Le procès de «Mme Maya» reporté    Par où commencer ?    La décision annoncée hier: Air Algérie reprendra ses vols domestiques dimanche    SNTF: Pas de date de reprise de la circulation des trains    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    Ligue des champions d'Europe: Atlético - Bayern en tête d'affiche    ES Sétif: Une Entente taille patron    O. Médéa: Déjà une flopée de problèmes    Education: Des écoles peuvent se passer de l'enseignement les samedis    Un autre cadavre repêché au large de Madagh    Des cas de Covid-19 au lycée Imam El Houari: Les enseignants en grève depuis jeudi dernier    DROITURE ET BONNE FOI    5 ans de prison fermecontreOuyahiaet Sellal    Djerad met en place deux "task force"    Les principales mesures    L'Algérie repasse sous la barredes 1.000 casen 24 heures    L'Opep examine son accord de limitationde production    Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Place au numérique    Repli historique du dinar face à l'euro    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La baisse du prix de la viande n'est pas envisageable
Selon l'UGCAA
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 06 - 2013

« On ne peut s'attendre à une baisse des prix de la viande quand la production nationale est inférieure à la demande » a indiqué hier à Alger le porte-parole de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Hadj Tahar Boulenouar.
« On ne peut s'attendre à une baisse des prix de la viande quand la production nationale est inférieure à la demande » a indiqué hier à Alger le porte-parole de l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), Hadj Tahar Boulenouar.
Animant une conférence de presse sur le marché de la viande en Algérie, l'UGCAA a estimé que la production de viande en Algérie est de 600 000 tonnes/an alors que les besoins se chiffrent à 1 million de t/an. Pourtant souligne Boulenouar l'Algérien consomme en moyenne moins de 16 kg de viande par an, cette ration est loin de correspondre, a-t-il précisé, à la moyenne internationale qui est fixée à plus de 25 kg/an.
En tous les cas, les différents intervenants invités à la conférence ont été unanimes à souligner la difficullté qu'il y a, à maitriser ou même à prévoir la courbe évolutive de la viande. «Je ne peux pas vous dire si le prix de la viande rouge est appelé à baisser à l'occasion du mois de ramadhan», lance Mohamed Tahar Ramram, président de l'association des grossistes des viandes rouges. Ce dernier a attribué dans la majeure partie des cas la hausse des prix au consommateur.
On apprendra par sa bouche que le kg d'agneau est cédé à 1250 DA à l'abattoir et 1350 DA dans le magasin de détail. Mohamed Tahar Ramram assure que c'est le comportement du citoyen qui déterminera les prix. Et Boulenouar d'enchaîner : « La culture de la consommation peut faire baisser les prix dans une marge oscillant entre 15 à 20 % ».
Si on ne sait pas globalement de quoi il retournera pour les viandes rouges, M. Idir Saadi, gérant d'une unité d'abattage, de découpage et de commercialisation de volailles à Bordj-El-Kiffan (Alger) soutient pour sa part que le prix du poulet va connaître une baisse au cours de la seconde semaine du mois sacré. Et Idir Saadi d'expliquer qu'il y a «une accumulation de la population de poulets qui va passer à l'abattoir. Du fait de cette surabondance, le prix du poulet va baisser ».
Saadi a expliqué que le PPC (poulet prêt à la consommation) revient actuellement à 275 DA au niveau de l'abattoir (prix de gros) et à 300 DA environ au niveau du détaillant. Selon lui, à la seconde semaine du ramadhan, le PPC verra son prix baisser pour atteindre 150 DA à l'abattoir et 300 DA dans le commerce de détail. Des poulets importés d'Espagne vont servir d'appoint mais estime-t-on, ils ne devraient pas changer grand chose à la situation.
Le PPC est un poulet vidé, en principe il n'y a que lui qui soit autorisé à être écoulé dans le commerce. Or malheureusement, constate-t-on, dans la pratique c'est le poulet plein qui est massivement vendu et ce, en violation de la réglmentation en vigueur. Revenant sur les conditions de travail dans la filière avicole, Idir Saadi a déploré l'état dans lequel se débat l'élevage de volailles, estimant qu'il ne faut pas espérer beaucoup dès lors que les aliments nécessaires pour cet élevage, le maïs et le soja, en l'occurrence, sont importés des Etats- Unis.
