Habitat: Attribution de 1.330 unités de logement "AADL" et "LPP"    Le capital du Groupe Télécom Algérie triplé    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    Real Madrid: le verdict tombe pour Hazard    Opep-Non Opep : Arkab participe à la 17ème réunion du JMMC à Vienne    Tottenham: Mourinho voit grand pour Alli    Colère et indignation des Algériens    «L'Etat fera face à toute tentative d'entraver les élections»    Marche contre l'ingérence européenne    «J'ai fait une campagne propre»    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    7 responsables de Sonelgaz de Tipasa sous mandat de dépôt    Imposante marche des syndicats autonomes à Tizi Ouzou    Le Raja pour le vainqueur MCA-Forces aériennes    L'inévitable saignée ?    Deux médailles d'or et une en argent pour les Algériens    Mahrez, Bennacer et Belaïli retenus dans la liste finale    54 appareils distribués aux handicapés    Le transport scolaire fait défaut    4 300 fuites d'eau colmatées depuis janvier    ACTUCULT    "Muhend U Yehya est un artiste profondément universel"    À quoi ressemble le paradis dans la tête d'un musulman !?    La pièce "GPS" retenue en compétition    Accidents de la route: 15 morts et 310 blessés en une semaine en zones urbaines    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Souk Naâmane (Oum El Bouaghi) : Démantèlement d'un réseau international de trafic de voitures    Bouira: Campagne de sensibilisation sur la drogue    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Tébessa: Détournement de fonds dans une société, un cadre sous contrôle judiciaire    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Henry Kissinger Ex-secrétaire d'Etat américain Les Etats-Unis et la Chine devraient régler leurs désaccords pour le bien de l'avenir du monde    Zimbabwe : La fortune de Robert Mugabe dévoilée par le gouvernement    Déficit de la balance commerciale Une situation économique et sociale préoccupante    Sécurité alimentaire Une priorité pour sortir de la crise    Chine : Hausse de l'IDA du secteur manufacturier en novembre    Bourse : Le Nikkei à Tokyo finit en baisse de 0,64%    Belaïd plaide pour "l'équilibre régional dans le développement"    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    "Chronologie de l'Histoire de l'Algérie" le 7 décembre à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces organismes dont les mandats ont expiré
Institutions de la République
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 11 - 2011

Le Conseil constitutionnel (CC) et le Haut-commissariat à l'amazighité (HCA) sont cités parmi les institutions algériennes dont les mandats ont expiré et qui n'ont pas donné lieu à des renouvellements.
Le Conseil constitutionnel (CC) et le Haut-commissariat à l'amazighité (HCA) sont cités parmi les institutions algériennes dont les mandats ont expiré et qui n'ont pas donné lieu à des renouvellements.
La première forme du CC a vu le jour en 1963 sous Ben Bella avec pour mission de «juger de la constitutionnalité des lois et ordonnances législatives ». Le HCA, quant à lui, a été crée en 1995 sous Zeroual pour officiellement œuvrer à la «réhabilitation de l'amazighité en tant que l'un des fondements de l'identité nationale» et à «l'introduction de la langue amazighe dans les systèmes de l'enseignement et de la communication».
