Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces organismes dont les mandats ont expiré
Institutions de la République
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 11 - 2011

Le Conseil constitutionnel (CC) et le Haut-commissariat à l'amazighité (HCA) sont cités parmi les institutions algériennes dont les mandats ont expiré et qui n'ont pas donné lieu à des renouvellements.
Le Conseil constitutionnel (CC) et le Haut-commissariat à l'amazighité (HCA) sont cités parmi les institutions algériennes dont les mandats ont expiré et qui n'ont pas donné lieu à des renouvellements.
La première forme du CC a vu le jour en 1963 sous Ben Bella avec pour mission de «juger de la constitutionnalité des lois et ordonnances législatives ». Le HCA, quant à lui, a été crée en 1995 sous Zeroual pour officiellement œuvrer à la «réhabilitation de l'amazighité en tant que l'un des fondements de l'identité nationale» et à «l'introduction de la langue amazighe dans les systèmes de l'enseignement et de la communication».
Mais c'est le premier organisme dont le nouveau siège sur les hauteurs de la capitale, à El Biar, inauguré le 4 septembre 2007, qui attire le premier l'attention au regard des implications politiques à court terme que la vacance de son président même resté à son poste physiquement, ne manquera pas d'impliquer sur le fonctionnement des institutions politiques du pays. Première conséquence du non renouvellement du Conseil constitutionnel actuellement présidé par Boualem Bessaih, notent des observateurs : personne n'aura la compétence en cas de vacance du président de la République de mettre à exécution les dispositions constitutionnelles prévues en pareil cas. Le Conseil constitutionnel actuel s'inspire des principes de la Constitution du 23 février 1989 dont l'article 153 alinéa 1er énonce l'institution d'un «Conseil constitutionnel, chargé de veiller au respect de la Constitution». Du reste le Conseil constitutionnel algérien a connu depuis sa création au lendemain de l'Indépendance, une histoire tourmentée. A ce propos, il est intéressant de noter que le site Internet officiel de cette institution intègre cet aspect dans sa présentation. «L'histoire du Conseil constitutionnel en Algérie se confond avec les constitutions algériennes» y lit-on. Et de poursuivre «évoluant de façon discontinue entre une création avortée, une absence remarquée et une réapparition inattendue mais espérée, le Conseil constitutionnel poursuit le processus de son implantation dans le paysage politique et institutionnel du
pays». En vertu de l'article 164 (alinéa 3) du décret présidentiel n° 89-143, daté de 1989, le président du Conseil constitutionnel est désigné, par le chef de l'Etat pour un mandat unique de six (6) ans. Or Boualem Bessaih a été nommé à ce poste en remplacement de Mohamed Bejaoui en septembre 2005. La même loi prévoie pour les autres membres du Conseil constitutionnel un mandat unique de six (6) ans renouvelables par moitié tous les (3) ans. Quant au HCA, organisme rattaché directement à la présidence de la république, pratiquement il n'a pas vu le renouvellement de sa présidence depuis le décès en novembre 2004 de Mohand Idir Aït Amrane, son premier responsable. Depuis le Commissariat est dirigé par Youcef Merahi, SG de cette institution. Il est vrai que celle-ci a muté en éditeur et en organisme de veille, au regard des évolutions qui ont marqué la revendication amazighe (avec notamment la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale). Le HCA devait disparaître et laisser place à une Académie algérienne de langue amazighe (AALA) et à un Conseil supérieur de langue amazighe (CSLA), dont l'annonce avait été faite par un projet de décret, conformément à l'article 3 bis de la Constitution qui stipule que tamazight est une langue nationale.
La première forme du CC a vu le jour en 1963 sous Ben Bella avec pour mission de «juger de la constitutionnalité des lois et ordonnances législatives ». Le HCA, quant à lui, a été crée en 1995 sous Zeroual pour officiellement œuvrer à la «réhabilitation de l'amazighité en tant que l'un des fondements de l'identité nationale» et à «l'introduction de la langue amazighe dans les systèmes de l'enseignement et de la communication».
Mais c'est le premier organisme dont le nouveau siège sur les hauteurs de la capitale, à El Biar, inauguré le 4 septembre 2007, qui attire le premier l'attention au regard des implications politiques à court terme que la vacance de son président même resté à son poste physiquement, ne manquera pas d'impliquer sur le fonctionnement des institutions politiques du pays. Première conséquence du non renouvellement du Conseil constitutionnel actuellement présidé par Boualem Bessaih, notent des observateurs : personne n'aura la compétence en cas de vacance du président de la République de mettre à exécution les dispositions constitutionnelles prévues en pareil cas. Le Conseil constitutionnel actuel s'inspire des principes de la Constitution du 23 février 1989 dont l'article 153 alinéa 1er énonce l'institution d'un «Conseil constitutionnel, chargé de veiller au respect de la Constitution». Du reste le Conseil constitutionnel algérien a connu depuis sa création au lendemain de l'Indépendance, une histoire tourmentée. A ce propos, il est intéressant de noter que le site Internet officiel de cette institution intègre cet aspect dans sa présentation. «L'histoire du Conseil constitutionnel en Algérie se confond avec les constitutions algériennes» y lit-on. Et de poursuivre «évoluant de façon discontinue entre une création avortée, une absence remarquée et une réapparition inattendue mais espérée, le Conseil constitutionnel poursuit le processus de son implantation dans le paysage politique et institutionnel du
pays». En vertu de l'article 164 (alinéa 3) du décret présidentiel n° 89-143, daté de 1989, le président du Conseil constitutionnel est désigné, par le chef de l'Etat pour un mandat unique de six (6) ans. Or Boualem Bessaih a été nommé à ce poste en remplacement de Mohamed Bejaoui en septembre 2005. La même loi prévoie pour les autres membres du Conseil constitutionnel un mandat unique de six (6) ans renouvelables par moitié tous les (3) ans. Quant au HCA, organisme rattaché directement à la présidence de la république, pratiquement il n'a pas vu le renouvellement de sa présidence depuis le décès en novembre 2004 de Mohand Idir Aït Amrane, son premier responsable. Depuis le Commissariat est dirigé par Youcef Merahi, SG de cette institution. Il est vrai que celle-ci a muté en éditeur et en organisme de veille, au regard des évolutions qui ont marqué la revendication amazighe (avec notamment la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale). Le HCA devait disparaître et laisser place à une Académie algérienne de langue amazighe (AALA) et à un Conseil supérieur de langue amazighe (CSLA), dont l'annonce avait été faite par un projet de décret, conformément à l'article 3 bis de la Constitution qui stipule que tamazight est une langue nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.