Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Concert de la diva de la chanson kabyle Nouara
Alger, Centre culturel de la Radio algérienne Aïssa-Messaoudi
Publié dans Le Midi Libre le 12 - 01 - 2012

Nouara a, grâce à sa voix cristalline, réussi à briser le joug d'une société où la femme reste opprimée autant par l'Homme que par des traditions la reléguant au second ordre. Elle a ainsi rompu ses chaînes et porté avec courage la lutte de toute femme pour le droit d'exister...
Nouara a, grâce à sa voix cristalline, réussi à briser le joug d'une société où la femme reste opprimée autant par l'Homme que par des traditions la reléguant au second ordre. Elle a ainsi rompu ses chaînes et porté avec courage la lutte de toute femme pour le droit d'exister...
Les chanteurs d'expression kabyle ne manquent aucune occasion pour se produire sur les scènes artistiques afin de célébrer, commémorer, remercier et rendre hommage à telle ou telle personnalité du monde artistique ou autres évènements… Aujourd'hui les Algériens fêtent Yennayer (Nouvel An berbère), en cette occasion plusieurs galas ont été organisés pour célébrer comme il se doit cette date symbole pour les peuples d'Afrique du Nord. En cette occasion la diva de la chanson kabyle Nouara animera aujourd'hui 12 janvier à partir de 20h, une soirée spécial Yennayer au centre culturel Aïssa-Messaoudi de la Radio algérienne, un gala organisé par la Chaîne II.
La diva de la chanson kabyle Nouara n'est plus à présenter puisqu'elle s'est imposée sur la scène artistique depuis les années 60. La première apparition de l'artiste a été dans l'émission déstinée aux enfants d'Abdelmadjid Bali où elle avait interprété plusieurs chansonnettes à l'instar d'Afus a lênber. Sa voix a été une véritable révélation et elle n'a pas tardé à se produire dans une autre émission, musicale cette fois-ci, Music Hall de Radio de Taleb Rabah. Sa carrière dès lors était bien lancée et même le grand Chérif Kheddam l'a prise sous son aile persuadé du grand talent artistique de Nouara. Elle est ainsi devenue l'ambassadrice de la chanson d'expression kabyle en interprétant les beaux textes et mélodies composées par le maestro Chérif Kheddam. Sa voix mélodieuse a fait le reste et c'est un véritable engouement pour les chants de la jeune artiste de l'époque. Depuis cet engouement ne s'est jamais démenti et Nouara n'a nullement cédé à la facilité et au chant des sirènes puisqu'elle a travaillé avec les plus grands. En effet, vers la fin des années 60, Nouara a été courtisée- musicalement parlant- par les plus grands artistes de l'époque : Medjahed Hamid, Ben Mohammed, Hassene Abassi, Lhacène Ziani, Idir... Nouara a, grâce à sa voix cristalline et son talent, réussi à briser le joug d'une société où la femme est opprimée autant par l'Homme que par des traditions la reléguant au second ordre et lui interdisant même de s'exprimer. Elle a ainsi rompu ses chaînes et porté avec courage la lutte de toute femme pour le droit d'exister en tant qu'être humain à part entière. En parallèle de ses talents lyriques, Nouara était également comédienne, interprétant plusieurs rôles dans des pièces produites pour la Chaîne II. Elle a aussi animé l'émission féminine Urar Lxalat. Le chanteur assassiné Matoub Lounès l'avait surnommé « la diva de la chanson kabyle », le défunt Matoub avait interprété avec elle l'un de ses meilleurs albums Hymne à Boudiaf, le président algérien assassiné en 1992. Nouara, de son vrai nom Hamizi Zahia, est originaire de Kabylie où elle est née le 15 août 1945 à Azazga, sa famille s'est installée à La Casbah d'Alger. Le gala de ce soir au centre culturel de la radio algérienne Aïssa-Messaoudi sera donc une belle opportunité, pour les amateurs des belles mélodies et beaux textes, de passer une soirée certainement inoubliable en compagnie de l'une des pionnières de la chanson d'expression berbère, la diva Nouara.
Les chanteurs d'expression kabyle ne manquent aucune occasion pour se produire sur les scènes artistiques afin de célébrer, commémorer, remercier et rendre hommage à telle ou telle personnalité du monde artistique ou autres évènements… Aujourd'hui les Algériens fêtent Yennayer (Nouvel An berbère), en cette occasion plusieurs galas ont été organisés pour célébrer comme il se doit cette date symbole pour les peuples d'Afrique du Nord. En cette occasion la diva de la chanson kabyle Nouara animera aujourd'hui 12 janvier à partir de 20h, une soirée spécial Yennayer au centre culturel Aïssa-Messaoudi de la Radio algérienne, un gala organisé par la Chaîne II.
La diva de la chanson kabyle Nouara n'est plus à présenter puisqu'elle s'est imposée sur la scène artistique depuis les années 60. La première apparition de l'artiste a été dans l'émission déstinée aux enfants d'Abdelmadjid Bali où elle avait interprété plusieurs chansonnettes à l'instar d'Afus a lênber. Sa voix a été une véritable révélation et elle n'a pas tardé à se produire dans une autre émission, musicale cette fois-ci, Music Hall de Radio de Taleb Rabah. Sa carrière dès lors était bien lancée et même le grand Chérif Kheddam l'a prise sous son aile persuadé du grand talent artistique de Nouara. Elle est ainsi devenue l'ambassadrice de la chanson d'expression kabyle en interprétant les beaux textes et mélodies composées par le maestro Chérif Kheddam. Sa voix mélodieuse a fait le reste et c'est un véritable engouement pour les chants de la jeune artiste de l'époque. Depuis cet engouement ne s'est jamais démenti et Nouara n'a nullement cédé à la facilité et au chant des sirènes puisqu'elle a travaillé avec les plus grands. En effet, vers la fin des années 60, Nouara a été courtisée- musicalement parlant- par les plus grands artistes de l'époque : Medjahed Hamid, Ben Mohammed, Hassene Abassi, Lhacène Ziani, Idir... Nouara a, grâce à sa voix cristalline et son talent, réussi à briser le joug d'une société où la femme est opprimée autant par l'Homme que par des traditions la reléguant au second ordre et lui interdisant même de s'exprimer. Elle a ainsi rompu ses chaînes et porté avec courage la lutte de toute femme pour le droit d'exister en tant qu'être humain à part entière. En parallèle de ses talents lyriques, Nouara était également comédienne, interprétant plusieurs rôles dans des pièces produites pour la Chaîne II. Elle a aussi animé l'émission féminine Urar Lxalat. Le chanteur assassiné Matoub Lounès l'avait surnommé « la diva de la chanson kabyle », le défunt Matoub avait interprété avec elle l'un de ses meilleurs albums Hymne à Boudiaf, le président algérien assassiné en 1992. Nouara, de son vrai nom Hamizi Zahia, est originaire de Kabylie où elle est née le 15 août 1945 à Azazga, sa famille s'est installée à La Casbah d'Alger. Le gala de ce soir au centre culturel de la radio algérienne Aïssa-Messaoudi sera donc une belle opportunité, pour les amateurs des belles mélodies et beaux textes, de passer une soirée certainement inoubliable en compagnie de l'une des pionnières de la chanson d'expression berbère, la diva Nouara.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.