Mais c'est le premier organisme dont le nouveau siège sur les hauteurs de la capitale, à El Biar, inauguré le 4 septembre 2007, qui attire le premier l'attention au regard des implications politiques à court terme que la vacance de son président même resté à son poste physiquement, ne manquera pas d'impliquer sur le fonctionnement des institutions politiques du pays. Première conséquence du non renouvellement du Conseil constitutionnel actuellement présidé par Boualem Bessaih, notent des observateurs : personne n'aura la compétence en cas de vacance du président de la République de mettre à exécution les dispositions constitutionnelles prévues en pareil cas. Le Conseil constitutionnel actuel s'inspire des principes de la Constitution du 23 février 1989 dont l'article 153 alinéa 1er énonce l'institution d'un «Conseil constitutionnel, chargé de veiller au respect de la Constitution». Du reste le Conseil constitutionnel algérien a connu depuis sa création au lendemain de l'Indépendance, une histoire tourmentée. A ce propos, il est intéressant de noter que le site Internet officiel de cette institution intègre cet aspect dans sa présentation. «L'histoire du Conseil constitutionnel en Algérie se confond avec les constitutions algériennes» y lit-on. Et de poursuivre «évoluant de façon discontinue entre une création avortée, une absence remarquée et une réapparition inattendue mais espérée, le Conseil constitutionnel poursuit le processus de son implantation dans le paysage politique et institutionnel du
pays». En vertu de l'article 164 (alinéa 3) du décret présidentiel n° 89-143, daté de 1989, le président du Conseil constitutionnel est désigné, par le chef de l'Etat pour un mandat unique de six (6) ans. Or Boualem Bessaih a été nommé à ce poste en remplacement de Mohamed Bejaoui en septembre 2005. La même loi prévoie pour les autres membres du Conseil constitutionnel un mandat unique de six (6) ans renouvelables par moitié tous les (3) ans. Quant au HCA, organisme rattaché directement à la présidence de la république, pratiquement il n'a pas vu le renouvellement de sa présidence depuis le décès en novembre 2004 de Mohand Idir Aït Amrane, son premier responsable. Depuis le Commissariat est dirigé par Youcef Merahi, SG de cette institution. Il est vrai que celle-ci a muté en éditeur et en organisme de veille, au regard des évolutions qui ont marqué la revendication amazighe (avec notamment la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale). Le HCA devait disparaître et laisser place à une Académie algérienne de langue amazighe (AALA) et à un Conseil supérieur de langue amazighe (CSLA), dont l'annonce avait été faite par un projet de décret, conformément à l'article 3 bis de la Constitution qui stipule que tamazight est une langue nationale.
La première forme du CC a vu le jour en 1963 sous Ben Bella avec pour mission de «juger de la constitutionnalité des lois et ordonnances législatives ». Le HCA, quant à lui, a été crée en 1995 sous Zeroual pour officiellement œuvrer à la «réhabilitation de l'amazighité en tant que l'un des fondements de l'identité nationale» et à «l'introduction de la langue amazighe dans les systèmes de l'enseignement et de la communication».
Mais c'est le premier organisme dont le nouveau siège sur les hauteurs de la capitale, à El Biar, inauguré le 4 septembre 2007, qui attire le premier l'attention au regard des implications politiques à court terme que la vacance de son président même resté à son poste physiquement, ne manquera pas d'impliquer sur le fonctionnement des institutions politiques du pays. Première conséquence du non renouvellement du Conseil constitutionnel actuellement présidé par Boualem Bessaih, notent des observateurs : personne n'aura la compétence en cas de vacance du président de la République de mettre à exécution les dispositions constitutionnelles prévues en pareil cas. Le Conseil constitutionnel actuel s'inspire des principes de la Constitution du 23 février 1989 dont l'article 153 alinéa 1er énonce l'institution d'un «Conseil constitutionnel, chargé de veiller au respect de la Constitution». Du reste le Conseil constitutionnel algérien a connu depuis sa création au lendemain de l'Indépendance, une histoire tourmentée. A ce propos, il est intéressant de noter que le site Internet officiel de cette institution intègre cet aspect dans sa présentation. «L'histoire du Conseil constitutionnel en Algérie se confond avec les constitutions algériennes» y lit-on. Et de poursuivre «évoluant de façon discontinue entre une création avortée, une absence remarquée et une réapparition inattendue mais espérée, le Conseil constitutionnel poursuit le processus de son implantation dans le paysage politique et institutionnel du
pays». En vertu de l'article 164 (alinéa 3) du décret présidentiel n° 89-143, daté de 1989, le président du Conseil constitutionnel est désigné, par le chef de l'Etat pour un mandat unique de six (6) ans. Or Boualem Bessaih a été nommé à ce poste en remplacement de Mohamed Bejaoui en septembre 2005. La même loi prévoie pour les autres membres du Conseil constitutionnel un mandat unique de six (6) ans renouvelables par moitié tous les (3) ans. Quant au HCA, organisme rattaché directement à la présidence de la république, pratiquement il n'a pas vu le renouvellement de sa présidence depuis le décès en novembre 2004 de Mohand Idir Aït Amrane, son premier responsable. Depuis le Commissariat est dirigé par Youcef Merahi, SG de cette institution. Il est vrai que celle-ci a muté en éditeur et en organisme de veille, au regard des évolutions qui ont marqué la revendication amazighe (avec notamment la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale). Le HCA devait disparaître et laisser place à une Académie algérienne de langue amazighe (AALA) et à un Conseil supérieur de langue amazighe (CSLA), dont l'annonce avait été faite par un projet de décret, conformément à l'article 3 bis de la Constitution qui stipule que tamazight est une langue nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.