Pour lui, «les éleveurs algériens travaillent à perte depuis des mois». Et d'ajouter que «la plupart de ceux qui produisent ne sont pas des industriels mais des éleveurs issus de nos campagnes qui ont une capacité de production ne dépassant pas 1000 poulets». Tout le monde a admis la nécessité de rebâtir la filière viandes pour renoncer à l'importation.
La centralisation de l'administration qui étouffe les potentialités locales, la non implication des banques, l'existence d'abattoirs clandestins, l'absence d'un abattoir répondant aux normes internationales ont été cités parmi les éléments qui bloquent cette filière. Le cheptel marocain passe les frontières pour être écoulé vers l'Algérie, a-t-on fait savoir en outre.
Animant une conférence de presse sur le marché de la viande en Algérie, l'UGCAA a estimé que la production de viande en Algérie est de 600 000 tonnes/an alors que les besoins se chiffrent à 1 million de t/an. Pourtant souligne Boulenouar l'Algérien consomme en moyenne moins de 16 kg de viande par an, cette ration est loin de correspondre, a-t-il précisé, à la moyenne internationale qui est fixée à plus de 25 kg/an.
En tous les cas, les différents intervenants invités à la conférence ont été unanimes à souligner la difficullté qu'il y a, à maitriser ou même à prévoir la courbe évolutive de la viande. «Je ne peux pas vous dire si le prix de la viande rouge est appelé à baisser à l'occasion du mois de ramadhan», lance Mohamed Tahar Ramram, président de l'association des grossistes des viandes rouges. Ce dernier a attribué dans la majeure partie des cas la hausse des prix au consommateur.
On apprendra par sa bouche que le kg d'agneau est cédé à 1250 DA à l'abattoir et 1350 DA dans le magasin de détail. Mohamed Tahar Ramram assure que c'est le comportement du citoyen qui déterminera les prix. Et Boulenouar d'enchaîner : « La culture de la consommation peut faire baisser les prix dans une marge oscillant entre 15 à 20 % ».
Si on ne sait pas globalement de quoi il retournera pour les viandes rouges, M. Idir Saadi, gérant d'une unité d'abattage, de découpage et de commercialisation de volailles à Bordj-El-Kiffan (Alger) soutient pour sa part que le prix du poulet va connaître une baisse au cours de la seconde semaine du mois sacré. Et Idir Saadi d'expliquer qu'il y a «une accumulation de la population de poulets qui va passer à l'abattoir. Du fait de cette surabondance, le prix du poulet va baisser ».
Saadi a expliqué que le PPC (poulet prêt à la consommation) revient actuellement à 275 DA au niveau de l'abattoir (prix de gros) et à 300 DA environ au niveau du détaillant. Selon lui, à la seconde semaine du ramadhan, le PPC verra son prix baisser pour atteindre 150 DA à l'abattoir et 300 DA dans le commerce de détail. Des poulets importés d'Espagne vont servir d'appoint mais estime-t-on, ils ne devraient pas changer grand chose à la situation.
Le PPC est un poulet vidé, en principe il n'y a que lui qui soit autorisé à être écoulé dans le commerce. Or malheureusement, constate-t-on, dans la pratique c'est le poulet plein qui est massivement vendu et ce, en violation de la réglmentation en vigueur. Revenant sur les conditions de travail dans la filière avicole, Idir Saadi a déploré l'état dans lequel se débat l'élevage de volailles, estimant qu'il ne faut pas espérer beaucoup dès lors que les aliments nécessaires pour cet élevage, le maïs et le soja, en l'occurrence, sont importés des Etats- Unis.
Pour lui, «les éleveurs algériens travaillent à perte depuis des mois». Et d'ajouter que «la plupart de ceux qui produisent ne sont pas des industriels mais des éleveurs issus de nos campagnes qui ont une capacité de production ne dépassant pas 1000 poulets». Tout le monde a admis la nécessité de rebâtir la filière viandes pour renoncer à l'importation.
La centralisation de l'administration qui étouffe les potentialités locales, la non implication des banques, l'existence d'abattoirs clandestins, l'absence d'un abattoir répondant aux normes internationales ont été cités parmi les éléments qui bloquent cette filière. Le cheptel marocain passe les frontières pour être écoulé vers l'Algérie, a-t-on fait savoir en outre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.