Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Les Canaris invitent leurs partenaires    Thierry Froger explique son départ    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Trucs et astuces    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ECOSOC adopte une résolution présentée par l'Algérie
Conditions de vie des Palestiniens
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 07 - 2012

Le Conseil économique et social de l'ONU (ECOSOC) a adopté une résolution présentée par l'Algérie sur les répercussions économiques et sociales de l'occupation israélienne sur les conditions de vie des Palestiniens dans le Territoire palestinien occupé, y compris El Qods-Est, et de la population arabe du Golan syrien occupé.
La résolution, présentée par l'Algérie au nom du G77 et de la Chine qu'elle préside depuis janvier 2012, a été adoptée par 45 voix pour, 2 contre (Etats-Unis et Canada) et 3 abstentions (Australie, Cameroun et Salvador).
Dans son intervention, le représentant de l'Algérie, M. Larbi Djacta, a relevé que les indicateurs économiques en Palestine étaient "alarmants", notamment à Ghaza, ajoutant que l'occupation israélienne "entrave gravement" l'action menée pour assurer un développement durable dans le Territoire palestinien occupé.
Il a également précisé que cette résolution réaffirmait "le principe de la souveraineté permanente des peuples sous occupation étrangère sur leurs ressources naturelles".
A travers l'adoption de ce texte, l'ECOSOC demande que soient complètement ouverts les postes frontières de la bande de Ghaza, conformément à la résolution 1860 du Conseil de sécurité, afin que soient garantis l'accès du personnel humanitaire et la circulation régulière et sans interruption des personnes et des biens, et que soient levées toutes les restrictions à la liberté de mouvement imposées au peuple palestinien.
Cet organisme de l'ONU exige, en outre, d'Israël de respecter le Protocole sur les relations économiques entre le gouvernement israélien et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) signé à Paris en 1994 et lui demande de remettre en état et de remplacer les biens civils, les infrastructures essentielles, les terres agricoles et les institutions publiques endommagés ou détruits du fait de ses opérations militaires dans le Territoire palestinien occupé. Aussi, il demande à Israël de cesser de détruire les habitations et les biens, les institutions économiques et les terres agricoles dans le territoire palestinien occupé.
L'ECOSOC réaffirme, par cette résolution, le droit inaliénable du peuple palestinien et de la population arabe du Golan syrien occupé sur toutes leurs ressources naturelles et économiques, et demande à Israël, puissance occupante, de ne pas exploiter, détruire, épuiser ou mettre en péril ces ressources. Il réaffirme également que la construction et l'extension des colonies de peuplement israéliennes et la construction d'infrastructures connexes dans
le Territoire palestinien occupé, y compris El Qods-Est, et le Golan syrien occupé sont illégales et constituent un obstacle de taille au développement économique et social et à l'instauration de la paix.
Selon les estimations, les dommages causés par l'occupation israélienne représentent 84% du PIB palestinien, soit entre 6 et 7 milliards de dollars par an.
En outre, la résolution relève l'importance de la relance et de l'intensification des négociations du processus de paix sur la base des résolutions de l'ONU "de façon à permettre d'aboutir à l'existence de deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, à l'intérieur des frontières reconnues, fondées sur celles d'avant 1967, et à favoriser un règlement de paix juste, durable et globale".
Le Conseil économique et social de l'ONU (ECOSOC) a adopté une résolution présentée par l'Algérie sur les répercussions économiques et sociales de l'occupation israélienne sur les conditions de vie des Palestiniens dans le Territoire palestinien occupé, y compris El Qods-Est, et de la population arabe du Golan syrien occupé.
La résolution, présentée par l'Algérie au nom du G77 et de la Chine qu'elle préside depuis janvier 2012, a été adoptée par 45 voix pour, 2 contre (Etats-Unis et Canada) et 3 abstentions (Australie, Cameroun et Salvador).
Dans son intervention, le représentant de l'Algérie, M. Larbi Djacta, a relevé que les indicateurs économiques en Palestine étaient "alarmants", notamment à Ghaza, ajoutant que l'occupation israélienne "entrave gravement" l'action menée pour assurer un développement durable dans le Territoire palestinien occupé.
Il a également précisé que cette résolution réaffirmait "le principe de la souveraineté permanente des peuples sous occupation étrangère sur leurs ressources naturelles".
A travers l'adoption de ce texte, l'ECOSOC demande que soient complètement ouverts les postes frontières de la bande de Ghaza, conformément à la résolution 1860 du Conseil de sécurité, afin que soient garantis l'accès du personnel humanitaire et la circulation régulière et sans interruption des personnes et des biens, et que soient levées toutes les restrictions à la liberté de mouvement imposées au peuple palestinien.
Cet organisme de l'ONU exige, en outre, d'Israël de respecter le Protocole sur les relations économiques entre le gouvernement israélien et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) signé à Paris en 1994 et lui demande de remettre en état et de remplacer les biens civils, les infrastructures essentielles, les terres agricoles et les institutions publiques endommagés ou détruits du fait de ses opérations militaires dans le Territoire palestinien occupé. Aussi, il demande à Israël de cesser de détruire les habitations et les biens, les institutions économiques et les terres agricoles dans le territoire palestinien occupé.
L'ECOSOC réaffirme, par cette résolution, le droit inaliénable du peuple palestinien et de la population arabe du Golan syrien occupé sur toutes leurs ressources naturelles et économiques, et demande à Israël, puissance occupante, de ne pas exploiter, détruire, épuiser ou mettre en péril ces ressources. Il réaffirme également que la construction et l'extension des colonies de peuplement israéliennes et la construction d'infrastructures connexes dans
le Territoire palestinien occupé, y compris El Qods-Est, et le Golan syrien occupé sont illégales et constituent un obstacle de taille au développement économique et social et à l'instauration de la paix.
Selon les estimations, les dommages causés par l'occupation israélienne représentent 84% du PIB palestinien, soit entre 6 et 7 milliards de dollars par an.
En outre, la résolution relève l'importance de la relance et de l'intensification des négociations du processus de paix sur la base des résolutions de l'ONU "de façon à permettre d'aboutir à l'existence de deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, à l'intérieur des frontières reconnues, fondées sur celles d'avant 1967, et à favoriser un règlement de paix juste, durable et globale".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.