son est alors amplifié à l'intérieur de l'oreille ce qui le rend pénible à entendre.
Les deux musicologues identifient aussi une composante psychologique importante : si les gens savent que le bruit entendu est bien celui d'ongles sur un tableau, ils le trouvent plus intolérable que si on leur fait croire que c'est un son de musique, alors même que l'effet sur la peau est le même.
Selon la revue Science, les deux chercheurs envisagent maintenant de mieux comprendre les paramètres de ces bruits désagréables, «comme le gémissement d'un aspirateur, ou le grincement des équipements de construction», afin que des ingénieurs réussissent à masquer ou à modifier leurs fréquences…
Certains sons sont insupportables. Le bruit des ongles qui crissent sur un tableau fait partie de cette catégorie, mais pourquoi? Les scientifiques ont cherché pendant longtemps à déterminer les raisons de cette sensation affreuse, explique Wired, et une nouvelle étude révèle que cela vient à la fois de la psychologie et de la forme de notre conduit auditif.
Une étude plus ancienne qui a été rapidement invalidée suggérait que le son des ongles sur un tableau était semblable à celui d'un cri d'alerte d'un primate.
En 1986, une autre étude sur la fréquence de certains sons révèle que contrairement à ce qu'on imaginait, ce sont plutôt les bruits de moyenne fréquence (et non ceux de haute fréquence) qui provoquent cette sensation désagréable. Pour cette découverte, le chercheur Randolph Blake a gagné le prix Ig Nobel en 2006, rapporte Wired.. Les dernières recherches menées par les musicologues Michael Oehler de l'université de médias et communication de Cologne et Christoph Reuter de l'université de Vienne, se fondent sur l'analyse de différents bruits susceptibles de générer cette réaction, comme le bruit de la craie sur une ardoise, d'une fourchette sur une assiette, et des ongles sur un tableau.
L'expérience repose sur les réactions de deux groupes de participants: ceux à qui on dit d'où provient le bruit strident, et les autres à qui on dit que le son fait partie d'un morceau de musique. Les deux groupes devaient ensuite dire lequel était le plus insupportable, explique Wired. Les deux chercheurs montrent ainsi que ces bruits stridents ont un effet sur notre corps puisque la conductivité de notre peau change, et confirment les résultats de Randolph Blake: les fréquences de ces sons sont comprises entre 2.000 et 4.000 Hz, et donc proches des fréquences de la parole humaine.
L'effet sur la peau est lié selon l'étude à la forme des conduits auditifs humains qui amplifie en réalité les fréquences comprises entre 2.000 et 4.000 Hz. Quand un ongle gratte un tableau, le son est alors amplifié à l'intérieur de l'oreille ce qui le rend pénible à entendre.
Les deux musicologues identifient aussi une composante psychologique importante : si les gens savent que le bruit entendu est bien celui d'ongles sur un tableau, ils le trouvent plus intolérable que si on leur fait croire que c'est un son de musique, alors même que l'effet sur la peau est le même.
Selon la revue Science, les deux chercheurs envisagent maintenant de mieux comprendre les paramètres de ces bruits désagréables, «comme le gémissement d'un aspirateur, ou le grincement des équipements de construction», afin que des ingénieurs réussissent à masquer ou à modifier leurs fréquences…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.